Les six catégories de danger

Les six catégories de danger
7602 1121

En réfléchissant beaucoup  au cas du péché j'ai découvert qu'il ne s'agit, au bout du compte, que d'un interdit, disons, d'un crime abominable qui, avec le temps, se transforme en un point noir entouré de six types de danger tellement à l'affût du pécheur de sorte que, s’il arrive à se soustraire à l'un d'eux, il sera immanquablement rattrapé par l'autre, sinon par tous en même temps.

Le premier de ces dangers c'est la maladie :
Selon un rapport de l'Organisation des Nations Unies pour la lutte contre le sida en date du 24/11/2009, 25 millions de personnes sont mortes du VIH dans le monde alors que 60 millions en sont infectées depuis son apparition.
Que sait-on ! Il se peut très bien que la cause de la maladie soit un péché dont l'auteur n'envisageait, au départ, que de passer une heure ou peut être seulement quelques minutes de joie, de confort  ou de plaisir mais qui maintenant ne se rappelle que de la haine et de l'aversion que lui inspire sa complice dans le péché, celle dont le souvenir est désormais source de vertige et de dégoût  pour lui à cause justement de sa morale peu enviable.
Si jamais l'amoureux réfléchit profondément à la beauté de celle qui le subjugue il ne se laissera certainement pas faire mais le destin est inexorable et les faits sont faits.
Dans le Hadith le prophète () a dit «La turpitude n'apparaît jamais au sein d'un peuple, pratiquée ouvertement aux yeux de tous, sans que ne se propagent parmi eux les épidémies et les maux qui n'existaient pas chez leurs prédécesseurs.» (Rapporté par Ibn Maja, Abou Nou’aim et Al-Hakim).
Le deuxième danger c'est le scandale :
Le scandale peut avoir pour origine une maladie contractée à la suite d'une relation complètement illicite ou l'immortalisation, à grands renfort de publicités, de l'incident de sorte que tout le monde finira par l’apprendre. Il arrive aussi que les effets (état d'ébriété) de la maladie la fassent révéler aux autres.
Le troisième danger c'est  la dépendance :
 Au début il peut ne s'agir que d'une simple curiosité, d’un besoin vague d’exploration, d’expérience ou d'un désir mystérieux qui, l’habitude aidant, se répète encore et toujours et se développe jusqu' à aller au-delà de ce qu’il prévoyait.
Alors ce qui, hier, suffisait pour se  procurer un plaisir pourrait ne plus suffire aujourd'hui pour se procurer le même plaisir. Dés lors le besoin se fera sentir pour concentrer, multiplier et réunir les moyens capables de procurer une jouissance illicite et éphémère. Le premier verre appelle le deuxième, le deuxième le troisième et ainsi de suite!
Que de verres bus avec et pour le plaisir et que d'autres bus pour se guérir des effets des premiers.
Le quatrième danger c'est la pauvreté :
 En effet, quiconque s'adonne et s'abandonne aux péchés au point que ceux-ci, pour ainsi dire, s’infiltrent dans ses veines et s'insinuent au fonds et au tréfonds de son cœur sera prêt à tout sacrifier quitte à avoir les moyens de se les procurer. Quand il obtient de l'argent il ne s'en réjouit pas parce qu'il va le dépenser pour des causes caritatives, pour soutenir sa famille ou pour faire des investissements. Non, il s'en réjouit parce qu'il lui permettra de se procurer plus de joie, plus de plaisir et plus de jouissance. C'est pourquoi il dépense sans compter pour avoir ce qu'il convoite, poussé qu'il est par le venin indomptable qui coule dans ses veines, qui l'excite et lui réclame toujours avec insistance tel un  créancier infatigable et collant.
Thawban a dit que le Messager d'Allah () a dit : «L'homme se trouve priver des moyens de subsistance à cause des péchés qu'il a commis. Seule l'invocation peut changer ce qui est prédestiné, seules les bonnes actions et les bonnes œuvres font prolonger la durée de la vie». Rapporté par Ahmad, An-Nassai, Ibn Majah et Al- Hakim qui le qualifie d’authentique.
Le cinquième danger c'est le sentiment de culpabilité :
 Il se faire des réprimandes et des critiques en raison du non respect de soi-même en se faisant rabaisser, en démantelant la structure familiale, en  faisant la promotion d'un modèle qui n'en est pas un, en assassinant l'innocence des enfants (et quel mauvais acte), en  portant atteinte aux droits d'autrui, en impliquant une femme innocente dans une affaire inextricable, en détruisant des relations légalement établies, en utilisant  de  l'argent mal acquis, en étant à l'origine de la naissance d'un bébé qui aura du mal à se faufiler dans la vie à la recherche de l'inconnu sans la moindre idée de qui est son père, en étant l’instigateur de la propagation et de la  généralisation des péchés et des turpitudes.
Il s'efforce de faire banaliser et légitimer l'amour
Au point de pouvoir voir sa dulcinée nue comme un vert.
Des agonies qui ne cessent jamais, des douleurs qui montent crescendo, des préoccupations, des angoisses, des  mauvaises pensées, des pressentiments successifs, un sommeil agité et encore des nerfs à fleur de peau, des humeurs mauvaises et une inflammabilité rapide. Les premières victimes seront : l’épouse, les enfants et ceux qui vous entourent, qui seront condamnés à subir, à la moindre incartade, les affres de ta colère et de tes attaques subites et gratuites qui suscitent la haine et le dégoût de la vie à côté de toi.
Est ce que le pécheur peut avoir une vie calme et sereine, des nerfs doux, une bonne humeur et une capacité de coexistence avec ceux qui l'entourent sans tension ni inquiétude?
Je ne pense pas!
A moins qu'il ne soit parmi ceux à qui échappe le sens du "péché”, ceux qui n'ont jamais appris ou entendu parler des interdictions, ceux qui ne sont jamais fait  "vibrer" les oreilles par des textes religieux alarmants et intimidants, ni par des avertissements assourdissants.
 
