La fête (l‘Eid) est un acte d’adoration et de reconnaissance

La fête (l‘Eid) est un acte d’adoration et de reconnaissance
4619 1832

Louanges à Allah grâce à Qui les bonnes actions se réalisent. Que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur le plus noble des Prophètes et des Messagers, notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et tous les Compagnons.

Voilà  les jours qui passent et le temps qui s’écoule ! Hier, nous avons accueilli un bien-aimé et aujourd’hui nous lui disons adieu ! Il y a quelques jours, le croissant du mois de Ramadan est apparu, et aujourd’hui c’est le tour du croissant de Chawwal signalant la fin de ce mois béni!
Si les autres nations autour de nous se vantent de leurs fêtes et de leurs jours historiques en leur conférant une fausse importance et en jouissant d’un bonheur illusoire, elles ne font que s’égarer et se fourvoyer. La vérité et la véritable ligne de conduite restent la voie empruntée par la nation du Messager d’Allah, Mohammad (). Louanges donc à Allah, Exalté soit-Il, Qui a guidé la nation islamique vers le bon chemin en lui accordant une faveur particulière qui n’a été accordée à aucune autre nation avant elle. Donnez libre court à votre regard pour voir cette nation, à laquelle Allah, Exalté soit-Il, a fait miséricorde, adorant son Seigneur au moment du lever du soleil le jour de l’’Eid en ne jeûnant pas tout comme elle L’a adoré auparavant en jeûnant.
Selon Anas, qu’Allah soit satisfait de lui, lorsque le Messager () se rendit à Médine, il trouva les gens qui célébraient deux fêtes et il leur dit : «  Vous aviez l’habitude de célébrer deux fêtes et Allah les a toutes deux remplacées, pour vous, par deux autres jours meilleurs qu’eux : le jour de l’Eid Al-Adhaa et le jour de l’Eid Al-Fitr’. » (Abou Dawoud, An-Nassaa’i).
 L’‘Eid est l’un des rites de l’Islam et l’un de ses aspects les plus éminents. Certain négligent ces fêtes en préférant d’autres fêtes qui ne sont que des innovations (blâmables). Il y a des gens qui se préparent à ces fêtes innovées telles que les anniversaires, la fête des mères ou autres. L’on trouve le père et ses enfants se réjouir de la venue de ces occasions et y dépensent beaucoup d’argent. Quant aux fêtes islamiques, elles n’ont pas de valeur pour eux et il peut arriver qu’elles passent sans qu’ils ne leur accordent le moindre intérêt. Allah, Exalté soit-Il, dit à cet égard (sens du verset) : «Voilà [ce qui est prescrit]. Et quiconque exalte les injonctions sacrées d’Allah, s’inspire en effet de la piété des cœurs. » (Coran 22/32).
Le jour de l’‘Eid est un jour de joie et de plaisir pour celui qui a le cœur pur et animé d’une intention exclusivement tournée vers Allah, Exalté soit-Il. L’‘Eid n’est pas pour celui qui revêt de nouveaux habits et se vante de ses biens et du grand nombre des membres de sa famille. L’‘Eid n’est une occasion heureuse que pour celui qui craint Allah, Exalté soit-Il, Détenteur du Trône Glorieux, et qui craint le Jour de la Résurrection. De même, l’‘Eid est pour celui qui verse des larmes de repentir dans l’espoir d’être rétribué le Jour du Jugement Dernier.
Chers frères : nous allons vous présenter maintenant de façon rapide et succincte la bienséance et les dispositions relatives à l’‘Eid :
Premièrement : Louez Allah, Exalté soit-Il, pour avoir parachevé Son bienfait envers vous en vous ayant permis de jeûner pendant le mois de Ramadan et d’accomplir les prières nocturnes. Multipliez les invocations pour qu’Allah, Exalté soit-Il, accepte votre jeûne et vos prières nocturnes, vous pardonne vos péchés et vos peccadilles.
Deuxièmement : le Takbiir (dire Allaho Akbar, Allah est plus grand) : le Takbiir est permis depuis le coucher du soleil de la veille du ‘Eid jusqu’à l’accomplissement de la prière de l’‘Eid. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« (…) afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants! » (Coran 2/185).
