Une demande de protection adressée à autre qu’Allah est du polythéisme

Une demande de protection adressée à autre qu’Allah est du polythéisme
1339 42

 

Une demande de protection adressée à autre qu’Allah est du polythéisme

En arabe, le terme isti’âdha signifie demander à être protégé et préservé. C’est pour cela qu’on appelle celui qu’on sollicite pour ce faire ma’âdh ou malja’ c’est-à-dire le protecteur ou le préservateur. Solliciter la protection d’Allah c’est donc lui demander qu’il nous protège et nous préserve de tout ce dont on a peur ou que l’on craint.

Dans son ouvrage Badâ’i’ Al-Fawâ’id, Ibn Al-Qayyim a dit : « Sache que le terme arabe ‘âdh et ses dérivés informent sur la notion de préservation, de protection et de refuge. La véritable signification de ce terme est : fuir une chose dont on a peur vers qui nous en protégera. C’est pour cela qu’on appelle protecteur celui qu’on sollicite pour ce faire … Ainsi, en employant cette formule, on signifie qu’on cherche refuge, soutien et protection »

Ibn Kathir a dit : « La demande de protection, Al-Isti’âdha, c’est se réfugier auprès d’Allah et rester à ses côtés contre le mal de tout ce qui peut être nuisible. »

Adresser une demande de protection à Allah est une invocation et une adoration, au même titre que lui demander de l’aide ou solliciter Son secours. Ibn Taymiyya a dit : « La demande de protection et de préservation et de secours : ce sont des types d’invocations et de demandes dont les termes sont proches. »

Chawkânî a dit : « Vouer un culte monothéiste pure et sincère ne peut se faire qu’en adressant toutes ses invocations et ses demandes de secours à Allah uniquement. Allah doit être le seul en qui on doit nourrir de l’espoir, le seul à qui on doit demander de nous procurer le bien ou repousser un mal et non de quelqu’un d’autre. Allah dit :

« Les mosquées étant exclusivement consacrées au culte d’Allah, n’y vénérez nul autre que Lui. » (Coran 72 /18).

« Lui seul est digne d’être invoqué. Les fausses divinités auxquelles sont adressées des prières sont incapables de les exaucer. » (Coran 13 /14).

Le Coran, la Sunna et le consensus des savants anciens et contemporains prouvent qu’il ne faut adresser des invocations qu’à Allah et qu’il est interdit de les adresser à quiconque d’autre que lui. Tous indiquent clairement que quiconque invoque autre qu’Allah, demande secours ou refuge à autre qu’Allah – pour des choses que seul Allah est capable de réaliser – a commis un acte de polythéisme. Et ce, que celui auprès de qui il a demandé secours ou refuge soit un prophète ou un saint, et donc à plus forte raison, s’il s’agit d’une personne ayant un mérite inférieur. Allah dit :

« N’invoque pas, en dehors d’Allah, ces divinités qui ne sauraient t’être utiles ou te nuire, car tu commettrais alors la plus grande iniquité. » (Coran 10 /106).

Al-Qortobî explique : « N’invoque pas c’est-à-dire n’adore pas. »

Ibn Taymiyya dit : « Toute personne qui fait preuve d’excès envers un homme vivant ou un homme pieux en lui vouant un acte dû à une divinité en disant par exemple : ô mon maitre untel pardonne moi, ou fais-moi miséricorde, ou secours moi, ou accorde moi de la subsistance, ou protège moi, ou je m’en remets à toi, ou tu es mon protecteur, ou je suis sous ta protection, ou tout autre parole ou acte similaire qui relèvent des attributs spécifiques de la souveraineté et qui ne sied qu’à Allah, tout cela est du polythéisme. »

Ibn ‘Abbâs relate le Prophète () a dit : « Si tu dois demander quelque chose, demande-le à Allah et si tu dois réclamer de l’aide, implore l’aide d’Allah. » Rapporté par Tirmidhî et jugé authentique par Al-Albânî.

