As-Safa et Al-Marwah sont vraiment parmi les lieux sacrés d'Allah

As-Safa et Al-Marwah sont vraiment parmi les lieux sacrés d
14371 1606

 Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

 

« As-Safa et Al-Marwah sont vraiment parmi les lieux sacrés d'Allah. Donc, quiconque fait pèlerinage à la Maison ou fait l'Umra ne commet pas de péché en faisant le va-et-vient entre ces deux monts. Et quiconque fait de son propre gré une bonne œuvre, alors Allah est Reconnaissant, Omniscient » (Coran 2/158).

 

Le va-et-vient entre les deux monts As-Safa et Al-Marwah figure parmi les rites du pèlerinage depuis Ibraahiim (Abraham), ‘, pour commémorer le bienfait dont Allah, Exalté soit-Il, a comblé Hadjar et son fils Ismaa’iil, lorsqu’Il a empêché ce dernier de mourir de soif, comme cela est confirmé par le Hadith rapporté par Ibn ‘Abbaas, qu’Allah soit satisfait de lui et de son père :

« Ne pouvant plus supporter de le voir ainsi, elle se dirigea vers As-Safa, le mont le plus proche. Elle l’escalada, mais ne vit personne. De là, elle se dirigea vers la vallée pour voir s’il y avait quelqu’un. Mais elle ne vit personne. Elle descendit d’As-Safa jusqu’à la vallée où elle retroussa sa chemise et marcha jusqu’à dépasser la vallée. Puis elle repartit vers Al-¬Marwa qu’elle escalada. Mais elle ne vit personne. Elle répéta cela sept fois ». Et Ibn ‘Abbaas, qu’Allah soit satisfait de lui, d’ajouter : Et le Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam, ajouta : « C’est pour cela que les gens font le va-et-vient entre As-Safa et Al-Marwah » (Boukhari).

 

Interrogé sur As-Safa et Al-Marwah, Anas ibn Maalik, qu’Allah soit satisfait de lui, a répondu : « Nous considérions que le Sa’y, le va-et-vient, entre As-Safa et Al-Marwah, relevait des pratiques de la Djaahiliyyah. Et lorsque l’Islam vint, nous nous sommes abstenus d’accomplir ce rite. Alors, Allah, Exalté soit-Il, révéla (sens du verset) : « As-Safa et Al-Marwah sont vraiment parmi les lieux sacrés d'Allah » » (Boukhari).

 

Selon la majorité des Oulémas, le Sa’y entre As-Safa et Al-Marwah est l’un des piliers du Hadj, sans l’accomplissement duquel le Hadj ne sera pas valable. Ils ont basé leur avis sur le verset ci-dessus, ainsi que sur le comportement du Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam, lors du pèlerinage d’adieu, décrit par Ibn ‘Abbaas, qu’Allah soit satisfait de lui, qui a dit : « Lorsque le Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam, termina le Tawaaf, la circumambulation autour de la Ka’ba, il retourna vers la Pierre noire et l’embrassa, puis sortit par la porte d’As-Safa, en récitant (sens du verset) : ‘As-Safa et Al-Marwah sont vraiment parmi les lieux sacrés d'Allah’ ». Puis le Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam, dit : ‘Apprenez de moi vos rites [du pèlerinage]’ » (Mouslim).

 

Ibn Mohayssine, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté ce qui suit : « Je vis le Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam, faire le Sa’y entre As-Safa et Al-Marwah, alors que les gens étaient devant lui. Il accomplissait le Sa’y avec rigueur au point qu’on voyait ses genoux et que son pagne se soulevait, et il répétait : ‘Accomplissez le Sa’y, car Allah, Exalté soit-Il, vous l’a prescrit’ » (Ahmad : Hassan).

 

Si nous considérons la partie du verset, dans laquelle Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Donc, quiconque fait pèlerinage à la Maison ou fait l'Umra ne commet pas de péché en faisant le va-et-vient entre ces deux monts », nous aurons l’impression que le Sa’y ne constitue pas une obligation, ce qui n’est pas vrai. ‘Orwah ibn Az-Zobayr, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté ce qui suit : « Alors que j’étais encore jeune, je dis à ‘Aïcha, qu’Allah soit satisfait d’elle :

- ‘Puisque Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Donc, quiconque fait pèlerinage à la Maison ou fait l'Umra ne commet pas de péché en faisant le va-et-vient entre ces deux monts », alors nul grief si le pèlerin n’accomplit pas le Sa’y‘.

- ‘Non’, me répondit-elle. ‘S’il en était ainsi, le verset aurait été révélé de la manière suivante : ‹… ne commet pas de péchés en ne faisant pas le va-et-vient entre ces deux monts›. Mais ce verset a été révélé au sujet des Ansaars qui faisaient durant la Djaahiliyyah le Sa’y entre As-Safa et Al-Marwa en criant le nom de Manaate (nom d’une idole), et qui, après avoir embrassé l’Islam avaient des scrupules à accomplir ce rite. Lorsqu’ils interrogèrent le Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam, à ce propos, Allah, Exalté soit-Il, révéla (sens du verset) : « As-Safa et Al-Marwah sont vraiment parmi les lieux sacrés d'Allah »’ » (Maalik).

 

Comme le montrent les propos de ‘Aïcha, qu’Allah soit satisfait d’elle, le verset a été révélé pour enlever toute fausse idée à ce sujet et éliminer tout embarras éprouvé par les Musulmans vis-à-vis du Sa’y entre As-Safa et Al-Marwah, à un endroit où les idoles étaient adorées durant la Djaahiliyyah. Ainsi, Allah, Exalté soit-Il, n’a pas révélé ce verset pour montrer que ce rite n’était pas obligatoire, contrairement à ce que pourrait laisser penser le style du verset.

 

Dans une autre narration, ‘Aïcha, qu’Allah soit satisfait d’elle, a dit : « Le Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam, a institué le Sa’y entre As-Safa et Al-Marwah. Ainsi, personne n’est autorisé à le négliger ».(Boukhari et Mouslim)

 

Par ailleurs, la forme négative de l’expression « ne commet pas de péché », liée au Sa’y entre As-Safa et Al-Marwah pendant le Hadj ou la ‘Omrah, signifie que ce rite ne peut être accompli séparément de ces deux actes d’adoration, contrairement au Tawaaf, la circumambulation, qui peut être accompli sans être lié à l’accomplissement d’un Hadj ou d’une ‘Omrah.     

 

« Et quiconque fait de son propre gré une bonne œuvre », c'est-à-dire une obéissance, « alors Allah est Reconnaissant, Omniscient », c'est-à-dire lui donnera la récompense de cette obéissance qui ne Lui échappe jamais, Exalté soit-Il.

 

Ainsi, Allah, Exalté soit-Il, a-t-Il souligné que les plus grands bienfaits résultent des obéissances et des bonnes œuvres qui rapprochent le serviteur d’Allah de son Seigneur, Exalté soit-Il, car plus le serviteur obéit à son Créateur, plus le bien et la perfection qui sont en lui augmentent, et plus son rang s’élève aux yeux d’Allah, Exalté soit-Il.

 

Il existe dans ce verset une autre signification, qui se manifeste dans la restriction de l’action volontaire à ce qui relève du bien. Cela laisse comprendre que celui qui introduit une Bid’ah, ou une pratique qui n’a pas été instituée par Allah, Exalté soit-Il, ou qui accomplit une œuvre commandée par Allah, Exalté soit-Il, mais d’une manière dérogatoire à la Charia d’Allah, Exalté soit-Il, son œuvre ne sera ni acceptée, ni récompensée, et il ne récoltera que la peine. Quiconque se comporte ainsi sera soumis à la sentence des versets dans lesquels Allah, Exalté soit-Il, dit (sens des versets) :

 

« Dis: ‹Voulez-vous que Nous vous apprenions lesquels sont les plus grands perdants, en œuvres ? Ceux dont l'effort, dans la vie présente, s'est égaré, alors qu'ils s'imaginent faire le bien » (Coran 18/103-104).

 

« Alors Allah est Reconnaissant, Omniscient », c'est-à-dire qu’Allah, Exalté soit-Il, accepte de Ses serviteurs des œuvres modestes, tout en leur donnant la rétribution la plus éminente. Le verset indique que celui qui abandonne une chose pour Allah, Exalté soit-Il, Allah, Exalté soit-Il, lui donnera en échange une chose meilleure, et que celui qui se rapproche d’Allah, Exalté soit-Il, d’un empan, Allah, Exalté soit-Il, se rapprochera de lui d’une coudée. Il indique également qu’Allah, Exalté soit-Il, est Omniscient concernant les conditions de Ses serviteurs, et sait distinguer celui parmi eux qui mérite la récompense de celui qui mérite le châtiment.

 

Dans son ensemble, le verset montre que celui qui accomplit le Sa’y entre As-Safa et Al-Marwa doit absolument avoir conscience du sentiment de sa pauvreté vis-à-vis de son Créateur, de son humilité face à son Seigneur, du besoin qu’il a qu’Allah, Exalté soit-Il, guide son cœur, réforme sa situation et lui pardonne ses péchés, et être certain qu’il n’y a nul refuge contre Lui qu’auprès de Lui, Exalté soit-Il. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

 

« O hommes, vous êtes les indigents ayant besoin d'Allah, et c'est Allah, Lui qui se dispense de tout et Il est Le Digne de louange » (Coran 35/15).  

 

Articles en relation