Chers pèlerins : rappelez-vous la sacralité de l’Antique Maison

Mardi 09/10/2012

Aucune personne ayant un minimum de savoir et de clairvoyance, ne peut nier le caractère sacré et le rang de l’Antique Maison, une chose qu'Allah, exalté soit-Il, a montrée dans le Coran, que le Prophète () a soulignée dans maints hadiths, et que les oulémas ont affirmée dans leurs écrits, leur comportement et leurs exégèses. Bien que cette question soit clairement établie, il n'y a pas de mal à la rappeler à travers les points suivants :

1- Allah, exalté soit-Il, dit (sens des versets) : « La première Maison qui ait été édifiée pour les gens, c’est bien celle de Bakka (la Mecque) bénie et une bonne direction pour l’univers. Là sont des signes évidents, parmi lesquels l’endroit où Abraham s’est tenu debout ; et quiconque y entre est en sécurité. Et c’est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d’aller faire le pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas... Allah Se passe largement des mondes » (Coran 3/96-97).

Dans ces versets, Allah, exalté soit-Il, affirme que l’Antique Maison a été la première édifiée pour les êtres humains, qu’elle est sacrée et qu’elle indique aux gens la bonne voie. Ce sont des honneurs rendus à cette Maison qui élèvent son rang. Par ailleurs, lorsqu'Abû Dharr, qu’Allah soit satisfait de lui, interrogea le Prophète () sur « la première maison édifiée pour les gens », il lui répondit () :
- « La Mosquée sacrée ».
- « Et ensuite ? », poursuivit Abû Dharr, qu’Allah soit satisfait de lui.
- « La Mosquée al-Aqsa ».
- « Et quelle est l’intervalle entre leurs édifications ? »
- « Quarante ans ».
- « Puis laquelle ? ».
- « Quand le temps prescrit de la prière arrive, accomplis-là, car toute la terre est un lieu de prière » (Boukhari et Mouslim).

2- L’Antique Maison fut la première maison édifiée pour que les gens y accomplissent les actes de dévotion et d'obéissance. Il existait avant elle des maisons construites en guise de logement, mais l'Antique Maison est la première édifiée pour que les gens y adorent Allah, exalté soit-Il, et tournent autour d’elle. Elle a été construite par Ibrâhîm () l’ami privilégié d’Allah, exalté soit-Il, assisté de son fils Ismail (). Quarante ans plus tard, la deuxième Maison, à savoir la Mosquée d'al-Aqsa, fut construite par Ya’qûb ibn d’Ishâq ibn Ibrâhîm (Abraham) (Alaihim Assalam). Après de longues années, Sulaymân () la restaura.

3- Cette Antique Maison est la meilleure qui existe sur terre et la première édifiée pour que les gens y effectuent des actes d’adoration. C’est une maison bénie, car Allah, exalté soit-Il, l’a comblée de mérites. La prière qui y est accomplie, ainsi que le Tawâf et les actes de dévotion, effectués autour d’elle, permettent d’expier les péchés et suscitent le pardon d’Allah, exalté soit-Il, Qui dit (sens du verset) : « [Et rappelle-toi], quand nous fîmes de la Maison un lieu de visite et un asile pour les gens - Adoptez donc pour lieu de prière, ce lieu où Abraham se tint debout - Et Nous confiâmes Ibrâhîm et à Ismaïl ceci : 'Purifiez Ma Maison pour ceux qui tournent autour, y font retraite pieuse, s’y inclinent et s’y prosternent' » (Coran 2/125).

Allah, exalté soit-Il, a fait de cette Maison un lieu que les gens visitent et dont ils ne se lassent jamais. Aussitôt qu'ils le quittent, ils sont pris par l'envie d’y retourner. Allah, exalté soit-Il, a implanté dans le cœur des croyants cet amour de la Maison sacrée et cette envie insatiable de s’y rendre, car leur rang y est élevé, leurs bonnes actions multipliées et leurs péchés pardonnés.