La formulation du Takbiir est la suivante : « Allaho Akbar, Allaho Akbar, la ilaaha illa Allah (Allah est plus grand, Allah est plus grand, nul n’est digne d’être adoré en dehors d’Allah), Allaho Akbar, Allaho Akbar wa lillahi-l-Hamd (Allah est plus Grand et les louanges sont à Allah). »
Il est recommandé pour les hommes de hausser la voix en effectuant le Takbiir dans les marchés, les maisons et les mosquées pour manifester l’exaltation d’Allah ainsi que pour faire preuve de reconnaissance.
Troisièmement : Zakaate Al Fitr (aumône de la rupture du jeûne) : Allah, Exalté soit-Il, a institué la Zakaate Al Fitr qui doit être payée suite à l’achèvement du jeûne et ce pour purifier le jeûneur des futilités auxquelles il s’est livré et des péchés ainsi que pour nourrir les pauvres. La valeur de cette Zakate est d’un Saa’ (soit 2.040 kg) de froment, de dattes, de résidu de lait cuit, de riz, de raisins secs ou d’autres aliments de ce genre.Cette aumône est versée par chaque musulman, qu’il soit libre ou esclave, homme ou femme, petit ou grand. Le meilleur moment pour la donner aux pauvres est le Jour de l‘Eid avant l’accomplissement de la prière ; il est permis cependant de le faire un ou deux jours avant l’‘Eid. Il n’est pas permis de reporter son versement après l’accomplissement de la prière. Et il n’est pas permis non plus de s’en acquitter en versant de l’argent car cela va à l’encontre de l’ordre du Messager (). Il faut la verser sous forme de nourriture consommable par les humains. Il faut chercher les pauvres et les nécessiteux pour la leur donner. Parmi les aspects de la bonne éducation du foyer musulman figure le fait d’habituer sa famille à verser cette aumône avec la participation des jeunes enfants.
Quatrièmement : le Ghosl (ablutions majeures) et le fait de se parfumer et de mettre ses meilleurs habits concernant les hommes, sans exagérer, ni laisser traîner ses vêtements ni se raser la barbe car cela est illicite. Quant aux femmes, il leur est recommandé d’aller à l’endroit de la prière sans se parfumer ni exhiber leurs atours. Je ne puis concevoir qu'une musulmane aille accomplir un acte de piété, alors qu’elle fait preuve en même temps de désobéissance à Allah, Exalté soit-Il,  en exhibant ses atours, en se dévoilant le visage, et en se parfumant devant des hommes.
Cinquièmement : manger avant d’aller accomplir la prière de l’‘Eid : Il est recommandé avant d’aller accomplir la prière de l’‘Eid de consommer un nombre impair de dattes en nombre impair, car le Messager () a agi de la sorte.
 Sixièmement : accomplir la prière de l’‘Eid avec les musulmans et assister au sermon de cette prière : selon l’avis prépondérant d’un grand nombre de oulémas, dont fait partie Chaykh-ol-Islam, Ibn Taymiya (qu’Allah lui fasse miséricorde) ainsi que d’autres, la prière de l’ ‘Eid est obligatoire et en n’est dispensé que celui qui a une excuse valable du point de vue de la Charia. Les femmes doivent elles aussi assister à la prière de l’‘Eid, même celles parmi elles qui sont indisposées ; mais ces dernières se tenir à l’écart de l’endroit de la prière.
 Septièmement : emprunter un chemin différent en revenant de la prière : Il est recommandé d’emprunter un chemin différent de celui de l’aller lors du retour de l’endroit de la prière car le Messager () a agi de la sorte. 
Huitièmement : Il n’y a pas de mal à se féliciter mutuellement à l’occasion de l’‘Eid en disant par exemple : « Qu’Allah accepte nos bonnes actions et les votres. »
Nous attirons votre attention, cher frère, sur quelques infractions que certains commettent malheureusement pendant la nuit et la journée de l’’Eid et ce pour que vous les évitiez. Il est étonnant que les musulmans concluent cet acte d’obéissance par de la désobéissance, et que d’autres substituent les futilités et le jeu à l’imploration du pardon de leur Seigneur à la fin de chaque acte d’adoration. Citons certaines de ces infractions :
1-   Effectuer le Takbiir de manière collective et d’une seule voix ou en répétant derrière une personne qui dit «  Allaho Akbar » ou encore inventer des formules de Takbiir non instituées par la Charia ;
2-   Croire qu’il est recommandé de veiller la nuit de l’ ‘Eid en accomplissant la prière nocturne et en prononçant des Dhikrs en se fondant sur des Hadiths non authentiques que certains font circuler.