Dans Sahih Al-Boukhari, Ibn Massoud (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit : «Le vrai croyant se sent tellement accablé par le poids de ses péchés qu'on dirait qu'il les voit comme une montagne au pied de laquelle il est assis
et qui est sur le point de s'écrouler sur lui pour l'écraser ; alors que l’hypocrite voit les siens comme s'il s'agissait d'une mouche posée sur son nez  et qu’il pourra chasser par un simple geste de sa main.»
Le sixième c'est le châtiment de l'au-delà dont le plus grave c' est d'être soustrait à la vue du Seigneur, de n'avoir jamais l'occasion de Lui être agréable, de voir Son Visage , d'entendre Ses Paroles et d'avoir le plaisir d'être à côté de Lui. C'est le plus grand bonheur auquel on peut aspirer et accéder  " A ceux qui agissent en bien est réservée la meilleure (récompense) et même davantage. Nulle fumée noircissant, nul avilissement ne couvriront leurs visages. Ceux-là sont les gens du Paradis, où ils demeureront éternellement. Et ceux qui ont commis de mauvaises actions, la rétribution d'une mauvaise action sera l'équivalent. Un avilissement les couvrira, - pas de protection pour eux contre Allah -, comme si leurs visages se couvraient de lambeaux de ténèbres nocturnes. Ceux-là sont là les gens du Feu où ils demeureront éternellement." (Coran : 10/26 et 27).
 
Si les avertissements et les menaces sont adressés aux  auteurs des péchés gros calibre tels que ceux qui commettent le blasphème et l'ingratitude envers Allah, ceux qui commettent des péchés de moindre poids ne doivent pas se sentir à l'abri à moins qu'Allah (exalté soit-Il) ne les englobe par Sa miséricorde ou ne les guide vers la voie du repentir.
En réalité la dépression, la colère et les signes de détresse que trahissent les visages des pécheurs ne sont  que l'iceberg de ce qui est dérobé aux regards.
Ibn Abbas (qu'Allah soit satisfait de lui et de son père) a dit: «L’œuvre pie a fait une lumière dans le cœur, un éclat sur le visage, donne une force au corps, provoque une abondance des moyens de subsistance  et une affection dans les cœurs des autres. A l’opposé, le péché obscurcit le cœur, noircit le visage, affaiblit le corps, limite et rétrécit les moyens de subsistance et suscite la haine dans les cœurs des autres. »
Il est de notre nature de ne jamais attribuer nos souffrances psychologiques aux péchés que nous aurions commis. Or l’individu peut être éprouvé par la dépression, l’obsession, l'anxiété ou par des troubles qui sont autant  de maladies ou de symptômes psychologiques exactement comme les maladies physiques. Il se peut qu'elles aient des causes humaines ordinaires sauf que la personne qui en souffre peut, avec la patience, l’endurance et la conscience qu'Allah en est la cause, voir ses péchés expiés en conséquence.
O Allah ! Toi Qui es le Maître absolu des cœurs, Affermis nos cœurs dans Ta religion. O Toi ! Qui orientes les cœurs oriente les nôtres vers Ton obéissance,  pardonne-nous ainsi qu’aux autres musulmans les péchés que nous avons commis. Seigneur sois indulgent à l’égard de tous les musulmans, amende leurs cœurs,  aide les à être obéissants et repentants, fais qu'ils ne s'écartent pas de Ton droit chemin.
Louange à Allah (exalté soit il).

Articles en relation