4- Allah, exalté soit-Il, a fait de l’Antique Maison un asile sûr pour Ses serviteurs. C’est une enceinte sacrée où le musulman ne peut pas pratiquer la chasse, qui est licite ailleurs qu'à la Maison sacrée, et où il est interdit de s’intimider ou de s'entretuer, puisque Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Et quiconque y entre est en sécurité » (Coran 3/97). Cela ne signifie pas qu'un mal ou un meurtre ne peuvent pas s’y produire, mais plutôt que celui qui y entre doit être sécurisé et mis à l’abri de ce mal. Pendant la période préislamique, les gens respectaient cette règle, si bien qu'on pouvait rencontrer le tueur de son père ou de son frère et s’abstenir de toute réaction hostile à son égard jusqu’à ce qu’il sorte.

5- Etant donné qu'Allah, exalté soit-Il, a fait de cette enceinte sacrée un lieu de visite et un asile pour les gens, Il a ordonné à Ses deux Prophètes Ibrâhîm et Ismaïl (Alaihim Assalam) de la purifier pour ceux qui tournent autour d'elle, ceux qui s’y stationnent et pour ceux qui s’y inclinent et se prosternent (sens du verset) : « Et quand Nous indiquâmes pour Ibrâhîm le lieu de la Maison (La Ka’ba) [en lui disant] : 'Ne M’associe rien ; et purifie Ma Maison pour ceux qui tournent autour, pour ceux qui s’y tiennent debout et pour ceux qui s’y inclinent et se prosternent' » (Coran 22/26).

Le jour de la conquête de La Mecque, le Prophète () a souligné que la Maison sacrée était un territoire sûr qu’Allah, exalté soit-Il, avait rendu sacré le jour où Il avait créé les cieux et la terre. Le Prophète () a dit qu'il est interdit d'effrayer ses oiseaux, de couper ses arbres, d’arracher ses herbes ou d’y faire couler le sang. Un objet trouvé ne sera ramassé que pour être remis à son propriétaire

Les musulmans sont donc enjoints, comme l’étaient Ibrâhîm, Ismaïl et tous les autres Prophètes (Alaihim Assalam) dont le sceau est le Prophète Muhammad () de sanctifier cette Antique Maison et de s’abstenir d’y commettre tout ce que Allah, exalté soit-Il, a interdit, comme le fait de faire du mal aux autres musulmans, pèlerins ou non, et d'être injuste à leur égard. Ils sont également enjoints de la purifier pour ceux qui s’y installent et ceux qui y accomplissent les actes de dévotion.

6- Les musulmans sont enjoints de purifier l’Antique Maison, de s’abstenir d’y commettre des désobéissances à Allah, exalté soit-Il, et de se mettre à l’abri de Son courroux et de Son châtiment. Les musulmans ne doivent pas se faire du tort ni s’entretuer, car une mauvaise action commise sur ces lieux est très grave, alors qu'au contraire, une bonne action compte pour son double. Selon les oulémas, les mauvaises actions ne sont pas aggravées par leur quantité, mais plutôt par leur volume. Si la règle générale veut que celui qui commet le mal ne soit rétribué que par son équivalent, la mauvaise action commise à la Maison sacrée est beaucoup plus grave. Voilà pourquoi Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Mais ceux qui mécroient et qui obstruent le sentier d’Allah et celui de la Mosquée sacrée, que Nous avons établie pour les gens : aussi bien les résidents que ceux de passage. Quiconque cherche à y commettre un sacrilège injustement, Nous lui ferons goûter un châtiment douloureux » (Coran 22/25).

Ceci nous montre que cette sacralité doit être respectée tant par les résidents que par les personnes de passage, c'est-à-dire les pèlerins qui viennent accomplir une ‘Umra ou un Hadj.

Le jour de la conquête de La Mecque, le Prophète () sermonna les gens en disant : « Ce territoire (La Mecque), Allah l’a rendu sacré, le jour où Il a créé les cieux et la terre, mais les gens ne l’ont pas rendu ainsi […].Il est interdit d'effrayer ses oiseaux, de couper ses arbres, d’arracher ses herbes ou d’y faire couler le sang. L’objet trouvé ne sera ramassé que pour être remis à son propriétaire » (Mouslim).