3-   Visiter les tombes le jour de l’’Eid pour saluer les morts.
4-   La mixité entre hommes et femmes dans certains lieux de prière, rues et lieux de promenade.
5-   Certains se réunissent pendant l’ ‘Eid pour chanter et perdre leur temps en futilités, ce qui n’est pas permis.
 6- Certains se réjouissent de l’‘Eid et se montrent heureux   parce que le mois de Ramadan s’est écoulé et qu’ils se sont débarrassés de l’adoration de ce mois, comme s’il s’agissait d’un lourd fardeau qui pesait sur leurs épaules, ce qui est très grave.
     7- Abuser des choses permises comme les habits, le manger et les boissons alors qu’Allah, Exalté soit-Il, dit à cet égard (sens du verset) : «Et mangez et buvez; et ne commettez pas d’excès, car Il [Allah] n’aime pas ceux qui commettent des excès.» (Coran 7/ 31)
N’oubliez pas, chers frères, que le Seigneur de Ramadan est le Seigneur de tous les mois. Continuez donc à obéir à Allah, Exalté soit-Il, et implorez Allah, Exalté soit-Il, pour qu’Il vous accorde la constance dans votre religion jusqu’à ce que vous Le rencontriez. Sachez aussi que le temps de l’obéissance et des actes d’adoration ne prend pas fin avec le commencement de l‘Eid comme le croient par erreur certains. Au contraire, comme le dit Allah, Exalté soit-Il, (sens du verset) : « et adore ton Seigneur jusqu’à ce que te vienne la certitude.» (Coran 15/99). La certitude veut dire ici la mort… un de nos pieux prédécesseurs a dit : « Les œuvres pieuses du musulman ne prennent fin qu’à sa mort. »
Al Hassan, qu’Allah soit satisfait de lui, a dit : « Certains ont refusé de faire preuve d’assiduité dans leurs actes d’adoration. Par Allah, le croyant n’est pas celui qui accomplit les actes de piété pendant un mois ou deux, ou pendant un an ou deux. Les actes de piété du croyant ne prennent fin qu’à sa mort. »
‘Omar ibn Al Khattaab, qu’Allah soit satisfait de lui, alors qu’il prononçait un jour un discours sur le minbar, lut le verset coranique où Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« Ceux qui disent: «Notre Seigneur est Allah», et qui se tiennent sur le droit chemin, les Anges descendent sur eux. «N’ayez pas peur et ne soyez pas affligés; mais ayez la bonne nouvelle du Paradis qui vous était promis. » (Coran 41/ 30) Puis il dit : « ‘qui se tiennent sur le droit chemin’ veut dire qu’ils obéissent à Allah, Exalté soit-Il, sans louvoyer comme le renard.
Si le mois de l’obéissance et de l’adoration et la saison des bienfaits et de l’affranchissement du Feu ont fait leurs adieux, Allah, Exalté soit-Il, a créé pour nous d’autres actes de piété et d’adoration qui réjouissent l’âme du croyant. Ces actes d’adoration sont des actes surérogatoires et des moyens de rapprochement d’Allah, Exalté soit-Il. Nous pouvons les accomplir tout au long de l’année. Nous en citons-en quelques-uns :
1-   le jeûne surérogatoire des six jours du mois de Chawwaal : Selon Abou Ayoub Al Ansaari, qu’Allah soit satisfait de lui, le Messager () a dit : 
« Celui qui jeûne le mois de Ramadan puis le fait suivre de six jours de Chawwaal, c’est comme s’il avait jeûné toute l’année. » (Mouslim).
Si vous avez des jours de jeûne à rattraper, vous devez les rattraper tout d’abord, avant de jeûner ces six jours.
2-   Jeûner les treizième, quatorzième et quinzième jours, nommés les Jours Blancs, ainsi que les lundis et jeudis de chaque mois lunaire, et le jour de ‘Arafah pour celui qui n’est pas en train d’accomplir le pèlerinage.