Cheikh Al-Uthaymin a dit : « Si tu dois demander quelque chose dont tu as besoin alors ne le demande qu’à Allah et ne demande rien à quiconque. Et si tu dois demander quoi que ce soit à quelqu’un alors sache que ce n’est qu’une des causes et que celui qui est à l’origine de cette cause c’est Allah. S’Il le voulait Il te priverait de ce que tu demandes et ne te le donnerai pas. Alors remets toi en à Allah … Si tu dois demander quelque chose à un homme alors aie pour croyance que ce n’est qu’une cause pour l’obtenir et que c’est Allah qui, en réalité, t’a permis de l’obtenir. Ces deux phrases sont la preuve que le monothéisme est défaillant quand on demande à autre qu’Allah. »

Dans de nombreux versets du Coran, Allah nous intime l’ordre de lui demander sa protection. Il est également rapporté dans de nombreux hadiths que le Prophète () implorait la protection d’Allah. Nous citerons les textes suivants. Allah dit :

« Et si, par ses suggestions, Satan t’incite à transgresser ces commandements, implore la protection d’Allah qui entend tout et sait tout. » (Coran 7 /200).

« Lorsque tu t’apprêtes à lire le Coran, implore la protection d’Allah contre Satan le maudit. » (Coran 16 /98).

« Et si Satan t’incite à la vengeance, alors implore la protection d’Allah, Lui qui entend tout et sait tout. » (Coran 41 /36). Al-Suddî explique que Satan incite l’homme à se venger en lui suggérant constamment de le faire et en susurrant cela à l’esprit.

« Et dis : « J’implore, Seigneur, Ta protection contre les tentations des démons, et me mets sous Ta protection, Seigneur, contre leurs infâmes suggestions ! » » (Coran 23 /97-98).

Dans son exégèse du nom de Zâd Al-Masîr Fî ‘Ilm Al-Tafsîr, Ibn Al-Jawzî dit : « J’implore ta protection signifie que je me réfugie auprès de toi et me place sous ta tutelle pour me soustraire aux nuisances de tout ce qui existe dont les tentations du démon … leurs infâmes suggestions signifie que ces démons me touchent par leur mal en raison de leur présence à proximité de moi puisqu’en leur présence, l’homme est forcément atteint par leur mal. »

« Implore donc la protection d’Allah, Celui qui entend tout et voit tout. » (Coran 40 /56).

« Dis : « J’implore la protection du Seigneur de l’aube. » (Coran 113 ; 1).

« Dis : « J’implore la protection du Seigneur des hommes. » (Coran 114 ;1).

Le Prophète () adressa la recommandation suivante à ‘Uqba ibn ‘Âmir au sujet de ces deux dernières sourates en disant : « Implore la protection d’Allah par ces deux sourates car personne n’imploré sa protection avec des formules meilleures que celles-ci. » Rapporté par Abû Dâwûd et jugé authentique par Al-Albânî.

Ibn Al-Qayyim dit au sujet de ces deux sourates « protectrices » : « L’objet de notre propos est de mettre en évidence que ces deux sourates sont d’une très grande utilité. Les hommes en ont vraiment besoin. C’est même une véritable nécessité. Personne ne peut s’en dispenser. Ces deux sourates ont une influence particulière pour repousser la sorcellerie, le mauvais œil et le mal dans son ensemble. Le fidèle a encore plus besoin de chercher de l’aide via ces deux sourates qu’il n’a besoin de respirer boire et se vêtir. »

Quelques hadiths à ce sujet :

-1 : Selon Abu Horayra, qu’Allah soit satisfait de lui, le Prophète () invoquait en ces termes : « Ô Allah ! Préserve-moi du châtiment de la Géhenne, des tourments de la tombe, des épreuves de la vie et de la mort (allâhumma innî a’ûdhu bika min ‘adhâbi jahannam, wa min ‘adhâb al-qabr, wa min fitnat al-mahyâ wa al-mamât) » Rapporté par Boukhari. Et dans la version de Mouslim : et de la tentation du faux Messie (wa min charri fitnat al-masîh ad-dajjâl).

-2 : Selon Anas ibn Malik, qu’Allah soit satisfait de lui, le Prophète () invoquait en ces termes : « Ô Allah Puisses-Tu me préserver de l’incapacité à agir, de la paresse, de la lâcheté, de la sénilité et de l’avarice. Puisses-Tu me protéger du châtiment de la tombe et des épreuves de la vie et de la mort. » Rapporté par Boukhari.

-3 : Selon Abdullah ibn Omar, au nombre des invocations du Messager d’Allah () il y avait celle-ci : « Ô Allah ! Puisses-Tu me préserver de la disparition de Tes faveurs, des épreuves qui succèdent au bonheur, de la soudaineté de Ta vengeance et de tout ce qui provoque Ton courroux. » Rapporté par Mouslim.

