La mosquée al-Aqsâ (I)

La mosquée al-Aqsâ (I)
7386 1929

Nous allons dans trois articles essayer de donner une vision globale de la mosquée al-Aqsâ, il s’agira pour nous d’évoquer sa description, son édification, ses vertus et mérites, les édifices et monuments les plus importants se trouvant au sein de la mosquée al-Aqsâ, l’incendie dont elle fut l’objet ou encore sa situation actuelle. 

La mosquée al-Aqsâ est la deuxième mosquée qui fut construite sur terre, la plupart des prophètes et des envoyés ont vécu à son ombre et à leur tête Ibrâhîm (Alaihi Salam), mais ce fut également le cas d’Ishâq, de Ya’qûb, de Zakariyya, Yahya, ‘Isâ, Dâwûd, Sulaymân ou Maryam, notons en outre que Dhu al-Nûn y entra en vainqueur et que le Sceau des prophètes et des envoyés, Mohammed (), y accomplit al-Isrâ` (le voyage nocturne) ; par ailleurs, c’est de cette mosquée que « jaillirent » la plupart des révélations divines.
Rappelons que la mosquée al-Aqsâ fut la première Qibla des musulmans, et ce, durant près de 17 mois et que les prières en son sein valent cinq cent prières dans tout autre mosquée hormis la mosquée de La Mecque et celle du Prophète à Médine.

Les noms de la mosquée al-Aqsâ :

-La mosquée al-Aqsâ : Allah, exalté soit-Il, dit dans le Noble Coran : « Gloire et Pureté à Celui qui de nuit fit voyager Son serviteur [Mohammed] de la mosquée al-Harâm à la mosquée al-Aqsâ dont Nous avons béni l’alentour afin de lui faire voir de Nos merveilles. C’est Lui, vraiment, qui est l’Audient, le Clairvoyant » (Coran 17/1) ; « al-Aqsâ » signifie ce qui est éloigné, ce terme renvoie donc au fait que cette mosquée al-Aqsâ est loin de la mosquée de La Mecque.
-La Terre bénie : Allah, exalté soit-Il, dit : « Et (Nous avons soumis) à Sulaymân le vent impétueux qui, par son ordre, se dirigea vers la terre que Nous avions bénie. Et Nous sommes à même de tout savoir » (Coran 21/81) ; c’est donc une terre de révélations divines et de prophètes qu’Allah, exalté soit-Il, a bénie ainsi que les gens qui y vivent, ses cultures et ses récoltes.
- Bayt al-maqdis : d’après Djâbir ibn ‘Abdallah (Radhia Allahou Anhouma), le Prophète () a dit : « Quand Quraysh me démentit, je me levai dans le Hijr ; Allah me dévoila Bayt al-maqdis et je me mis alors à leur décrire ses caractéristiques tandis que je l’embrassais du regard » (le hadith fait consensus) ; le sens de « maqdis » est pur ou purifié.
Il est autorisé d’appeler ce lieu la « Mosquée éloignée et bénie » (al-Masdjid al-aqsâ al-mubârak). En revanche, il n’est pas correcte d’appeler cette mosquée « al-Haram al-charîf » (le noble sanctuaire), car ce lieu ne comporte pas de sanctuaire inviolable (haram) et il est possible d’y chasser, d’y couper les arbres et d’y ramasser des objets trouvés, ce qui n’est pas le cas dans les zones sanctifiés de La Mecque et de Médine qui sont les deux seuls et uniques « nobles sanctuaires » ; toutefois, il est prohibé de faire dans la mosquée al-Aqsâ les choses qui sont interdites dans toutes autres mosquées du monde, c’est-à-dire d’acheter et de vendre, d’y proférer des paroles d’égarement, d’y élever la voix, etc.

La localisation de la mosquée al-Aqsâ :

La mosquée al-Aqsâ se trouve dans la partie sud-est de la vieille ville d’al-Quds (Jérusalem), laquelle ville se trouve quant à elle pratiquement au centre de la Palestine, ce lieu de culte prend place sur une éminence appelée la colline de Muriya, sa limite sud-est correspond à la limite sud-est de la vieille ville d’al-Quds.

Description de la mosquée al-Aqsâ :

Le terme « mosquée al-Aqsâ » renvoie à tout ce qui est englobé par le rempart qui se trouve dans le coin sud-est de la vieille ville d’al-Quds qui a également pour limite des remparts ; ainsi, est considéré comme faisant partie de la mosquée al-Aqsâ : le Dôme du Rocher (dont la coupole est dorée) qui se trouve au cœur de cette dernière et la mosquée al-Qiblî (dont la coupole est de couleur gris foncé) qui se trouve dans sa partie la plus au sud du côté de la Qibla ; mais outre ces deux lieux importants et hautement symboliques, on trouve inclus dans ce qu’on appelle la mosquée al-Aqsâ environ 200 lieux et édifices parmi lesquels il y a des mosquées, des constructions diverses, des coupoles, des fontaines, des terrasses, des galeries, des écoles, des arbres, des minbars, des minarets, des portes, des puits, des bibliothèques ou encore des places.

La superficie de la mosquée al-Aqsâ :

La superficie de la mosquée al-Aqsâ est d’environ 144 000 m², elle couvre donc à peu près le sixième de la superficie d’al-Quds intra-muros, la forme de sa superficie ressemble à un polygone irrégulier, dont le côté ouest fait 491 m, le côté est 462 m, le côté nord 310 m et le côté sud 281 m.
Il est important de rappeler que les limites et la superficie de la mosquée al-Aqsâ n’ont pas changé à travers les siècles, cette dernière n’a en effet jamais connu aucun agrandissement depuis qu’elle a été édifiée sur terre, ce qui n’est pas le cas en revanche des mosquées de La Mecque et de Médine qui ont été l’objet de divers agrandissements et aménagements durant leur longue histoire.
Celui qui pénètre dans la mosquée al-Aqsâ et accomplit sa prière sous l’un de ses arbres, sous l’une de ses coupoles, sur l’une de ses terrasses, dans l’une de ses galeries, dans le Dôme du Rocher ou encore dans la mosquée al-Qiblî, alors les récompenses de son adoration sont démultipliées. Abû Dharr (Radhia Allahou Anhou) a dit la chose suivante : « Nous étions en présence du Prophète () en train de discuter sur le fait de savoir quelle était la meilleure des deux mosquées celle du Prophète () ou celle d’al-Aqsâ, c’est alors que le Prophète () a dit : « Une prière dans ma mosquée est meilleure que quatre prières là-bas. Pourtant, quel excellent lieu de prières ! Il s’en faut de peu (pour que vienne une époque où) l’on préférera posséder une parcelle de terre égale en longueur de la corde [Chatan] avec laquelle on attache son cheval, et à partir de laquelle on puisse apercevoir Jérusalem, au reste de l’ensemble des biens du monde » (al-Hâkim).


(A suivre).
 

Articles en relation