3- Accomplir la prière nocturne et observer l’accomplissement de la prière du Witr (nombre impair de Rak’ates qui clôture la prière de nuit)…. Et imiter les gens pieux dont Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) :«ils dormaient peu, la nuit» (Coran 51/17)
4-             L’accomplissement assidu des prières surérogatoires attachées aux prières obligatoires : douze Rak’ates (unités de prière) : quatre Rak’ates avant la prière du Dhohr et deux après elle, deux Rak’ates après la prière de Maghrib, deux après celle de ‘Ichaa’ et deux avant celle de Fadj.
5-             Lire le Coran de manière régulière chaque jour en lisant au moins un Djoz’ (l’une des trente parties du Coran).
6-   Etre soucieux d’accomplir des œuvres pies et de suivre le droit chemin en accomplissant des actes d’obéissance : Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« Demeure sur le droit chemin comme il t’est commandé, ainsi que ceux qui sont revenus [à Allah] avec toi. Et ne commettez pas d’excès. Car vraiment Il observe ce que vous faites.  » (Coran 11/112)
7- Implorez et sollicitez votre Seigneur pour qu’Il vous fasse vivre dans l’Islam et mourir Musulmans. Implorez-Le pour qu’Il vous accorde la constance dans la proclamation de l’unicité divine. Le Messager () invoquait souvent Allah, Exalté soit-Il, en disant : « Ô Toi qui tourne et retourne les cœurs, fais que mon cœur soit constant dans Ta religion. » (At-Termidhi)
Les types d’actes d’obéissance sont nombreux et la rétribution qu’Allah, Exalté soit-Il, accorde pour leur accomplissement est grande. Allah, Exalté soit-Il, dit à cet égard (sens du verset) :
 « Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions. » (Coran 16/ 97).
 Soyez donc chers frères soucieux de persévérer dans les bonnes actions et gardez-vous de vous laisser surprendre par la mort alors que vous commettez des actes de désobéissance. Ayez toujours à l’esprit l’idée que l’un des signes de l’acceptation des bonnes œuvres accomplies lors du mois de Ramadan est le fait de continuer à être obéissant à Allah, Exalté soit-Il. Une bonne action engendre une autre bonne action alors qu’une mauvaise action n’entraîne qu’une autre mauvaise action.
Chers frères, les jours de l’‘Eid ne doivent pas être consacrés au jeu ni à l’insouciance. Au contraire, ce sont des jours d’adoration et où l’on doit faire preuve de reconnaissance vis-à-vis d’Allah, Exalté soit-Il. Le croyant doit multiplier les actes d’adoration, qui sont innombrables. On peut citer parmi ces actes d’adoration : l’entretien de ses liens de parenté, le fait de rendre visite à ses proches parents, le fait d’abandonner la haine mutuelle et l’envie, le fait d’être compatissant envers les pauvres et les orphelins, et de rendre heureux les veuves et les nécessiteux en leur faisant l’aumône.
Méditez sur l’écoulement rapide des jours et tirez-en la morale selon laquelle tout prend inévitablement fin. Dépêchez-vous de vous repentir et de recourir sincèrement à Allah, Exalté soit-Il. Habituez-vous, chers frères, à l’obéissance et astreignez-vous à l’accomplissement des actes d’adoration car vos jours de vie sur cette terre sont limités.
Enfin,  sachez que le cœur du croyant ne se tranquillise et ne trouve le calme que lorsque ce croyant foule le Paradis de ses pieds. Recherchez donc assidûment une place dans un Paradis large comme les cieux et la terre et évitez un feu qui flambe et où ne brûleront que les pires criminels. Vous devez suivre le Hadith où le Messager () dit : 
«Suivez la voie du juste milieu et efforcez-vous de vous rapprocher de la perfection et sachez que nul n’entrera au Paradis grâce à ses œuvres et que les œuvres les plus aimées d’Allah sont celles que vous accomplissez de manière régulière même si elles sont peu nombreuses. » (Boukhaari).
Ô Allah, rends-nous constants dans notre foi ainsi que dans l’accomplissement des œuvres pies. Fais-nous vivre une vie vertueuse et permets-nous d’être avec les gens pieux au sein de Ton Paradis. Ô notre Seigneur, accepte toutes nos bonnes œuvres! Car c’est Toi l’Audient, l’Omniscient. Pardonne-nous nos péchés, ainsi qu’à nos parents et à tous les musulmans. Et notre dernière invocation est : Louange à Allah, Seigneur de l’Univers.

Articles en relation