-4 : Selon Umm Salamah, qu’Allah soit satisfait d’elle, le Messager d’Allah, en sortant de chez lui, avait l’habitude de dire : « Au nom d’Allah, je m’en remets à Allah. Ô Allah ! Puisses-Tu m’empêcher d’égarer les autres ou d’être moi-même égaré, de commettre une faute ou d’être poussé à la faute, de léser les autres ou d’être moi-même lésé, de causer du tort à autrui ou de subir moi-même un tort. » Rapporté par Abû Dâwûd et jugé authentique par Al-Albânî.

-5 : ‘Uthmân ibn Abi Al-‘As Al-Tahaqafî, qu’Allah soit satisfait de lui, rapporte qu’il s’est un jour plaint au Messager d’Allah, , d’une douleur au corps. Le Prophète () lui recommanda : « Pose ta main à l’endroit où tu ressens la douleur, puis dis : “Au nom d’Allah” à trois reprises, et répète sept fois : “Puisse Allah, par Sa toute-puissance et Son omnipotence, me préserver du mal dont je souffre (a’udhu bi’izzatillâh wa qudratihi min charri mâ ajidu)”. Je m’exécutais et Allah fit disparaitre ma douleur. Depuis lors, je n’ai eu de cesse d’enjoindre ma famille et d’autres gens à mettre ce conseil en pratique. » Rapporté par Tirmidhi et jugé authentique par Al-Albânî.

Quelques enseignements :

-1 : Il n’y a pas de divergence sur le fait qu’il est permis de demander le secours ou la protection de quelqu’un – s’il n’est pas mort – pour des faits qu’il est en mesure de réaliser. Cela fait partie de l’entraide entre les gens et des moyens que le musulman devrait mettre en œuvre s’il est frappé par une calamité ou craint quelque chose.

D’après Ibn Omar, qu’Allah soit satisfait de lui, le Messager d’Allah () a dit : « Accordez votre protection à celui qui l’implore au nom d’Allah, donnez à celui qui vous sollicite au nom d’Allah, acceptez l’invitation de celui qui vous invite. » Rapporté par Abû Dâwûd et jugé authentique par Al-Albânî.

Dans l’ouvrage ‘Awn Al-Ma’bûd, il est dit : « celui qui l’implore, c’est-à-dire, celui qui vous demande de l’épargner de votre mal ou de repousser le mal d’autrui en disant : « je te demande par Allah de m’épargner de ton mal. »  alors répondez favorablement à sa requête en vous abstenant de lui nuire par vénération du nom d’Allah. »

En revanche, en ce qui concerne des faits qui ne peuvent être réalisés que par Allah, comme le pardon des péchés, l’obtention de subsistance et tout ce qui relève des spécificités de la souveraineté, alors on ne doit implorer le secours et la protection que d’Allah. Allah dit :

« Souvenez-vous encore lorsque vous imploriez le secours de votre Seigneur qui exauça vos prières. » (Coran 8 /9).

« Lorsque tu t’apprêtes à lire le Coran, implore la protection d’Allah contre Satan le maudit. » (Coran 16 /98).

-2 : ‘Âïchah, qu’Allah l’agrée, relate ce qui suit : Je m’aperçus une nuit de l’absence du Prophète (). Je tâtonnai dans l’obscurité de la chambre et ma main toucha la plante de ses pieds dressés alors qu’il était prosterné à l’endroit où il avait l’habitude de prier. Il disait : « Ô Allah ! Puisses-Tu me préserver de Ton courroux par Ta satisfaction et de Ton châtiment par Ton pardon. Je cherche refuge auprès de Toi contre Toi-même. Je ne saurais Te louer comme Tu le mérites. Tu es simplement comme Tu T’es loué Toi-même (allâhumma innî a’ûdhu bi ridâka min sakhatik, wa bi mu’âfâtika min ‘uqûbatik, wa a’ûdhu bika minka lâ uhsî thanâan ‘alayka, anta kamâ athnayta ‘alâ nafsik). » Rapporté par Mouslim.

