Quelques finalités de la sourate le Fer (al-Hadid)

Quelques finalités de la sourate le Fer (al-Hadid)
650 58

 

La sourate ‘le Fer’ (Al-Hadid) est la 57ème sourate du Coran selon le classement du Moushaf de ‘Uthmân. C’est la 95ème selon l’ordre de révélation du Coran. Selon l’avis de la plupart des savants, c’est une sourate médinoise, c'est-à-dire révélée après l’hégire du Prophète () de La Mecque à Médine. Les savants affirment qu’elle fut révélée avant les sourates La secousse (Al-Zalzala) et Le combat (appelée aussi Muhammad). Elle est donc médinoise selon l’avis le plus juste.

Al-Naqqâsh a même affirmé que les exégètes sont unanimes sur ce point. L’agencement de ses versets et ses enseignements confortent cet avis sans aucun doute. Ibn ‘Atiyya dit : ‘ Le début de la sourate semble être mecquois mais il ne fait aucun doute qu’une partie est médinoise.’

Ibn ‘Achour a dit : ‘ Le fait que cette sourate soit mecquoise ou médinoise, c’est à dire, révélée avant ou après l’hégire, est sujet à une divergence de taille. Aucune autre sourate ne fut l’objet d’une telle divergence … on  y trouve le verset suivant : « Ils ne se valent pas, ceux qui ont dépensé de leurs biens avant la victoire. » (Coran 57/10). Qu’il s’agisse dans ce verset de la victoire de La Mecque ou de Hudaybiyya, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une victoire. Et c’est pour cela que la sourate de la victoire (Al-Fath) fut nommée ainsi. Elle est donc forcément médinoise. Il ne convient donc pas de diverger sur le fait que la majeure partie de cette sourate soit médinoise.’ Elle contient 29 verstes.  

Son appellation

Elle est ainsi nommée depuis l’époque des compagnons. Le hadith rapporté par Tabarni et al-Bazzâr qui relate la conversion de ‘Umar ibn al-Khattab, qu’Allah l’agrée, mentionne que ‘Umar est entré chez sa sœur avant de se convertir. Il trouva chez elle une feuille sur laquelle était écrit le début de cette sourate. Il l’a lue jusqu’au verset : « Croyez en Allah et en Son Messager, et dépensez de ce dont Il vous a confié. » (Coran 57/7). C’est alors que ‘Umar se convertit. Ajoutons que cette sourate est également ainsi appelée dans les exemplaires du Coran et dans les livres de recueils de hadiths.

La raison pour laquelle elle fut nommée ainsi

Le terme ‘le fer’ est présent dans le 25ème verset : « Et Nous avons fait descendre le fer, dans lequel il y a une force redoutable. » Ibn ‘Achour a dit : ‘ ce terme est aussi mentionné dans la sourate la caverne : « Apportez-moi des blocs de fer. » (Coran 18/96). Bien que la sourate de la caverne fut révélée avant celle du fer selon notre avis, elle ne fut pas appelée ainsi mais par l’appellation de la caverne eu égard à l’histoire des jeunes gens qui restèrent longtemps dans la caverne. Mais aussi, parce que le fer qui est mentionné ici correspond aux armes que ce soit des épées, des gilets et des casques de fer, pour en valoriser la mention. Vu qu’il s’agit d’une des répercussions de la sagesse divine d’avoir créé cette matière. Il s’agit aussi d’inspirer aux hommes la volonté de le travailler pour en tirer un intérêt mondain et soutenir la religion, repousser les ennemis, comme le dit Allah dans le Coran : « Et Nous avons fait descendre le fer, dans lequel il y a une force redoutable, aussi bien que des utilités pour les gens, et pour qu'Allah reconnaisse qui, dans l'Invisible, défendra Sa cause et celle de Ses Messagers. »

La pertinence de l’avoir classée après la sourate qui la précède

La sourate ‘L’évènement’ (Al-Wâqi’a) – qui précède la sourate du fer – se conclut par un verset qui exige des croyants de glorifier et de sanctifier leur seigneur : « Glorifie ton Seigneur le très haut. » (Coran 56 / 96). La sourate ‘Le fer’ débute par une glorification du seigneur : « Tout ce qui est dans les cieux et la terre glorifient le Seigneur. » (Coran 57/ 1). On constate donc que le début de la sourate ‘Le fer’ est comme une explication de la fin de la sourate ‘L’évènement’. C’est comme si on disait : « Glorifie ton Seigneur le très haut. » car « Tout ce qui est dans les cieux et la terre glorifient le Seigneur. »

Les finalités de la sourate

En méditant les versets de cette noble sourate, ses principales finalités nous apparaissent comme suit :

-         Le début de la sourate mentionne que toute la création est soumise à Allah et le glorifie en raison de Sa grandeur. Que cette glorification soit implicite ou explicite.

