Resplendissement du Hadj

Mardi 11/10/2011

Les deux attestations et les actes cultuels qui constituent les cinq piliers de l’Islam sont le fondement de toutes les charges qu’Allah, exalté soit-Il, a imposées à Ses serviteurs. Ainsi, ces piliers et ce fondement forment-ils la base solide de l’édifice imposant de la religion. Aucune œuvre, accomplie par un serviteur d’Allah ne sera acceptée, à moins qu’elle ne soit fondée sur les cinq piliers de l’Islam.

 
Allah, exalté soit-Il, a prescrit les actes cultuels par miséricorde pour Ses serviteurs, car Il n’a pas créé l’homme sans but et ne l’a pas laissé sans obligation à observer. Il l’a créé plutôt pour s’acquitter dans la vie d’ici-bas d’une mission qui constitue l’axe de sa responsabilité et la base de son jugement le Jour de la Résurrection, et dans le cadre de laquelle il sera éprouvé. Aucun serviteur ne quitte ce bas monde avant d’avoir obtenu toute sa subsistance, achevé les jours de sa vie et avoir subi toutes les épreuves qui lui ont été prédestinées. Allah, exalté soit-Il, dit (sens des versets) :
 
·       « Béni soit celui dans la main de qui est la royauté, et Il est Omnipotent. Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de savoir) qui de vous est le meilleur en œuvre, et c’est Lui le Puissant, le Pardonneur » (Coran 67/1-2) 
 
·       « C’est Lui qui vous a créés d’argile ; puis il vous a décrété un terme, et il y a un terme fixé auprès de Lui. Pourtant, vous doutez encore » (Coran 6/2).
 
D’après Djaabir Ibn ‘Abdillah, qu’Allah soit satisfait de lui, le Prophète () a dit :
 
« Ô gens ! Craignez Allah et cherchez votre subsistance de la meilleure façon, car aucune âme ne mourra sans avoir obtenu toute sa subsistance, même si cette dernière tarde à venir. Craignez donc Allah et cherchez votre subsistance de la meilleure façon. Prenez les choses licites et laissez les choses illicites »(Ibn Maadjah).
 
De par Sa grâce, Allah, exalté soit-Il, a favorisé l’homme par Ses bienfaits innombrables pour l’aider à remplir la mission pour laquelle il a été créé. Au premier rang de ces bienfaits, figurent les actes cultuels qu’Allah, exalté soit-Il, a prescrits par miséricorde pour Ses serviteurs. Ces actes sont cohérents entre eux et avec les autres charges divines qui se fondent dessus. Sans ces actes, l’homme ne serait jamais capable de remplir ses missions. Allah, exalté soit-Il, dit (sens des versets) :
 
·       « Il vous a accordé de tout ce que vous Lui avez demandé. Et si vous comptiez les bienfaits d’Allah, vous ne sauriez les dénombrer. L’homme est vraiment très injuste, très ingrat » (Coran 14/34) 
 
·       « Ne voyez-vous pas qu’Allah vous a assujetti ce qui est dans les cieux et sur la terre ? Et Il vous a comblés de Ses bienfaits apparents et cachés. Et parmi les gens, il y en a qui disputent à propos d’Allah, sans science, ni guidée, ni Livre éclairant » (Coran 31/20).
 
En fait, ces actes sont une source d’énergie qui fournit à l’homme la fermeté et la puissance susceptibles de le fortifier pour parvenir à respecter son pacte avec son Seigneur, exalté soit-Il, à L’adorer, à sauvegarder ce qu’Allah lui a confié, à être Son représentant sur terre, à remplir cette dernière de foi et de monothéisme et à s’acquitter dûment de toutes les charges prescrites, fondées sur cette base solide, à savoir les deux attestations de foi et les actes cultuels.
 
