Erreurs à ne pas commettre lors du Tawaaf (circumambulation)

Erreurs à ne pas commettre lors du Tawaaf (circumambulation)
9286 1057

 

1.         Certains formulent la Niyyah (intention) d’entamer le Tawaaf (circumambulation) verbalement. Or, la Niyyah se fait dans le cœur, elle ne doit pas être déclarée oralement.
 
2.         Certains entreprennent le Tawaaf à l’intérieur du Hidjr (d’Ismaa’iil), ce qui constitue une énorme erreur. Le Tawaaf n’est valide que s’il est fait autour de la Ka‘ba toute entière. Or, celui qui fait le Tawaaf autour de la Ka‘ba et en exclut le Hidjr aura, en l’occurrence, limité son parcours à une partie de la Ka‘ba et n’aura pas fait un Tawaaf complet autour d’elle.
3.         Certains croient que le Tawaaf sera invalide si l’on ne touche pas la Pierre Noire. Or, le fait d’embrasser la Pierre Noire est un acte surérogatoire et non une condition dont dépend la validité du Tawaaf. Si le pèlerin qui entreprend le Tawaaf ne parvient à toucher la Pierre Noire qu'au prix d'une bousculade violente et préjudiciable pour les autres, il est donc préférable qu'il ne la touche pas et ne l'embrasse pas, il peut en revanche faire de loin un signe de la main dans sa direction.
4.         Certains s’efforcent de toucher les quatre coins de la Ka‘ba. Or, selon la Sunna, il n’est préconisé de toucher que le coin yéménite et la Pierre Noire et non les autres coins de la Ka‘ba. D’ailleurs, Ibn ‘Abbaas, qu'Allah soit satisfait de lui et de son père, avait dénoncé le fait que Mo‘aawiyah, qu'Allah soit satisfait de lui, touchait tous les coins sans exception. Ce dernier avança un prétexte en disant : « Aucun endroit de la Ka‘ba ne devrait être négligé ». Et c’est par ce verset qu’Ibn ‘Abbaas répliqua (sens du verset) : « En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre] » (Coran 33/21), « Certes, tu as dit vrai », répliqua Mo‘aawiyah.
5.         Certains embrassent le coin yéménite ou font signe de la main de loin dans sa direction. Or, la Sunna conseille de le toucher si possible. Sinon, il faut passer sans l’embrasser ni faire signe de la main dans sa direction.
6.         Certains observent le Ramal (le fait de trottiner) à chaque tour du Tawaaf (circumambulation). Or, il est préconisé de n’observer le Ramal qu’au cours des trois premiers tours du Tawaaf Al-Qodoum (d’arrivée) et du Tawaaf de la ‘Omrah.
7.         Certaines femmes bousculent les hommes lors du Tawaaf et vice versa. Or, il incombe à toute femme et à tout homme de se garder de cet acte.
8.         Certaines femmes dévoilent, lors du Tawaaf, des parties de leurs corps jugées ‘Awrah (parties considérées comme intimes en Islam) tels le cou, le bras ou le buste, ce qui fait d’elles une source de tentation dans un lieu où il n’est ni permis ni convenable pour elles de se comporter autrement que comme des femmes adoratrices et obéissantes.
9.         Certains consacrent à chaque tour une invocation particulière. Or, il n’a été rapporté à cet égard que l’unique invocation que le Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, répétait lorsqu’il se trouvait devant le Coin Yéménite et la Pierre Noire, à savoir (sens du verset) : « Seigneur ! Accorde-nous belle part ici-bas, et belle part aussi dans l’au-delà ; et protège-nous du châtiment du Feu ! » (Coran 2/201). Hormis cela, il invoquait Allah, exalté soit-Il, de lui accorder tout ce qu’il désirait des bienfaits de ce bas monde et de l’Au-delà.
A cet égard, le Cheikh de l’Islam, Ibn Taymiyah, qu'Allah lui fasse miséricorde, commenta ainsi : « Le Tawaaf n’est pas accompagné d’un Dhikr (invocation) particulier qui soit rapporté du Prophète () d’après un ordre qu’il aurait donné, d’une parole qu’il aurait proférée ou d’un comportement qu’il aurait enseigné. Il faisait les divers types d’invocations puisées dans la Charia. Quant aux invocations particulières que les gens font au-dessous du Miizaab (gouttière) de la Ka‘ba ou ailleurs, elles n’ont aucun fondement (dans la Charia) ».
10.       Certains élèvent la voix en faisant leurs invocations de façon si agaçante que cela affecte négativement le recueillement des autres pèlerins et les empêche de se concentrer en faisant leurs propres invocations.
11.       Certains forment un groupe guidé par un chef qui leur fait répéter les invocations qu’il récite, ce qui va à l’encontre de la Sunna, outre bien entendu l’effet négatif de ce fait sur les autres pèlerins et leur concentration. 
12.       Certains demeurent devant ou à proximité de la Pierre Noire pendant une longue durée. Or, ceci empêche les autres pèlerins d’observer ce rite. La Sunna préconise de toucher la Pierre Noire ou de se contenter de faire un signe de la main dans sa direction et de repartir sans jamais rester dans cet endroit.
13.       Certains se frottent contre la Ka‘ba et son étoffe afin d’en tirer bénédiction. Or, ceci est une erreur étant donné que la bénédiction de la Ka‘ba n’est tirée que du Tawaaf dans l’espoir d’obtenir la récompense d’Allah, exalté soit-Il. Quant au fait de se frotter contre son étoffe, le Prophète () ne l’a jamais fait et n’a jamais préconisé de le faire.
14.       Certains pèlerins enlèvent le Ridaa’ (pièce de tissu blanc couvrant la partie supérieure du corps) et se contentent seulement de l’Izaar (pagne). Or, il se peut que l’Izaar descende sous le nombril, dévoilant ainsi une partie de la ‘Awrah (parties intimes du corps), ce qui est complètement prohibé.
15.       Certains se frottent contre le Maqaam (d’Ibraahiim) et l’embrassent afin d’en tirer bénédiction. Or, ceci constitue une erreur. Il ne faut ni se frotter contre le Maqaam ni l’embrasser, car le Prophète () n’a pas préconisé de le faire.
16.       Certains croient qu’il est préconisé de toucher le Coin Yéménite ou la Pierre Noire afin d’en tirer bénédiction et que ce n’est pas un acte cultuel. Ceci les amène à agir d’une manière qui contrevient à la Charia tel le fait de frotter la Pierre Noire ou le Coin Yéménite avec un mouchoir ou avec le bout des vêtements de l’Ihraam, ou de coller le corps de leur enfant contre la Pierre Noire afin d’en tirer bénédiction. Or, toucher le Coin Yéménite ou la Pierre Noire est un fait qui se justifie uniquement par la pure observance de la Sunna du Prophète ().
 

Articles en relation