La concordance entre le Coran et les sciences modernes –II

La concordance entre le Coran et les sciences modernes –II
12705 1407

La cosmologie :
La cosmologie est la branche de l’astronomie qui étudie l’origine, la structure et l’évolution de l’Univers dans son ensemble. A travers l’histoire, la science et la religion ont essayé d’expliquer l’univers mais leurs explications ont souvent été contradictoires l’une par rapport à l’autre. La cosmologie moderne, qui applique des rapports mathématiques particuliers et des théories scientifiques pour essayer de trouver une explication, est essentiellement un produit du 20ème siècle. La recherche cosmologique contemporaine est basée sur une description mathématique de l’univers, développée dans les années 1900, par Albert Einstein dans le cadre de ses théories de la relativité restreinte ou générale.
Ces théories exigent des connaissances mathématiques très sophistiquées, pour être parfaitement comprises. Elles concernent essentiellement les lois du mouvement dans des conditions de célérité importante approchant la vitesse de la lumière (relativité restreinte), et l’impact de champs gravitationnels importants (relativité générale), appliqués pour expliquer les phénomènes cosmologiques. Ce qui est étonnant et démontre l’universalité de l’Islam, est que plusieurs résultats scientifiques de la cosmologie moderne, et ce d’après plusieurs scientifiques, semblent avoir été mentionnés dans le Noble Coran, révélé par Allah, exalté soit-Il, au Prophète Mohammad () depuis plus de 1400 ans.
Parmi ces résultats scientifiques : a. la théorie du Big Bang sur la création de l’Univers, b. l’expansion de l’Univers et c. la relativité du temps.
La théorie du Big Bang et l’unité de la création :
La plupart des cosmologistes contemporains ont accepté la théorie du Big Bang pour expliquer la naissance de l’Univers. Cette théorie stipule que l’Univers, a débuté à partir d’un point unique (ou ‘entité unique), dense et chaud. Et à partir de ce point s’est formée ce qu’on appelle souvent ‘la soupe cosmique’, en référence à l’échange constant entre la matière et l’énergie sans aucune séparation entre les étoiles et les planètes, ou les cieux et la terre, tels que nous les connaissons.
Le Noble Coran montre une très grande concordance avec cette théorie, Allah, exalté soit-Il,  dit (sens du verset) :
« Ceux qui ont mécru, n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte? Ensuite Nous les avons séparés et fait de l’eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas?” (Coran 21/30)
Ce verset décrit de manière précise l’unité initiale de toute la création et la division ultérieure de l’Univers sous la forme que l’on connaît aujourd’hui. Abd Allah Youssof Ali, dans ses notes attachées à sa traduction anglaise de la 21ième sourate du Coran, souligne que plus l’Homme acquiert de connaissances du monde matériel qui l’entoure, plus il développe sa perception de l’unité primordiale du cosmos. A titre d’exemple, il cite la découverte de la relation directe entre les mesures de l’activité des tâches solaires et les changements dans le champ magnétique terrestre. Nous pouvons trouver de nombreux autres exemples dans la vie quotidienne, dont l’influence de la lune sur les marées et sur le cycle menstruel des femmes, ou encore l’influence du champ magnétique terrestre sur la migration des oiseaux, les forces gravitationnelles et centrifuges qui permettent au système solaire d’être harmonieusement uni, empêchant la dérive des planètes ou leur écrasement les unes contre les autres.
Essentiellement, l’unité de la création continue à exister, non pas sous la forme d’une entité unique, mais à travers les différentes relations qui permettent aux différents éléments de la création de maintenir leur lien avec ‘l’unicité’ initiale de l’Univers.
L’expansion et la structure de l’Univers :
Le Coran mentionne l’expansion continue de l’Univers, (sens du verset) : « Le ciel, Nous l’avons construit par Notre puissance: et Nous l’étendons [constamment] dans l’immensité. » (Coran 51/47). L’Américain, Edwin Hubble avait découvert que, plus une galaxie est éloignée de la Terre, plus sa vitesse d’éloignement est grande. En effet, il a découvert que le mouvement d’une galaxie est proportionnel à sa distance. Ce qui signifie que si une galaxie est dix fois plus loin par rapport à une autre galaxie, sa vitesse d’éloignement est dix fois plus grande.
En se basant sur cette découverte et sur d’autres observations, les scientifiques sont arrivés à la conclusion que l’Univers est en expansion continue. De plus Dr. Haruk Nurbaki, dans son livre ‘les versets du Coran et les réalités de la science’, mentionne que le Coran a également suggéré une structure de l’Univers qui correspond aux résultats scientifiques modernes. Le Coran cite (sens du verset) : « ‘Allah’ Celui qui a créé sept cieux superposés […] » (Coran 67/3)
Dr. Nurbaki met en corrélation la référence aux ‘sept cieux’ et la description des régions cosmiques donnée par les scientifiques contemporains. Il affirme que, lorsqu’on regarde l’espace à partir de la Terre, on est entouré par sept champs magnétiques qui s’étendent à travers l’espace infini. Ces champs consistent en : 1. Le domaine spatial qui englobe la Terre et le système solaire ; 2. Le domaine spatial de la galaxie de la Terre, la voie lactée ; 3. Le domaine spatial occupé par un ‘groupe local’ de galaxies comprenant la voie lactée ; 4. Le champ magnétique central de l’Univers, représenté par un groupement d’amas de galaxies ; 5. La bande de quasars qui sert de « laboratoire d’éclosion d’étoiles » ; 6. Le domaine de l’Univers en expansion, représenté par les galaxies les plus éloignées, et 7. Le champ de l’espace le plus éloigné représentant l’infini.
La relativité du temps :
Dans un article intitulé ‘Une nouvelle méthode coranique pour la détermination de la valeur de la célérité C’, Dr. Mansour Hassab-Elnaby affirme que le Coran a établi un système de référence spatio-temporel qui démontre la relativité du temps et la constance de la vitesse de la lumière (représentée par ‘C’ dans les notations scientifiques). Albert Einstein avait utilisé ces concepts pour démontrer ses célèbres « équations de champ », qui fournissent une explication mathématique de l’interaction qui existe entre la matière, l’énergie, l’espace et le temps dans l’Univers. La base de l’article de Dr. Hassan-Elnaby est le verset coranique (sens du  verset) :« Du ciel à la terre, Il administre l’affaire, laquelle ensuite monte vers Lui en un jour équivalent à mille ans de votre calcul. » (Coran 32/5)
Par conséquent, le Coran suggère que le temps n’est pas absolu dans l’Univers, une telle découverte n’a été faite que vers le début du 20ème siècle. Selon Dr. Hassab-Elnaby, le verset susmentionné, fait référence un ‘système cosmique’ d’une célérité extrêmement élevée, qui permet de parcourir, en un jour, la distance que la lune parcourt autour de la Terre pendant une période de mille ans. Et l’utilisation du calendrier lunaire dans la détermination du temps sur Terre est mentionnée dans le verset (sens du verset) :
« C’est Lui ‘Allah’ qui a fait […]  de la lune une lumière, et Il en a déterminé les phases afin que vous sachiez le nombre des années et le calcul (du temps) […]» (Coran 10/5)
Ainsi, Dr. Hassab-Elnaby a utilisé la relation mathématique mentionnée dans ce verset, –une journée d’un point de vue cosmique est égale à 1000 années d’un point de vue terrestre-, ainsi que des données scientifiques sur les mouvements de la Terre et de la Lune,  pour calculer la vitesse qui fournit la relation entre les deux systèmes d’estimation du temps. Il a signalé que la vitesse qui en résulte est 299 792,458 kilomètres par seconde, qui est exactement, et à la virgule près, égale à la vitesse de la lumière enregistrée par l’Institut national des mesures et de la technologie des Etats-Unis.
Le Coran en tant que part de l’ordre Universel :
La corrélation existant entre les découvertes scientifiques, pendant le dernier siècle, et le Coran, met en évidence l’importance de la préservation des paroles écrites, chose soulignée par l’Islam car il rapproche espace et temps, et fournit des éléments d’inspiration et de vérification pour ceux qui n’ont pas connu le Prophète Mohammed () et ses Compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux. Elle a également poussé certains scientifiques à étudier, de manière plus approfondie, le Coran.
Dr. Maurice Bucaille, membre de l’Académie Française des Sciences, et auteur de l’ouvrage La Bible, le Coran et la Science, déclare : « … Comment en être étonné lorsqu'on sait que, pour l'Islam, la religion et la science ont toujours été considérées comme deux sœurs jumelles et qu’aujourd’hui, alors que la science connaît un tel progrès, elles continuent à être associées […] De nos jours, les progrès accomplis grâce aux connaissances scientifiques sont utilisés dans l'interprétation de certains passages du Coran, incompris ou mal interprétés jusqu'alors, constituent l'apogée de cette confrontation entre les Ecritures et la science. De plus, à une époque où pour de nombreuses personnes,  la vérité scientifique a asséné un coup fatal aux croyances religieuses, ce sont précisément les découvertes scientifiques, suite à un examen objectif de la Révélation Islamique, qui ont permis de mettre en évidence le caractère surnaturel de certains aspects de la Révélation.»
L’Islam encourage l’Homme dans sa recherche du savoir pour que, d’une part, il puisse améliorer sa perception de l’ordre cosmique, et d’autre part, pour développer ses capacités, afin de mener à bien son rôle de vicaire d’Allah, Exalté soit-Il,  sur Terre. Le Coran semble donner une attention particulière à l’observation des cieux dans cette quête du savoir. Il dit (sens du verset) : « Et Nous avons fait du ciel un toit protégé. Et cependant ils se détournent de ses merveilles.» (Coran 21/32)
Ainsi, des preuves importantes semblent voir le jour dans le monde moderne, prouvant que le Coran renferme des révélations qui transcendent l’espace et le temps, pour faire partie de l’ordre cosmique, pour guider l’humanité et renforcer les liens entre la religion et la science.

Articles en relation