Les actes d’adoration effectués par nos prédécesseurs pendant le Hadjj

6115 2072

Selon l’Imam Ibn Radjab, qu’Allah lui fasse miséricorde, la meilleure preuve de piété pendant le Hadjj, c'est l’accomplissement de la prière, car celui qui procède au Hadjj, volontaire surtout, sans le parsemer de prières est comparable à celui qui s’évertue à gagner un dirham, tout en gaspillant tout son capital. Pendant le Hadjj, les prédécesseurs avaient l’habitude de persévérer dans l’accomplissement des prières surérogatoires, en imitant le Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam, qui, pendant ses voyages, accomplissait les prières surérogatoires et la prière de Witr, même quand il était en croupe.

 
‘Aamir Ibn Ranii’ah, qu’Allah soit satisfait de lui, rapporta avoir vu le Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam, en voyage, en train d’effectuer la prière surérogatoire de nuit alors qu’il était en croupe et ce quelque soit la direction que prenait sa monture (Boukhari et Mouslim).
 
De son côté, Ibn ‘Omar, qu’Allah soit satisfait de lui et de son père, a dit: « Le Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam, faisait les prières surérogatoires et le Witr sur sa monture et celle-ci prenait une direction quelconque, mais ne faisait pas la prière prescrite de cette manière.» (Boukhari et Mouslim).
 
En route vers la Mecque, Mohammad Ibn Waasi’ passait toute sa nuit en prière dans son palanquin. Il faisait signe à son chamelier pour qu'il parle derrière lui à haute voix afin de détourner les gens et les empêcher de l’apercevoir alors qu'il était plongé dans sa prière.
 
Et lorsque Masrouq partait en pèlerinage, il se prosternait très fréquemment au point qu’il était toujours pris de sommeil dans cette position.
 
Quant à Al-Moughiirah Ibn Hakiim As-San’aani, il marchait du Yémen jusqu'à la Mecque pour accomplir le Hadjj, et lisait chaque nuit pendant son voyage le tiers du Coran. Il s’arrêtait, accomplissait la prière jusqu’à terminer son Wird, puis reprenait sa marche pour rattraper la caravane, ne la rejoignant parfois qu’à la fin de la journée.
 
Après avoir cité ces anecdotes, Ibn Radjab conclut : « Cependant, nous recommandons seulement l’accomplissement sur le sol ferme des prières obligatoires aux heures prescrites, même s’il s’agit d’un accomplissement conjoint de deux prières conjugables [c'est-à-dire Adh-Dhohr avec Al-‘Asr ou Al-Maghrib avec Al-‘Ichaa’]. Or, le Musulman n’est pas autorisé à accomplir les prières de la nuit pendant le jour ou vice-versa, ni d’accomplir en croupe la prière prescrite ».

Articles en relation