Conseils aux femmes concernant le mariage – II

Conseils aux femmes concernant le mariage – II
  • Date de publication:08/06/2021
  • Catégories:La femme
  • Fréquence:
1839 215

 

Conseils aux femmes concernant le mariage – II

Que faire lors de la réception d’une proposition ?

 

 

La jeune femme devrait prier l’Istikhâra (prière de consultation) et ne pas demander aux autres de la prier en son nom, comme le font certaines femmes, car il s’agit d’un acte sans fondement et d’une innovation dans la religion. En outre, elle devrait demander l’avis de personnes dignes de confiance et s’enquérir de la personne.

 

 

L’imam Ahmad, qu’Allah lui fasse miséricorde, a rapporté l'histoire de Julaybîb, qu'Allah soit satisfait de lui, qui a été envoyé par le Prophète () à l'une des familles de Ansars (les habitants de Médine) pour lui donner leur fille en mariage. Julaybîb, qu’Allah soit satisfait de lui, était très pauvre et la mère de la jeune femme a refusé l’offre, mais la jeune femme s’est exprimée et a accepté de l’épouser parce qu’il lui avait été envoyé par le Prophète () lui-même. Le résultat a été qu’elle n’a jamais souffert d’aucune façon et qu’il n’y avait pas d’autre femme des Ansârs plus riche qu’elle. C’est parce que Julaybîb, qu’Allah soit satisfait de lui, a été tué au cours de la bataille faisant suite à son mariage, après y avoir tué sept incroyants. Lorsqu’il a trouvé son corps, le Prophète () l’a transporté et l’a enterré de ses propres mains. Il () a également invoqué Allah en faveur de sa veuve, en disant :

« Ô Allah ! Répands Tes bénédictions sur elle et ne la fais pas souffrir dans la vie. » 

 

 

C'est en raison de cette Du’â’ (supplication) qu’elle n’a jamais souffert d’aucune façon et qu’il n’y avait pas de femme des Ansârs plus riche qu’elle.

 

 

Si le prétendant souhaite que sa future épouse renonce à ses études ou à son emploi après le mariage, tout en étant un homme convenable, alors cela ne devrait pas entraver le mariage. En outre, si l’homme trouve une jeune femme appropriée, il ne devrait pas reconsidérer son mariage avec elle si elle refuse, car il peut l’épouser et la convaincre d’y renoncer après le mariage.

 

 

De même, la famille et la jeune femme ne devraient pas refuser la proposition d’un homme parce qu’il a des enfants d’un précédent mariage.

 

 

Certaines jeunes femmes négligent certaines questions, comme l’apparence et la richesse de l’homme, mais, par la suite, elles ont des appréhensions et regrettent leur décision. Par conséquent, une jeune femme devrait être absolument certaine avant de donner son approbation et être honnête avec elle-même lorsqu’elle prend sa décision. De plus, elle devrait se satisfaire du caractère religieux de l’homme. Certaines femmes conseillent invariablement à leurs amies de ne pas refuser un homme simplement parce qu'il est déjà marié et en déclarant le fait qu'être une seconde épouse fait partie intégrante de l'Islam. Cependant, lorsqu'elles deviennent, elles-mêmes, une seconde épouse, leurs conseils donnés aux autres ne correspondent pas à leurs agissements en raison de leur avidité.

 

 

La jeune femme devrait jouer un rôle de facilitatrice dans son mariage. Elle devrait, par exemple, refuser de fixer des conditions intenables ou une dote élevée. Par contre, si sa famille insiste, alors elle devrait, au moins, accepter et ensuite soulager son mari de ces difficultés.

 

 

Certaines femmes se comportent avec arrogance envers leur mari en raison de leur diplôme d'études supérieures, de leur noble lignée, de la richesse de leur famille ou de leur beauté. Le résultat de cette arrogance est qu’elles sont rebelles envers leur mari et acquièrent ainsi un péché.

 

 

Craintes de certaines jeunes femmes dans le processus de mariage 

 

 

Certaines jeunes femmes craignent de perdre leurs amies et leurs sœurs en raison de l’approche de leur mariage. Cela peut les amener à détester leur futur mari et peut-être, les amener, avant la nuit de noces, à chercher à annuler le contrat de mariage.

 

 

Cela peut se produire pour de nombreuses raisons, telles que :

·        Mal évaluer les conséquences de telles actions ;

·        Avoir une attitude irresponsable et insouciante ;

·        Favoriser la jouissance du court terme au détriment du long terme, c’est-à-dire celui d'avoir des enfants et l'instauration d'une vie conjugale heureuse.

 

 

En outre, le mari ne doit pas priver sa femme de ses amies et de ses proches. Le Prophète () permettait aux amies de ‘Âicha, , de lui rendre visite.

