La Saint-Valentin : réalité et illusions (3ème partie)

La Saint-Valentin : réalité et illusions (3ème partie)
5169 1953
Histoire et réalité de la Saint-Valentin


La Fête des amoureux, comme l’appellent les mécréants et certains Musulmans, dont le nom originel est la Saint-Valentin, est une fête que les Chrétiens célèbrent le 14 février de chaque année suite à un événement particulier cité dans les livres d’histoire. Nous ne nous serions pas arrêtés pour discuter ce sujet, n’était-ce l’influence qu’exerce cette fête sur nombre de jeunes Musulmans et Musulmanes.


Il fallait donc mettre en évidence la réalité de cette fête et démontrer qu’il s’agit d’une fête religieuse, ayant un rapport étroit avec le credo des Chrétiens et avec le paganisme des Romains. Les Chrétiens eux-mêmes demeurent perplexes s’agissant de l’origine de cette fête, et se demandent si elle relève de leur héritage ou bien de celui des Romains païens qui avaient des dieux respectifs pour l’amour, la lumière, l’obscurité, les plantes, la pluie, les mers, le matin, etc. 


Cependant, les Chrétiens, qui ont pris le 14 février pour date de cette fête, racontent nombre de légendes, dont certaines ont été évoquées dans des références étrangères, telles que l’Encyclopédie catholique et l’Encyclopédie Columbia. Les légendes relatives à cette fête ont également été mentionnées dans Les Fêtes Américaines, L’Histoire de Valentin et Les histoires des Fêtes mondiales ; en outre, ces sources ont été mentionnées et certaines traduites par la Faculté de prédication et de théologie de l’Université islamique Omm al-Qorâ (la Mecque), dans le livre qu’elle a publié au sujet de la réalité de la Saint-Valentin.


J’en citerai ici quelques-unes:


A)    Il y a 1700 ans, lorsque le paganisme était encore répandu parmi les Romains, l’un de leurs prêtres, appelé Valentin, fut exécuté après avoir embrassé le christianisme. Peu après, lorsque les Romains embrassèrent le christianisme, ils firent du jour de l’exécution de Valentin une occasion à célébrer pour perpétuer sa mémoire en signe de remords pour son exécution ; 


 

B)   Le 14 février était un jour sacré pour Junon, déesse des femmes et du mariage, connue en tant que reine des déesses romaines. Voilà pourquoi les Romains trouvèrent qu’il était approprié que les festivités de ce jour concernent le mariage et l’amour ;


 

C)  Les Romains adoraient et sanctifiaient une déesse, appelée Laurentia. Cette déesse était une louve qui allaita les fondateurs de la ville de Rome à leur naissance. Ainsi, les Romains firent de cette date une fête, célébrée chaque année dans le temple de l’amour, appelé ainsi car la louve aima les deux enfants et leur fit miséricorde.


 

D) L’empereur romain Claude II trouva difficile de recruter les Romains dans l’armée. En en recherchant la raison, il découvrit que les mariés détestaient laisser leurs épouses pour aller à la guerre. Il décida alors d’interdire le mariage. Un prêtre qui s’appelait Valentin enfreignit les ordres de l’empereur et se mit à conclure clandestinement à l’église les contrats de mariage. Ayant eu vent de cela, l’empereur l’arrêta et l’exécuta le 14 février 269 du calendrier grégorien.


 

De nos jours, l’Eglise a cessé de lier la fête des amoureux à la légende de la louve Laurentia, et a préféré la rattacher à la mémoire de Saint-Valentin. Profondément influencés par cette fête, les Chrétiens sculptèrent des statues de Saint-Valentin qu’ils dressèrent dans plusieurs pays européens. Or, en 1969, l’Eglise remit en cause ce lien entre la fête et Saint-Valentin, et abandonna officiellement sa célébration.


 

Question : quelle est la raison de l’attitude de l’Eglise vis-à-vis de cette fête ?


 

Il a été dit que c’était parce que les ecclésiastiques ont justifié que ces célébrations étaient considérées comme des sornettes qui ne conviennent ni à la religion, ni à la morale.


 

En dépit de cette attitude, les gens aux Etats-Unis, en Europe, en Afrique, en Australie et même dans les pays musulmans, ont continué à célébrer la Saint-Valentin.


 

A mon avis, les Musulmans et les Musulmanes qui fêtent la Saint-Valentin n’ont pas entendu parler de l’histoire de la louve Laurentia.


 

La Saint-Valentin a acquis une importance considérable, du fait de la couverture médiatique qui lui est consacrée et de l’intérêt socio-commercial qui lui est porté, dans le but de pousser les habitants du globe à la célébrer, sauf ceux à qui Allah, exalté soit-Il, a accordé Sa miséricorde. Personne n’a fait cas de ses origines, ni cherché à savoir si elles remontaient à une louve ou à Valentin, car l’unique objectif est d’étendre les festivités.


