Pourquoi il est important d’étudier les Croisades ? I

Pourquoi il est important d’étudier les Croisades ? I
3965 1377

Nous tâcherons dans cette série de trois articles de répondre à cette question : pourquoi il est important d’étudier les Croisades ? En voici donc le premier.


Les récits historiques dans le Noble Coran

Il ne peut échapper à celui qui lit le Noble Coran que le style des récits qu’il contient est à mettre au nombre des principaux styles servant à faire passer une idée ou à faire comprendre quelque chose. Il ne peut en outre échapper à un lecteur du Noble Coran que ces récits ne sont évoqués que pour délivrer une leçon, une sagesse ou encore toute autre idée pouvant être profitable à celui qui les lira, de même que ce lecteur notera que ces récits sont construits d’une manière qui rend l’histoire évoquée extrêmement proche de ce que nous pourrions vivre dans notre propre vie, et ce, à telle enseigne que nous avons parfois l’impression, quand nous lisons ces récits, de les voir se dérouler devant nos yeux ou bien encore de connaître personnellement leurs protagonistes comme si nous les fréquentions dans notre vie mais avec d’autres noms ; par exemple, untel agit strictement de la même manière que le faisait Pharaon dans l’un des récits coraniques, untel autre a le même comportement que Qârûn, un autre encore suit le même chemin que Tâlût, un quatrième imite la manière d’être de Dhu-l-Qarnayn ou bien encore certains individus ressemblent à s’y méprendre aux Fils d’Israël à un moment précis de leur existence, d’autres encore semblent mener la même vie que le peuple de Thamûd, et les exemples sont nombreux…
Ainsi, tous les exemples que nous voyons dans notre vie ressemblent à des exemples que l’on trouve dans le Noble Coran, et ce, à tel point que ce dernier est devenu un véritable guide nous éclairant le chemin de vie que nous devons suivre. Et cette bonne guidée se fait notamment par le biais des récits coraniques, c’est donc pour cette raison que notre Seigneur, exalté soit-Il, donne l’ordre aux croyants de raconter ces récits et de rapporter ces histoires, Il dit à ce propos : « Eh bien, raconte-leur ce récit. Peut-être réfléchiront-ils ! » (Coran 7/176).

Il est indéniable que l’histoire humaine constitue un immense trésor recelant une multitude d’expériences à la valeur inestimable ; ainsi, nous pouvons considérer que le gouvernant qui retombe dans les mêmes travers et écueils que ses prédécesseurs commet là une énorme bévue de même que nous pouvons dire que c’est commettre un grand péché d’emprunter de mauvais chemins alors que nous avons entre nos mains les expériences des autres qui sont sensées nous mener vers la réussite. Il nous est possible d’affirmer sans problème que notre Communauté s’est beaucoup égarée, car elle a clairement négligé sa propre histoire ainsi que l’histoire de l’humanité en général, et même pire que cela – malheureusement – lorsque les gens de notre Communauté lisent leur histoire, ils le font à travers des faussaires et autres envieux qui travestissent et transforment, à leur profit et à nos dépens, de nombreuses pages historiques, ces derniers défigurent nos symboles, modifient les récits et renversent les événements, au point que l’homme bon devient un être mauvais et que le corrompu devient un sage. C’est donc de cette manière que se sont perdues et ont été dissimulées d’innombrables leçons et expériences, et c’est donc ainsi que les musulmans ont perdu l’un de leurs trésors les plus précieux.
C’est pour ces funestes raisons qu’il nous incombe de mener à bien de multiples études complètes sur l’histoire de la civilisation islamique, et ce, en tâchant de n’omettre aucun aspect de cette dernière. Dans ce processus de vérité, nous devons corriger toutes les informations erronées qui se sont répandues et remettre les choses à leur juste place, c’est alors que nous pourrons vraiment profiter de ce trésor sans prix qu’est notre histoire.

Pourquoi étudier l’histoire des Croisades ?