 

 

Lorsqu'une jeune femme est demandée en mariage, elle devrait s'informer sur les règles du mariage, les droits du mari, les droits de la femme et comment vivre dans la douceur et l’harmonie avec son conjoint. D'un autre côté, elle ne devrait pas se préoccuper d'étudier les aspects sexuels de la vie conjugale avant que le contrat de mariage soit complété.

 

 

Le rôle de la femme dans sa maison

 

 

C'est pour servir son mari, porter, allaiter et nourrir ses enfants et être femme au foyer.

 

 

Si une femme a l'habitude d'être plongée dans l'étude et la propagation de l'Islam, puis se marie sans être pleinement consciente de son rôle d'épouse, très peu de temps après le mariage, elle peut commencer à sentir que son nouveau rôle d'épouse est trivial. Cela peut l'amener à quitter sa maison afin de reprendre son ancien mode de vie. Il est cependant essentiel qu'elle comprenne son rôle et ses obligations en tant qu'épouse, ainsi que la récompense qui y est rattachée. Anas, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit :

« Si une femme accomplit ses cinq prières quotidiennes, jeûne son mois (c'est-à-dire le mois de Ramadan), protège ses parties intimes [contre la fornication] et obéit à son mari, elle entrera au Paradis par n'importe laquelle de ses portes. » (Abu Nu’aym)

 

 

La femme mariée doit persévérer à travers les épreuves de la grossesse, les contractions avant l'accouchement et la souffrance de l'accouchement lui-même. Certaines femmes refusent de traverser de telles épreuves et prennent des contraceptifs oraux pour éviter une grossesse ou, si elles tombent enceintes, préfèrent une césarienne à un accouchement naturel.

 

 

‘Amr ibn Hijr, qu’Allah soit satisfait de lui, a marié à Kindah bint 'Awf Al-Chaybâni, qu’Allah soit satisfait d'elle. Le soir de son mariage, sa mère, Umâma bint Al-Hârith, , l'a prise à part et lui a conseillé ceci :

« Chère fille, tu es en voie de quitter l'environnement auquel tu es habituée et quitter l'endroit où tu as grandi pour aller vivre avec un partenaire avec lequel tu n'es pas familière. Si une femme n'avait pas besoin d'un mari parce que ses parents lui suffisent, alors tu serais la dernière personne à avoir besoin d'un mari, mais les femmes ont été créées pour être les partenaires des hommes et les hommes ont été créés pour être les partenaires des femmes. Agis comme son esclave et il deviendra comme le tien. Respecte les dix points suivants et tu les trouveras comme des provisions : le premier et le second sont de te contenter de ce qu'il te fournit et de l'écouter et lui obéir. Le troisième et le quatrième sont de t'assurer que tout ce qu'il voit et sent de ta part lui plaise. Il ne devrait donc pas te voir dans une apparence déplaisante ni sentir quoi que ce soit qui émane de toi à part du parfum agréable. Le cinquième et sixième sont de s’assurer de son bien-être en ce qui a trait à son sommeil et à sa nourriture, car la faim et le manque de sommeil répétés provoqueront sa colère. Le septième et le huitième sont de protéger sa richesse et prendre soin de ses enfants. Le point focal, en ce qui concerne la richesse, est d'avoir un bon jugement dans la dépense. En ce qui concerne les enfants, il s’agit d’en prendre soin correctement. Le neuvième et le dixième sont de ne pas désobéir à ses ordres ou divulguer ses secrets parce que lorsque tu lui désobéis, tu l'intimides et si tu divulgues ses secrets, tu ne sais pas ce qu'il peut te faire. Ne sois pas joyeuse devant lui quand il est contrarié ou n’exprime pas de la tristesse s'il est heureux. »

 

 

‘Abdullah ibn Ja'far, qu’Allah soit satisfait de lui, s'est adressé à sa fille en disant :

« Évite la jalousie, car c'est la clé de votre divorce. Évite les plaintes, car cela provoque la colère. Orne-toi pour lui et assure-toi d’éliminer toute mauvaise odeur en te baignant fréquemment. »

 

 

Erreurs préconjugales de la part des femmes 

 

 

·        Parler librement aux hommes en privé (au téléphone) et parler ouvertement avec des parents masculins ;

·        Être trop confiante et rejeter beaucoup de ceux qui font des demandes en mariage ;

·        Ne pas différencier la sagesse et le rejet expéditif ;

·        Ne pas avoir à l'esprit le critère permettant de juger clairement le prétendant.

 

 

Enfin, de nombreuses jeunes femmes souhaitent se marier, mais elles perdent leur temps à rêvasser et à songer au mari idéal. Tout cela est stérile. La meilleure façon pour elles d’obtenir un bon mari est plutôt de s’employer à implorer Allah de leur accorder une telle personne.

Articles en relation