Etes-vous une bonne mère ?

Etes-vous une bonne mère ?
  • Date de publication:13/05/2013
  • Catégories:Les parents
  • Fréquence:
5992 1764

Il est confirmé par la psychologie que la personnalité criminelle ou psychopathique n’est autre que le résultat d’un environnement familial anormal comme par exemple l’absence de la mère suite à son décès ou à un divorce ; il est à noter que l’absence du père ou des deux parents, pour les mêmes raisons, conduisent aux mêmes conséquences.
Il ne fait aucun doute que d’avoir un environnement familial normal et équilibré constitue une base pour le développement sain des enfants, l’acquisition d’une stabilité psychologique et d’une vie sociale normale.

Il n’existe aucune divergence parmi les spécialistes de la psychologie quant à l’importance des parents et de l’attention qu’ils portent à leurs enfants au cours des premières années de l’enfance. La relation que ceux-ci entretiennent avec leurs parents est donc primordiale et de sa qualité découlera un bon développement et une personnalité équilibrée ou non.


La question est : qu’entendons-nous par attention et compassion ?

Ce qui est souhaité pour nos enfants c’est un amour équilibré et juste, de la compassion, de l’attention et de la douceur, tout ceci lui apportera un sentiment de sécurité, d’assurance et de confiance en lui et envers les autres. Ce sentiment lui permettra de se développer, d’atteindre un équilibre et une maturité psychologique. S’il part sur de bonnes bases, fruits d’un amour et d’une attention équilibrés, il pourra ensuite voler de ses propres ailes, avancer dans la vie seul, sûr de lui et ainsi rencontrer le succès.
D’un autre coté, pensez-vous que la dureté ou la surprotection ont des effets négatifs ?
La réponse est dans la question. L’excès de dureté, voire même de punition, corporelle ou non, de critique à l’égard du comportement de l’enfant a un impact psychologique désastreux et les effets sur sa vie sociale sont négatifs. Il en est de même pour la surprotection, l’attention exagérée ou le manque de critique par rapport aux erreurs de comportement de l’enfant, les résultats sont certes différents mais tout aussi désastreux.
La clé d’une bonne éducation est d’être modéré et juste dans toutes choses, ceci implique l’amour pour nos enfants, il faut apporter de l’amour et de l’attention à ceux-ci en quantité juste et corriger leurs erreurs quand il le faut. Il convient donc d’être ferme sans être violent et doux sans être faible.
Les parents, et plus particulièrement la mère, car c’est elle qui a le rôle le plus important dans l’éducation des enfants, se doivent donc d’être pleins de miséricorde et de compassion envers leurs enfants. Ces derniers ont en effet besoin en permanence de leur amour, de leur tendresse et de leur chaleur. S'ils réussissent à les entourer de ces éléments, ils auront fourni un environnement sain et constructeur.

Les besoins affectifs de l’enfant

Les besoins d’amour, de compassion et de sécurité sont parmi les plus importants besoins émotionnels des enfants, spécialement le sentiment de se sentir en sécurité, en confiance. Personne ne peut se construire correctement sans ce sentiment d’être en sécurité, de pouvoir agir sans être menacé. La perte de ce sentiment mène à l’anxiété, à la peur et au manque de stabilité.

Selon les préceptes de l’éducation islamique, la compassion que l’enfant reçoit de ses parents de manière générale et de sa mère plus spécifiquement est essentielle pour que puisse se développer cet environnement de sécurité, lui faire prendre confiance et le rassurer, il développera en premier lieu une confiance en sa mère, puis en lui et enfin il pourra l’exporter vers d’autres objets plus tard dans son développement social. La nécessité de ces sentiments et de ce milieu entourant l’enfant est confirmé dans l’une des narrations prophétiques, le Prophète () a en effet adressé une prière pour les femmes quraychites dans le hadith suivant :

Le Messager d’Allah () a dit : « Les meilleures femmes parmi celles qui montent à chameau sont les femmes pieuses de Quraych car ce sont elles qui sont les plus tendres envers les enfants en bas âge et ce sont aussi elles les meilleurs gardiennes des deniers de leurs maris. » (Boukhari et Mouslim).

Et vous, chères sœurs, aimeriez-vous faire partie de ces femmes ?

Qui parmi nous refuserait donc d’en faire partie ? Ce qu’il vous reste à faire est donc de suivre le comportement de ces femmes pour en faire partie, calquer votre comportement sur celui des femmes de Quraych, faire preuve de compassion envers les enfants et être de bonnes gardiennes pour les époux tel indiqué dans le hadith ci-dessus.
Voici donc les prescriptions de notre noble religion : que les mères soient sources d’amour, de bonté, de compassion envers les enfants, qu’elles leurs apportent le terreau affectif nécessaire à un développement sain. Cette nourriture affective est une des caractéristiques de la mère musulmane, contrairement à la mère occidentale, non pas qu’elle ne le puisse pas, mais elle a vu son rôle redéfini par une société égoïste dont la course aux biens matériels est l’essence, les mères en Occident sont tout aussi capables que les musulmanes mais elles sont épuisées par leur double-travail, elles ont perdu le sens de cette fonction nourricière qui est dans leur nature originelle.

Qu'Allah fasse des femmes musulmanes de bonnes mères, car ce sont elles qui forment et formeront les hommes et les femmes de notre Oumma.

Articles en relation

Les plus visités

Les parents

Dispositions relatives à l’entretien des personnes à charge

L’entretien (par le mari) consiste à pourvoir aux besoins de ceux qui sont à sa charge, en nourriture, en vêtements, en logement et en tout ce qui s’ensuit. L’entretien...Plus