Nous avons entre nos mains l’un des sujets historiques les plus importants qui soient, et ce sujet est l’histoire des Croisades. En effet, ce sujet a une valeur exceptionnelle et son étude est décisive pour comprendre de nombreux autres sujets qu’ils fussent historiques ou bien en lien direct avec notre réalité. Ainsi, au risque de nous répéter, nous affirmons que l’histoire de cette période historique, qui court grosso modo sur deux siècles, est d’une importance capitale pour comprendre l’histoire de la civilisation islamique dans son ensemble, de même qu’elle est essentielle si nous voulons comprendre la réalité que nous vivons aujourd’hui. Notre choix d’étudier l’histoire des Croisades a plusieurs causes dont les plus importantes sont les suivantes :

1- Les Croisades couvrent une très longue période de l’histoire islamique ainsi que de l’histoire humaine :

En effet, comme nous l’avons déjà indiqué plus haut, les Croisades ont duré plus de deux siècles, soit 1/7 de l’histoire de la civilisation islamique, par conséquent si nous donnons de l’importance à l’histoire islamique, alors il est évident que l’étude de cette période est une chose très importante.
Il nous faut noter que l’étude de cette période historique n’est pas importante uniquement pour les musulmans, mais elle l’est aussi pour les Européens, ainsi que pour tous ceux qui pensent et réfléchissent sur le monde. Il est incontestable que les Croisades n’ont cessé d’habiter la pensée européenne, l’esprit des hommes de lettres et autres poètes ainsi que celui des gens du commun, et ce, pendant trois siècles successifs, c’est-à-dire de 1095 (appel du pape Urbain II à Clermont), qui marque le début de ces offensives occidentales contre l’Orient musulman, jusqu’à environ 1400, c’est-à-dire un siècle après la fin définitive des Croisades. Toutefois, l’intérêt pour ces dernières se prolongea au-delà de cette date dans toutes les universités et tous les lieux de savoirs occidentaux, et ce, jusqu’à nos jours ; ce phénomène est tellement vrai qu’une étude menée par l’historien Norman Cantor a démontré que l’unique événement historique ayant trait à l’histoire du Moyen Âge que connaît vraiment un jeune diplômé normal d’une université américaine est la première Croisade, cette étude a également mis en évidence que ces jeunes diplômés ont de cette première expédition guerrière un avis très positif.

2- La compréhension des diverses idéologies des parties en conflit :

Comme cette période historique couverte par les Croisades est longue, nous pouvons observer dans cette dernière les diverses idéologies des parties en confit. Ainsi, nous constatons que les idées traversant la société occidentale à l’époque ainsi que les desseins des leaders populaires et militaires, des chefs politiques et des systèmes en général pourraient être considérés comme déviants et s’opposant à ce qui se faisait habituellement s’ils avaient été ponctuels et passagers ; cependant, la constance de ces idéologies pendant des dizaines d’années, voire pendant au moins deux siècles, nous prouve que celles-ci étaient comme des dogmes installés et enracinés, elles n’étaient en aucun cas des idées malheureuses sorties de la tête d’un ignorant ou d’un fanatique. Quand on a saisi cela, on peut alors aisément comprendre les idées maîtresses sous-tendant ce projet de guerre occidentale contre les musulmans, lesquelles idées présidèrent à l’ancien conflit qui opposa les musulmans aux chrétiens de l’Etat byzantin ; par ailleurs, nous pouvons également mieux saisir les grandes idées guidant les combattants musulmans ainsi que leur manière de pratiquer la guerre et les trêves, leurs relations avec les non-musulmans ou bien encore leur capacité d’adaptation face à ce grand défi. En outre, nous pouvons dire que cette étude est excellente pour comprendre le psychisme des peuples comme pour saisir l’éthique des conflits entre différentes forces, et cela est d’autant plus intéressant lorsque l’Islam est l’une des forces en présence.