Ibn Abd Al-Barr a dit : « L’expression : « Je cherche refuge auprès de Toi contre Toi-même. » est de la même teneur que les précédentes : « Puisses-Tu me préserver de Ton courroux par Ta satisfaction et de Ton châtiment par Ton pardon. » »

Dans son ouvrage Tarîq Al-Hijratayn, Ibn Al-Qayyim apporte une précision : « Il a cherché protection par Son attribut de satisfaction contre Son attribut de courroux. Par Son acte de pardon contre celui du châtiment. Par Lui contre Lui-même de deux points de vue. C’est comme si en faisant cela il avait voulu résumer ce qu’il avait développé dans les deux demandes de protection précédentes. En effet, chercher protection par Lui contre Lui-même revient aux significations mentionnées dans les deux phrases précédentes avec, en plus de cela, ce qui est d’un noble intérêt, l’accomplissement du monothéisme. Et, que celui par lequel, et contre lequel, le fidèle cherche protection n’est autre que l’acte d’Allah, Sa volonté et Son décret. Allah est le seul qui a le pouvoir de juger. S’Il veut du mal à Son serviteur personne ne pourra l’en protéger si ce n’est Lui. »

Al-Nawawi relate les propos de Al-Khattabi qui a dit : « Cette signification est subtil. En effet, c’est une demande de protection par et contre des éléments qui s’opposent : le courroux s’oppose à la satisfaction, et le châtiment au pardon. Puis, lorsqu’il vient à citer celui qui n’a pas de contraire, à savoir Allah lui-même, il a demandé protection par Lui contre Lui-même. Ce qui a pour signification de demander le pardon divin pour toutes les négligences qui ne lui ont pas permis de réaliser les adorations et les éloges comme il convient. »

-3 :  Khawlah bint Hakîm, qu’Allah l’agrée, rapporte avoir entendu le Messager d’Allah () dire : « Tout voyageur qui fait une halte à un endroit et prononce les paroles qui suivent : “Je me place sous la protection des paroles parfaites d’Allah contre le mal de Ses créatures (a’ûdhu bi kalimâtillâhi at-tâmmâti min charri mâ khalaq)”, sera protégé de tout mal jusqu’à ce qu’il quitte les lieux. » Rapporté par Mouslim.

Dans son ouvrage Al-Mufhim Lima Ashkala Min Talkhis Muslim, Al-Qortobi a dit : « dans ce hadith, les paroles parfaites d’Allah font référence au Coran. »

Cheikh Ibn ‘Uthaymin a dit : « Le Coran est la parole d’Allah. Pour étayer cette affirmation, les savants se sont référés au hadith suivant : « Je me place sous la protection des paroles parfaites d’Allah » Si les paroles d’Allah étaient créées, le Messager d’Allah () ne nous aurait pas intimé l’ordre de chercher la protection d’Allah par leur biais puisque solliciter la protection de quelque chose de créer est du polythéisme.

Nu’aym ibn Hammâd a dit : « Ces hadiths prouvent que le Coran n’est pas créé. Si c’était le cas, on n’aurait pas cherché la protection par leur biais puisqu’on ne doit pas chercher la protection par quelque chose de créée. Allah a dit : « implore la protection d’Allah qui entend tout et sait tout. » (Coran 7 /200).

Dans Majmû’ Al-Fatâwa, Ibn Taymiyya a dit : « Les imams – comme Ahmad et d’autres – ont affirmé textuellement qu’il n’est pas permis de chercher la protection d’une chose créée. C’est d’ailleurs un des arguments sur lesquels certains se sont appuyés pour affirmer que le Coran n’était pas créé étant donné qu’il est rapporté de source sûre que le Messager d’Allah () s’est placé sous la protection des paroles parfaites d’Allah et nous a enjoint à le faire.

Ibn Hajar a dit : « Ce que nous avons retenu de la majorité des prédécesseurs est de ne pas polémiquer outre mesure à ce sujet et de se limiter à l’affirmation suivante : le Coran est la parole d’Allah incréée et garder le silence au-delà de ces propos. »

L’islam enjoint le plus grand des biens qui est l’unicité d’Allah. Il proscrit le plus grand des maux qui est le polythéisme. C’est le plus grand péché par lequel on eût désobéi à Allah. Allah dit :

« Garde-toi d’associer de fausses divinités à Allah, car tu commettrais une grave injustice. » (Coran 31 /13).

C’est une obligation pour le musulman de prendre garde avec la plus grande attention au polythéisme sous ses formes mineures et majeures. Il doit aussi fuir et se tenir à l’écart autant que faire se peut des paroles et des actes qui constituent des moyens et des causes conduisant au polythéisme et mènent un homme à s’en rendre coupable.

Articles en relation