Nos valeurs islamiques sont-elles menacées à ce point ?!

Nos valeurs islamiques sont-elles menacées à ce point ?!
6635 2296
Dans la plupart de nos périodes de déclin, nous étions plus étroitement liés à nos références islamiques que cela semble être le cas aujourd’hui. Les ennemis ont occupé la plupart de nos terres par la force des armes, mais ils n’ont jamais ébranlé notre foi en notre credo, alors pourquoi nous précipitons-nous aujourd’hui pour adopter leurs valeurs et leur mode de vie, en rejetant notre religion, notre foi et nos valeurs ?!


Méditez avec nous cette scène :

Un groupe de jeunes filles sont entrées dans la salle de conférences le 14 février, portant chacune une robe rouge et avec sur le visage des dessins collés en formes de cœurs, et un maquillage rouge, et elles ont commencé alors à échanger des cadeaux rouges en s’embrassant chaleureusement. C’est ce qui s’est passé dans plus d’une université d’un pays islamique et même dans une université islamique, en célébration de la fête de l’amour ou plutôt de la Saint-Valentin.

Les écoles secondaires ont été surprises, en ce jour, par le grand nombre d’étudiantes ayant apporté une splendide rose rouge, et maquillé leurs visages en rouge, portant des boucles d’oreilles rouges et échangeant des cadeaux et des formules d’amour chaleureuses pour cette fête.

Quelle est l’histoire de cette journée et pourquoi la célèbre-t-on ?

Le 14 février de chaque année correspond à la fête de l’amour chez les chrétiens et cette fête de la Saint-Valentin est surnommée ainsi en raison du prêtre chrétien du même nom. L’histoire de cette fête, comme le racontent les sources chrétiennes, est que les jeunes villageois, lors de la fête romaine, se rassemblaient vers la mi-février de chaque année et écrivaient les noms des filles de leur village. Puis ils les mettaient dans une boîte et chacun d’entre eux tirait un papier de la boîte et la jeune fille dont il avait tiré le nom devenait sa maîtresse jusqu’à l’année suivante seulement.

Afin d’ancrer le christianisme dans le cœur des Romains païens, on racontait l’histoire d’un prêtre nommé Valentin, vivant à la fin du troisième siècle après J.-C. sous le règne de l’empereur romain Claudius II. Le jour du 14 février, cet empereur exécuta le prêtre Valentin en l’accusant d’appeler au christianisme. Pour que le prêtre Valentin soit un symbole d’amour et de passion, une variante fut ajoutée, mentionnant que cet empereur constata que les célibataires avaient plus de patience en période de guerre que les hommes mariés, et donna ses ordres pour empêcher tout acte de mariage. Mais le prêtre Valentin s’opposa à cet ordre et commença à marier les couples en secret dans son église. Lorsque son act fut dévoilé, il fut mis en prison où il soigna la fille du geôlier atteinte de cécité et tomba amoureux d’elle. Lorsque vint le moment de son exécution, il lui envoya une lettre qu’il signa du nom de « Valentin, le sincère ».

Les rites de la Saint-Valentin

L’encyclopédie arabe indique qu’il existe des rites particuliers pour la fête de la Saint-Valentin, notamment l’impression de poésie amoureuse et sentimentale sur les cartes qui sont distribuées aux proches et aux bien-aimés. Certains dessinent une image comique sur ces cartes, il y est souvent inscrit « Sois Valentin » et l’on organise fréquemment pendant la journée des fêtes dansantes à leur manière. Les Européens célèbrent encore ce jour ; en Grande-Bretagne, la vente de fleurs ce jour-là rapporte 22 millions de livres sterling, le chocolat devient plus populaire et certaines entreprises proposent sur leurs sites Internet des messages gratuits en cette occasion pour promouvoir leur site. La fête de la Saint-Valentin a envahi un certain nombre de pays arabes et islamiques et est même parvenue au foyer de l’Islam (la péninsule arabique) et aux sociétés que nous pensions être à l’abri de cette folie. À Riyad, le prix des roses s’est élevé de façon folle durant cette journée et a atteint le prix de 36 Riyals la rose, alors qu’elle ne coûtait pas plus de 5 Riyals. Les boutiques de cadeaux et de cartes entrent en compétition dans l’invention des designs de cartes et de cadeaux pour cette occasion et certaines familles suspendent des roses rouges aux fenêtres de leur maison ce jour-là.

Au Koweït, un certain nombre de centres commerciaux, de restaurants et d’hôtels organisent des cérémonies spéciales à l’occasion de la fête de l’amour. La plupart des magasins et des complexes commerciaux prennent la couleur rouge et les ballons ainsi que les jouets et les poupées se répandent dans ces magasins et centres commerciaux.

Les restaurants n’oublient pas de participer à ce jour et habillent les tables de couleur rouge.

Un des restaurants koweitiens de luxe, en ligne avec les habitudes de la fête de l’amour et ses mythes païens, exposa une représentation de la personne de Cupidon, l’amour fétiche de la mythologie romaine, à demi nu avec son arc et sa flèche, et l’auteur de cette représentation, assisté de ses servantes, sélectionna parmi l’auditoire Monsieur et Mme Valentin.

Quant aux restaurants à revenus limités, ils célébrèrent cette journée à leur manière en remplaçant les plats ordinaires par des plats en formes de cœurs, en remplaçant les nappes des tables par d’autres de couleur rouge et en mettant une rose rouge sur chaque table afin que l’amoureux l’offre à sa bien-aimée.

La chose la plus remarquable exposée pour la fête de l’amour est ce qu’a fait le propriétaire d’une boutique de cadeaux au Koweït en important de France de petits lapins vivants aux yeux rouges auxquels il attacha une cravate autour du cou, avant de les mettre dans de petits paquets à offrir en cadeaux.


Un ancien malheur :

Cheikh Al-Islam Ibn Taymiyah, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit dans ses Fatwas : « Le Musulman ne doit pas vendre ce qui aide les Musulmans à les imiter (c’est-à-dire les mécréants) lors de leur fête, car c’est une contribution à un acte blâmable. »

 

Un de nos pieux prédécesseurs a dit concernant la Parole d’Allah, exalté soit-Il, (sens du verset) : « Ceux qui n’assistent pas aux actes erronés […] »  (Coran 25/72) : c'est-à-dire qu’ils n’assistent pas aux fêtes des mécréants, et si cela concerne le fait d’y assister sans l’acte de les célébrer, alors qu’en est-il des actes qui leur sont propres ?!

Dans une déclaration du comité permanent pour la consultation juridique, il a été mentionné : « il n’est pas permis au Musulman de coopérer avec les mécréants de quelque façon que ce soit dans leurs fêtes, et en particulier de les faire connaître, de les annoncer et d’appeler à les célébrer par quelque moyen que ce soit. Il n’est pas permis d’y assister, d’y participer ou d’y contribuer en quoi que ce soit, car elles représentent un péché et une transgression des limites d’Allah, exalté soit-Il, qui dit (sens du verset) : « […] et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est, certes, dur en punition ! » (Coran 5/2)

Articles en relation