A chaque fois que l’homme procède à un acte d’adoration, ceci lui procure la vigueur et la force et efface ses péchés et ses fautes. Cet approvisionnement augmente, lorsque les actes d’adoration, liés aux deux attestations, exercent une influence sur la vie du croyant, si bien qu’ils deviennent la source de la foi, de l’unicité et de l’intention pure et sincère, vouée exclusivement à Allah, exalté soit-Il.
 
En fait, l’importance de la sincérité de l’intention et de son rapport avec les actes cultuels se manifeste, si nous saisissons que cette intention consciente est un éveil du cœur et une magnificence de l’âme. L’intention sincère parachève cet éveil et cette magnificence, quand elle détermine au croyant l’objectif qu’il doit atteindre et lui trace la voie qu’il doit suivre pour y parvenir.
 
C’est bien en fonction de cette perspective et de cette intention clairvoyante que le croyant accomplit le Hadj, conscient que ce dernier est un acte cultuel étroitement lié aux autres, ainsi qu’à la sincérité de l’intention, et constitue une obligation qu’Allah, exalté soit-Il, nous a imposée de par Sa bienfaisance et Sa miséricorde pour nous, afin d’aider l’homme à assumer dûment sa responsabilité, à s’acquitter du devoir d’adoration et de la mission pour laquelle il a été créé. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
 
« Et c’est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d’aller faire le pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas... Allah Se passe largement des mondes » (Coran 3/97).
 
Partant, c’est de la mécréance de nier l’obligation du Hadj, d’autant plus que cette attitude gaspille l’énergie dont l’homme a besoin pour remplir sa mission et ses responsabilités. Si chaque acte cultuel constitue une source d’énergie indispensable à l’homme, le Hadj en particulier en est une importante pour les croyants.
 
En fait, les actes cultuels ont toujours existé, quels que soient les différents prophètes et messagers, puisque leur religion est la même : l’Islam. Avec les croyants, ils ont, à toute époque, accompli le pèlerinage, dans lequel ils puisaient leur vigueur et leur détermination, recherchaient quelque grâce d’Allah et obtenaient des avantages. Pendant le pèlerinage, ils évoquaient leur Seigneur, exalté soit-Il, et L’imploraient avec insistance, pour que leur attitude leur fournisse la vigueur et l’énergie dans la marche de la vie et les aide à assumer leurs responsabilités et à s’acquitter de l’adoration et de leur fonction de califes sur terre. Des missions dont ils n’auraient jamais pu s’acquitter sans cette énergie et cette force.
 
Allah, exalté soit-Il, a donné l’ordre suivant à Ibraahim (Abraham), ', en disant (sens des versets) :
 
« Et fais aux gens une annonce pour le Hadj. Ils viendront vers toi, à pied, et aussi sur toute monture, venant de tout chemin éloigné, pour participer aux avantages qui leur ont été accordés et pour invoquer le nom d’Allah aux jours fixés, sur la bête de cheptel qu’Il leur a attribuée, 'Mangez-en vous-mêmes et faites-en manger le besogneux misérable' » (Coran 22/27-28).
 
Ainsi, le pèlerinage rassemble-t-il des gens de différentes catégories pour qu’ils se tiennent tous égaux devant Allah, exalté soit-Il. Le riche parmi eux éprouve de la compassion à l’égard du pauvre, pour que ce dernier devienne à la charge de tous les Musulmans qui respectent ses droits. Pendant la saison du Hadj, les Musulmans riches mangent et nourrissent les pauvres et les misérables. Cette compassion se poursuit toute la vie et ne s’arrête pas quand les rites du Hadj prennent fin. En fait, les leçons et les morales à tirer du pèlerinage sont infinies. Allah, exalté soit-Il, rappelle à Ses serviteurs croyants Ses bienfaits, au moment où ils se trouvent à l’ombre de Son pardon et de Sa miséricorde, et dit (sens du verset) :
 
« Voilà [ce qui doit être observé] et quiconque prend en haute considération les limites sacrées d’Allah cela lui sera meilleur auprès de son Seigneur. Le bétail, sauf ce qu’on vous a cité, vous a été rendu licite. Abstenez-vous de la souillure des idoles et abstenez-vous des paroles mensongères » (Coran 22/30).
 
