Les cas où il incombe de jeûner deux mois consécutifs. L’excuse valable rompt-elle la continuité ?
Fatwa No: 13107

Question

Quelles sont les situations où il est obligatoire de jeûner soixante jours de suite ? Si cela est obligatoire pour la femme, comment peut-elle jeûner soixante jours de suite avec son cycle menstruel ? Pouvez- vous nous informer en détail sur cette expiation surtout en ce qui concerne la femme.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons  :

Le jeûne expiatoire de deux mois consécutifs est requis dans trois cas :

Le premier est celui la personne qui tue quelqu’un par erreur. Celui qui tue une âme à tort et qui ne trouve pas d’esclave croyant à affranchir doit obligatoirement jeûner deux mois car Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset)  :

« Il n'appartient pas à un croyant de tuer un autre croyant, si ce n'est par erreur. Quiconque tue par erreur un croyant, qu'il affranchisse alors un esclave croyant et remette à sa famille le prix du sang, à moins que celle-ci n'y renonce par charité. Mais si [le tué] appartenait à un peuple ennemi à vous et qu'il soit croyant, qu'on affranchisse alors un esclave croyant. S'il appartenait à un peuple auquel vous êtes liés par un pacte, qu'on verse alors à sa famille le prix du sang et qu'on affranchisse un esclave croyant. Celui qui n'en trouve pas les moyens, qu'il jeûne deux mois d'affilée pour être pardonné par Allah. Allah est Omniscient et Sage. » (Coran 4/92)

Le deuxième cas est celui du Zhihar, fait de dire à sa femme « Tu es pour moi comme le dos de ma mère». L’homme qui commet le Zhihar et qui ne trouve pas d’esclave croyant à affranchir doit obligatoirement jeûner deux mois consécutifs. Allah, exalté soit-Il dit (sens des versets) :

« Ceux qui comparent leurs femmes au dos de leurs mères, puis reviennent sur ce qu'ils ont dit, doivent affranchir un esclave avant d'avoir aucun contact [conjugal] avec leur femme. C'est ce dont on vous exhorte. Et Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. Mais celui qui n'en trouve pas les moyens doit jeûner alors deux mois consécutifs… » (Coran 58/3-4)

Le troisième cas est celui des rapports sexuels pendant la journée de jeûne du mois de Ramadan. Celui qui a des rapports avec sa femme pendant la journée de jeûne du mois de Ramadan et ne peut pas affranchir un esclave, doit obligatoirement jeûner deux mois consécutifs.

 

La personne pour qui il est obligatoire de jeûner deux mois consécutifs ne peut intérrompre son jeûne qu’en cas d’excuse reconnue par la Charia comme la maladie, la folie ou les menstrues et les lochies pour les femmes.

S’il l’interrompt sans excuse, il doit recommencer son jeûne depuis le début. S’il l’interrompt avec une excuse valable, reconnue par la Charia, il doit poursuivre normalement son jeûne une fois l’excuse disparue en comptabilisant les jours déjà accomplis.

 

Ainsi, une femme qui doit jeûner deux mois et dont le cycle menstruel arrive, doit interrompre son jeûne et le reprendre une fois le cycle terminé en comptabilisant les jours qu’elle a déjà jeûnés avant les menstrues.

 

Nous attirons l’attention sur le fait qu’il n’y a pas d’expiation pour la femme qui a des rapports sexuels durant la journée de jeûne du mois de Ramadan selon l’avis prépondérant, tout comme il n’y a pas de Zhihar (fait qu’elle dise à son mari qu’il est comme le dos de son père), pour elle, et cela à l’unanimité des savants.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui