Lorsqu’un jeune enfant décède, il devance ses parents au Paradis

Lorsqu’un jeune enfant décède, il devance ses parents au Paradis
711 151

Lorsqu’un jeune enfant décède, il devance ses parents au Paradis

Mu'âwiya ibn Qurra a rapporté d'après son père : « Lorsque le Prophète () s'asseyait, un groupe de compagnons s'asseyaient avec lui. Parmi ceux-ci se trouvait un homme qui avait un jeune garçon qui montait sur son dos et s'asseyait devant lui jusqu'au jour où ce jeune garçon décéda et l'homme cessa d'assister à ce rassemblement. Le Prophète () remarqua son absence et dit : "Pourquoi ne vois-je plus untel ?" On lui répondit : "O Messager d'Allah, son enfant qui tu voyais est décédé et c'est ce qui l'empêche d'assister à cette assemblée." Le Prophète () alla à sa rencontre et lui demanda des nouvelles de son fils. L'homme l'informa qu'il était décédé. Le Prophète () lui présenta ses condoléances puis lui dit : - "O untel, que préfères-tu : profiter de lui (ton fils) toute ta vie ou ne pas te présenter demain devant une porte du Paradis sans le trouver t'y ayant devancé et t'ouvrant celle-ci ?" - "O Prophète d'Allah, je préfèrerais certes qu'il me devance à l'une des portes du Paradis et m'ouvre cette dernière.", dit l'homme. - "Tu auras donc ce que tu souhaites.", dit le Prophète (). Un homme parmi les Ansârs se leva ensuite et dit : - "O Messager d'Allah, je sacrifierais pour toi ma vie. Cela est-il spécifique à cet homme ou est-ce également valable pour tout musulman qui a perdu un jeune enfant ?" - "Cela est certes valable pour tout musulman qui perd un jeune enfant.", répondit le Prophète (). » [al-Nasa'î, al-Tirmidhi, ibn Mâdja (al-Albânî : sahîh)]
Ce que l'on apprend de ce hadith :
1- L'amour des enfants est naturel et inné. C'est pourquoi la grande tristesse de ce compagnon à la mort de son fils n'est pas étonnante.
2- Le Prophète () laissait l'enfant jouer en sa présence et dans son assemblée.
3- Présenter ses condoléances à la mort d'un enfant est une sunna.
4- La mort d'un enfant a un impact sur le moral et empêche les gens d'assister aux assemblées de bien.
5- La mort de cet enfant a été la raison de la bonne nouvelle annoncée par le Prophète () à ce compagnon et aux autres personnes qui perdent leurs enfants.
6- Le Prophète () a demandé des nouivelles de son compagnon et lui a accordé de l'attention.
7- Les compagnons, qu'Allah soit satisfait d'eux, veillaient à accomplir le bien et se concurrençaient entre eux dans ce domaine comme le prouve ce passage : « Un homme parmi les Ansârs se leva [...] »
8- Le hadith montre la politesse des compagnons envers le Prophète () et la gentillesse dont ils faisaient preuve en lui posant des questions comme dans le passage : « O Messager d'Allah, je sacrifierais pour toi ma vie. »

 

Articles en relation