Si les animaux qu’on chasse et les arbres y sont respectés, qu’en est-t-il alors pour le musulman qui, a fortiori, est plus méritoire que ces premiers ? Certes, l’interdiction dans son cas est plus rigoureuse. Personne n’est autorisé à causer de préjudice à autrui à la Maison sacrée ni par la parole ni par les actes. Le musulman qui se trouve à la Maison sacrée doit, plus qu’ailleurs, respecter ses coreligionnaires en accord avec les dispositions de la Charia, prendre en haute considération les limites sacrées d’Allah, exalté soit-Il, faire preuve d’amabilité vis-à-vis de ses coreligionnaires, aimer le bien pour eux et détester qu’il leur arrive un mal quelconque, les aider à faire le bien et à éviter le mal et s’abstenir de les offenser par une parole ou un acte, étant donné que (sens du verset) : « Là sont des signes évidents, parmi lesquels l’endroit où Abraham s’est tenu debout » (Coran 3/97).

Donc, Allah, exalté soit-Il, a placé dans la Maison sacrée des preuves évidentes qui, selon les oulémas, correspondent au lieu où Ibrâhîm s’est tenu debout ().
Par conséquent, les musulmans sont tenus de protéger et de défendre cette enceinte sacrée contre tout préjudice, comme Allah, exalté soit-Il, a prescrit et a ordonné à Son Prophète () de le faire. Les oulémas ont affirmé à l’unanimité l’obligation de respecter et de purifier la Maison sacrée, de la préserver de toute désobéissance et de toute injustice qui pourrait y être commise, de faciliter la tâche des pèlerins, de les aider à faire le bien, et de les défendre.
Les oulémas affirment également qu'il est interdit d'y faire du tort à autrui que ce soit par la parole ou par les actes, car cela est le comportement de celui qui ne croit pas en Allah, exalté soit-Il, et au Jour dernier, qui ignore les dispositions de la Charia et qui commet des injustices de manière préméditée contre les serviteurs d’Allah, exalté soit-Il. Une telle personne encourt le châtiment d’Allah pour ce qu’il a commis.
Quant à celui qui croit dûment à Allah, exalté soit-Il, et au Jour dernier, généralement sa foi le dissuade de commettre les interdits, que ce soit dans l’enceinte sacrée ou ailleurs, mais encore plus dans cet endroit sacré, car ce lieu est plus méritoire que tout autre endroit sur terre. En fait, La Mecque est la meilleure contrée de la terre et la plus aimée d’Allah, exalté soit-Il, suivie de Médine, puis de la Mosquée d'al-Aqsa. C’est là que se trouvent les trois mosquées les plus sanctifiées par Allah, exalté soit-Il, et les plus dignes de respect et d'intérêt.

Nous implorons Allah, exalté soit-Il, en L’invoquant par Ses Beaux Noms et Ses Sublimes Attributs de guider les musulmans aux quatre coins du monde vers l’accomplissement de ce qu’Il agrée, de remettre leurs cœurs et leurs œuvres sur la bonne voie, de les aider à s'acquitter de leurs devoirs envers Lui de la manière la plus parfaite et à s'écarter de Ses interdits, et de leur donner une connaissance profonde de Sa religion.
Nous L'implorons également de guider nos dirigeants vers ce qui est dans l'intérêt des pays musulmans et leurs sujets, de les aider à accomplir dûment leurs devoirs et à défendre la Maison sacrée et la ville du Prophète () contre tout mal. Nous L’implorons enfin de faire périr les ennemis de l’Islam où qu'ils soient, de les occuper de manière à ce qu'ils ne s'en prennent pas aux musulmans, de faire en sorte que leurs complots se retournent contre eux et d’épargner aux musulmans leur mal. Il est, à Lui la Grandeur, Libéral et Généreux. Il entend tout et Il est proche de Ses serviteurs.

Qu’Allah accorde paix et bénédiction à notre Prophète Muhammad, ainsi qu’à sa famille et ses Compagnons.
 

Glossaire du Hadj

Mecque (la), Makka (Makkah) : Ville de la péninsule arabique (Arabie Saoudite), centre religieux de l'Islam. Le Prophète Mohammed... Plus

© 2018, IslamWeb, Tous droits réservés.