3- L’étonnante ressemblance entre des faits historiques passés et la réalité contemporaine :

Notre besoin d’étudier les Croisades apparaît encore plus évident lorsque l’on constate l’étonnante ressemblance qui existe entre cette période de l’histoire ancienne qui remonte à plus de neuf siècles et notre période contemporaine.
Ainsi, de la même manière qu’il y a plusieurs siècles s’est organisée une coalition occidentale afin d’attaquer comme un seul homme le monde islamique et qu’on a vu à l’époque une alliance entre la caste politico-militaire, l’Eglise, les milieux financiers et les hommes de sciences afin de mener à bien cette large offensive, nous voyons aujourd’hui ce même genre d’alliance et de coalition ayant pour but une guerre sans pitié contre le monde islamique, et ce, contre un certain nombre de ces pays.
Et de la même manière qu’a eu lieu l’offensive des Croisés contre la Syrie-Palestine ainsi que contre certaines parties de la Turquie, de l’Egypte et même du Hedjaz, nous voyons aujourd’hui des attaques continues et des efforts soutenus ayant porté leurs fruits dans de nombreux endroits du monde musulman comme la Palestine, l’Iraq, l’Afghanistan, la Tchétchénie, le Cashmere, la Bosnie ou encore le Kosovo ; nous ne pouvons que constater par ailleurs que d’autres régions islamiques sont les cibles de ce projet de domination pensé et appliqué avec détermination, c’est notamment le cas du Soudan, de la Somalie, du Liban ou de la Syrie, de même que des pays comme l’Iran, le Pakistan ou la Turquie ne sont pas à l’abri du danger.
Et de même que la période des Croisades a vu l’installation d’une entité politique occidentale en Palestine qui avait pour nom le « Royaume de Jérusalem » ayant tenu plusieurs dizaines d’années grâce notamment aux aides multiples venues d’Occident, nous voyons aujourd’hui que l’entité sioniste s’est installée exactement au même endroit, c’est-à-dire en Palestine, et cette dernière bénéficie, comme sa prédécesseure, de larges aides en tous genres venues également d’Occident.
Et de la même manière qu’il y avait à l’époque une volonté coloniale, qui était l’un des moteurs des Croisades, volonté qui s’est traduite par le fait que les Occidentaux sont venus avec des civils (hommes, femmes, enfants) et que leur but n’était absolument pas de vaincre lors d’une bataille et de rentrer dans leurs contrées avec le butin, mais effectivement de vivre là, de s’y installer durablement, d’acquérir des biens et de couper complètement leurs liens avec leurs pays d’origine, nous voyons aujourd’hui les sionistes faire exactement la même chose, c’est-à-dire qu’ils émigrent en « Terre sainte » avec toutes leur famille afin de s’y installer pour toujours, ils appellent cela faire leur « aliya ».
Et de même qu’il y a eu à l’époque des Croisades des trahisons de la part de nombreux chefs politiques et autres potentats locaux musulmans, qui est un phénomène honteux de l’histoire de ces événements expliquant en partie la complète déroute dans un premier temps des forces musulmanes face à l’extension croisée, nous voyons aujourd’hui le même type de trahisons et le même état d’esprit défaitiste et lâche, et ce, d’une manière quasi identique ; il est en effet triste de voir qu’aucune vraie armée ou qu’aucun vrai chef ne se lève afin de donner la victoire aux personnes affligées vivant dans notre pauvre monde musulman qui est occupé à plusieurs endroits.
Et de même qu’il a existé pendant les Croisades une volonté farouche des ennemis de l’Islam d’empêcher toute unité des diverses régions de la Syrie-Palestine (al-Châm), toute unité entre l’Egypte et la Syrie-Palestine et toute unité entre les divers chefs musulmans de la région, car en effet cette situation de désunion facilitait l’installation et l’expansion des Croisés, nous voyons aujourd’hui la même volonté acharnée des ennemis contemporains des musulmans, nous pouvons dire qu’hélas il y ont réussi dans une certaine mesure, c’est ainsi qu’il n’existe pas de pays musulmans voisins qui ne soient pas en guerre avec l’autre.
Il est incontestable que les points de ressemblance entre les deux époques sont si nombreux qu’on ne peut les dénombrer, nous pouvons dire en sus que nous constaterons très nettement cet état de fait à travers notre étude détaillée de cette période de l’histoire, nous aurons alors l’impression de lire des pages de notre réalité, celle de nos sociétés, et non des pages d’une histoire depuis longtemps révolue.

Dr Râghib al-Sardjânî, tiré de L’histoire des Croisades.

(A suivre).
 

Articles en relation