Puis Il décrit les croyants qui s’empressent d’accomplir le Hadj et dit (sens des versets) :
 
·       « Ceux dont les cœurs frémissent quand le nom d’Allah est mentionné, ceux qui endurent ce qui les atteint et ceux qui accomplissent la alât et dépensent de ce que Nous leur avons attribué » (Coran 22/35) 
 
·       « Le pèlerinage a lieu dans des mois connus. Si l’on se décide de l’accomplir, alors point de rapport sexuel, point de perversité, point de dispute pendant le pèlerinage. Et le bien que vous faites, Allah le sait. Et prenez vos provisions ; mais vraiment la meilleure provision est la piété. Et redoutez-Moi, ô doués d’intelligence ! »(Coran 2/197).
 
Ces qualités doivent être enracinées dans le cœur des pèlerins pour qu’ils puissent cueillir les fruits bénis du Hadj, ainsi que des autres actes cultuels. Comme les pèlerins doivent se munir de toutes les provisions dont ils auront besoin dans leur voyage, la meilleure de ces provisions est la piété (sens du verset) : « Et prenez vos provisions ; mais vraiment la meilleure provision est la piété. Et redoutez-Moi, ô doués d’intelligence ! »(Coran 2/197).
 
Si nous consultons les versets sur le Hadj, dans les sourates Al-Baqarah (la Vache), Al-‘Imraan et Al-Hadj (le Pèlerinage), nous constaterons à quel point cette obligation est liée aux autres actes cultuels et aux deux attestations. Ils représentent en fin de compte une seule et importante source d’énergie, de laquelle aucun croyant ne peut se passer, et un éminent bienfait d’Allah, exalté soit-Il, susceptible de l’armer de la détermination et de la vigueur indispensables pour que l’homme puisse honorer ses engagements, et s’acquitter des charges divines, basées sur les deux attestations et les actes cultuels. Ainsi fut le rôle joué par le pèlerinage au temps du sceau des prophètes, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam, dans le façonnement des âmes, des cœurs et des intentions. De nos jours, nous avons besoin que ce processus de construction reprenne intégralement pour façonner une génération ayant foi dans ses spécificités spirituelles, en espérant qu’Allah, exalté soit-Il, nous accorde la victoire.
 
Notre situation actuelle nous impose de faire du Hadj et des autres actes cultuels une force qui éveille, pour apprendre au Musulman qu’il ne doit pas s’en tenir aux actes cultuels et s’enfermer chez lui ou courir à perdre haleine derrière les plaisirs du bas monde, en omettant les charges divines que sont basées sur ces rites.
 
Beaucoup de pèlerins se laissent séduire par les plaisirs et les tentations du bas monde dès qu’ils terminent les rites du Hadj, oubliant la mission capitale, pour laquelle ils ont été créés : les croyants accomplissent le Hadj pour qu’ils deviennent une seule communauté pendant et après les rites. Quiconque accomplit le Hadj doit donc s’abstenir des rapports sexuels illicites, des perversités et des disputes inutiles. Et à lui les miséricordes qui enveloppent les serviteurs d’Allah, l’évocation d’Allah et à Son invocation.
 
La situation des Musulmans de nos jours nous pousse à être plus conscients, éveillés et lucides, pour assimiler l’essence et les objectifs du Hadj et en faire une source d’énergie et de vigueur, pour rappeler à l’homme ses responsabilités, au sujet desquelles il rendra des comptes le Jour de la Résurrection, et pour le purifier de ses péchés et de ses fautes. D’après Abou Hourayrah, qu’Allah soit satisfait de lui, le Prophète () a dit :
 
« Celui qui aura fait le pèlerinage pour l’agrément d’Allah, exalté soit-Il, sans commettre d’actes impudiques, ni de désobéissances, reviendra absous de ses péchés, tel qu’il était le jour où sa mère l’a enfanté ».
 