-         Cette sourate mentionne certains noms d’Allah qui prouvent son unicité. C'est Lui le Premier qui n’a pas de début et le Dernier qui n’a pas de fin, l'Apparent par Sa puissance et ce qui en découle, et le Caché que les yeux ne peuvent cerner. A Lui appartient la souveraineté des cieux et de la terre pour les avoir créés. Il sait ce qui pénètre dans la terre et ce qui en sort, et ce qui descend du ciel et ce qui y monte, et tout reviendra vers lui.

-         Et parmi ses finalités : le rappel de la grandeur d’Allah et de Ses Attributs grandioses, l’immensité de Sa puissance et de Son royaume, Sa capacité à gérer la totalité de la création, l’obligation de croire en Son existence, l’étendue de Son savoir, l’ordre d’avoir foi en Son existence et aux enseignements apportées par le Prophète () ainsi qu’aux versets qui lui furent révélées.

-         L’attention portée sur la guidée et le chemin du salut énoncée dans le Coran, et le rappel de la Miséricorde d’Allah et de Sa compassion pour ce qu’il a créé.

-         L’incitation à dépenser de ses biens dans le chemin d’Allah. Le fait que l’argent est un bien éphémère dont ne subsistera que la récompense due à la dépense qui en aura été faite pour satisfaire le Seigneur.

-         Cette sourate décrit la situation de deux groupes de gens : celui destiné au Paradis et celui voué à l’Enfer. Le premier, celui des croyants et des croyantes, la lumière jaillira devant eux et sur leurs droites pour les guider vers le chemin qui les mènera au Paradis. Quant au deuxième, celui des hypocrites hommes et femmes, ils ne disposeront d’aucune lumière. On fera en sorte que s’érige ce qui s’interposera entre eux et la lumière des croyants. Ils ne pourront pas les rejoindre. On se moquera d’eux et il leur sera dit : « Revenez d’où vous venez et cherchez une lumière. » (Coran 57/13). Mais ils ne pourront pas revenir sur terre pour œuvrer comme le faisaient les croyants et les rejoindre au Paradis.

-         Mettre en garde les musulmans contre les abîmes de la dureté des cœurs dans lesquels sont tombés les gens du livre avant eux négligeant les enseignements divins qui leur ont été dispensés jusqu’à ce que leurs cœurs se durcissent et que cela mène beaucoup d’entre eux dans le péché.

-         Cette sourate propose une parabole à travers ce bas monde. Ce qu’il contient de plaisirs éphémères, de distractions, de jeux, de rivalité dans l’acquisition des richesses et des enfants. Il est à l’image d’une plantation qu’une pluie abondante a largement arrosé jusqu’à donné semence et réjouir les agriculteurs. C’est alors que cette plantation fut affectée par la sécheresse jusqu’à devenir de la paille que le vent vient disperser. Et ainsi en est-il de ce bas monde, il s’embellit et revêt ses parures jusqu’à ce que ses habitants pensent qu'elle est à leur entière disposition, Notre Ordre lui vient, de nuit ou de jour, c'est alors que Nous la rendrons toute moissonnée, comme si elle n'avait pas été florissante la veille.

-         La foi aux mérites de la guerre dans le sentier divin.

-         La similitude entre les messages de Mohammed () et celui de Nûh et Ibrahim, que la paix soit sur eux. Parmi leurs descendances il y aura des pieux et des désobéissants. Allah les a fait suivre par d’autres prophètes dont ‘Issa (Jésus), , qui est le dernier avant l’islam qui fut suscité avec une législation, et dont les adeptes furent sur la voie de ceux qui les ont précédés. Certains d’entre eux étant croyants et d’autres mécréants.

-         Cette sourate encourage les musulmans à ajouter une foi sincère en Allah et à se conformer aux enseignements du Prophète () en faisant allusion aux hypocrites. Allah leur promet une bonne fin et les informe qu’Il les a préférés aux autres nations. Lui qui détient les faveurs qu’Il dispense à qui Il veut, Il est d’une grâce immense.

Articles en relation