 

A leur tour, les Musulmans ont adopté cette fête, notamment après le gigantesque développement des moyens de communication, ce qui a permis à la campagne valentinienne d’envahir les quatre coins du monde, y compris les pays islamiques. Ainsi, nombre de jeunes garçons et de jeunes filles s’empressent-ils, le 14 février de chaque année, d’occuper leur place dans le rang de ceux qui fêtent la Saint-Valentin. Malheureusement, la réaction favorable à cette fête se manifeste non seulement parmi les jeunes, mais aussi parmi les hommes et les femmes d’âge mûr, les médias, les commerçants, les produits de consommation et autres.


 

Ces gens souffrent-ils d’une crise amoureuse et ont-ils trouvé dans cette fête une opportunité pour débrider leurs sentiments ? Ou bien s’agit-il seulement de l’une des manifestations du fléau dont souffre actuellement notre communauté islamique et qui consiste à la perte de son identité et à la subordination humiliante au monde matériel ?


 

Du fond de mon cœur, j’appelle mes frères et mes sœurs qui prennent part aux cérémonies de cette fête valentinienne à procéder à un examen de conscience, car la célébration de cette fête par les Musulmans n’est qu’un indice révélant un certain nombre de choses :


 

 


 

1- Une faiblesse du sentiment d’appartenance à l’Islam ;


 

2- Une culture limitée et un manque de clairvoyance ;


 

3- Une étroitesse d’esprit et une mauvaise compréhension de la vie, et de la réalité des faits et de leur déroulement ;


 

4- La défaite morale que ressentent ceux qui se laissent prendre dans ce courant ;


 

5- Une lassitude et une irritation du fait des pressions qu’exercent sur eux les différents médias ;


 

6- Un éloignement des objectifs nobles et de la vertu, susceptibles de profiter à l’être humain dans sa personne, sa religion, sa communauté et sa patrie.


 

Les personnes sensées accepteront-elles donc de fêter la Saint-Valentin ? J’espère que tous ceux qui la fêtent la rejetteront en parole et en acte.


 

Si nous observons les cérémonies des mécréants et de certains Musulmans pendant les festivités, nous remarquerons l’influence de la couleur rouge sur la tenue, les cartes et les bouquets de fleurs échangés. Probablement, beaucoup de Musulmans et de Musulmanes ne savent pas que cette couleur chez les polythéistes est le symbole d’un comportement libertin, ayant trait à la turpitude.


 

Parmi les cérémonies de ce jour-là, figurent les gâteaux et leurs décorations qui sont également en rouge, l’échange entre les filles et les garçons de cartes, sur lesquelles sont rédigés des mots d’amour et de passion, l’achat d’ours en peluche, également rouges, sur lesquels sont dessinés des cœurs et écrits des mots d’amour. Ces derniers sont vendus à un prix élevé pour être présentés comme cadeaux symbolisant l’amour. Gloire à Allah, quel rapport y a-t-il entre l’amour et les ours en peluche ? Entre un mot noble, des sentiments intimes et un animal ?


 

Parmi les scènes de cette fête figure la statue de Cupidon, dieu de l’amour: il s’agit d’une statuette sous la forme d’un enfant à deux ailes qui lance une flèche avec son arc. Si nous donnions cette statuette à une petite fille pour en faire un jouet, elle la refuserait. Comment ces insensés qui célèbrent la Saint-Valentin donnent-ils cette forme à un dieu ? Pureté à Allah, exalté soit-Il, Il est plus haut et infiniment au-dessus de ce qu’ils disent.


 

Egalement dans le cadre de ces cérémonies, les étudiantes dans certaines écoles et facultés conviennent de porter, ce jour-là, des vêtements rouges, que ce soit des jaquettes, des blouses ou autres ; certains couples conviennent de sortir pour dîner dans un restaurant ou échangent des cadeaux à cette occasion ; certains jeunes hommes dupent les jeunes filles, en leur disant qu’ils les aiment et qu’ils ont l’intention de les épouser, et c’est la catastrophe. Ainsi, le 14 février devient alors pour celles-ci un mauvais souvenir.


 

Quiconque possède un esprit éveillé, un minimum de perspicacité, et fait appel à sa raison décèlera les vices dans la croyance que comportent ces cérémonies et qui sont diamétralement opposés à la nature innée et à l’unicité divine.


 

Ces cérémonies démontrent une faiblesse d’esprit, issu d’un manque de savoir et de culture, ainsi que d’une agitation sentimentale chez certains de nos jeunes qui essayent par leur célébration de prouver qu’ils sont civilisés.

Articles en relation