Le Hadj est une source d’énergie constructive, éducative et instructive, de purification de l’âme, d’appel à Allah, exalté soit-Il, de transmission de Son message et de rappel. Le Hadj prépare le Musulman à prendre son essor vers l’acquittement de ses devoirs, sans se contenter du repos et des ornements de la vie présente.
 
Certains Musulmans oublient leurs devoirs dès qu’ils terminent leurs rites du Hadj et regagnent leurs demeures, laissant la porte grande ouverte aux ennemis d’Allah, exalté soit-Il, et dès qu’ils sont atteints de malheurs et de calamités, en raison de ce qu’ils ont accompli de leurs propres mains, ils échangent des reproches.
 
Le Hadj est une occasion extraordinaire par laquelle Allah, exalté soit-Il, a comblé les croyants pour leur permettre de se rassembler, de méditer sur leur situation et de se souvenir de leurs engagements. Cette même occasion permet également aux ulémas et aux prédicateurs de réfléchir sur ces choses susmentionnées, car ils sont les mieux placés pour le faire, étant les modèles à suivre. Ceux-ci sont sommés d’assumer dûment la responsabilité, dont Allah, exalté soit-Il, les a chargés, surtout en ces moments pénibles où la communauté souffre de divisions, d’humiliation et d’avilissement.
Les ulémas et les prédicateurs sont les mieux placés pour appeler à la Vérité ainsi que pour réunir la communauté et guider les gens vers le droit chemin qu’Allah, exalté soit-Il, nous a ordonnés d’emprunter, ainsi que vers les objectifs et les charges divines qui conduisent à ce droit chemin et qui ont été déterminés dans le Livre et la Sunna.
 
Les hommes de science doivent se demander s’ils ont assumé leur mission et ont contribué à la protection de la communauté musulmane et à la défense de la religion d’Allah, exalté soit-Il. Les hommes politiques, les économistes et les différents spécialistes doivent tous réfléchir à quel point ils ont été à la hauteur de ce qu’on leur a confié, et se demander s’ils ont honoré leur pacte avec Allah, exalté soit-Il.
 
Au milieu des douleurs, du sang et des cadavres des Palestiniens et des autres Musulmans dans les pays islamiques, le Hadj resplendit pour éveiller les cœurs, rendre les âmes plus déterminées et solidariser les membres de la communauté musulmane pour compatir et s’attendrir, loin de la division et du déchirement.
 
Ô Musulmans, vous constituez une seule communauté. Vous portez le même message et le même dépôt, au sujet desquels vous allez rendre des comptes le Jour de la Résurrection, où ni les biens, ni les enfants ne seront d’aucune utilité.
 
Si seulement chaque Musulman procédait aujourd’hui à un examen de conscience pour mesurer sa foi avant qu’il ne soit trop tard. Car la vie présente est la seule opportunité pour que l’homme se réforme et se repentisse. Si seulement les Musulmans faisaient cet examen de conscience durant les jours bénis du Hadj, en étudiant bien leur situation par le biais de la méthode qu’Allah, exalté soit-Il, a déterminée. C’est ainsi qu’ils seront capables de mettre le doigt sur leurs erreurs pour les corriger et pour se repentir. En fait, le Hadj constitue une leçon de morale et un rappel en faveur de ceux qu’Allah, exalté soit-Il, veut guider vers le bon chemin (sens du verset) : « Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès » (Coran 24/31).

Glossaire du Hadj

Mecque (la), Makka (Makkah) : Ville de la péninsule arabique (Arabie Saoudite), centre religieux de l'Islam. Le Prophète Mohammed... Plus

© 2014, IslamWeb, Tous droits réservés.