Utilisation des intérêts usuraires perçus avant d'avoir pris connaissance de leur caractère illicite
Fatwa No: 246859

Question

Salam alaykom,
Je me permets de poser à nouveau ma question car les exemples de réponses données correspondent à une partie de la question seulement. Mon interrogation portait sur les intérêts perçus par le passé. J'ai évalué à environ 1000€ les intérêts perçus sur une période de quinze ans. Une grande partie de cette période, c'était de l'ignorance totale. Sur le restant de cette période, j'ai payé avec ces intérêts les impôts pensant que cela ne rentrait pas dans ma subsistance, par sottise. Je suis incapable de déterminer le nombre d'années et le montant exacts pour chaque cas de figure. J'ai maintenant depuis quelques années un compte courant qui ne génère pas d’intérêts. J'ai du coup voulu "sortir" cette somme, mais je n'ai pu le faire qu'à hauteur de 15%. Ma situation ayant changé, je ne travaille plus et l'allocation que je perçois dans le cadre de mon congé parental sert à aider mon mari dans les charges de la vie quotidienne, notamment pour les enfants. J'ai quelques économies et je souhaitais savoir que dois-je faire ? Dois-je absolument entre guillemets sortir la totalité de la somme représentant les intérêts perçus par le passé, même petit à petit ? Et autre interrogation : si je venais à décéder, cette somme serait-elle considérée comme une dette que je laisse ? BarakAllahoufikom.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

Louange à Allah qui vous a permis de vous repentir, de revenir vers Lui et de délaisser l'illicite. Nous implorons Allah, exalté soit-Il, de ne pas laisser dévier votre cœur après l'avoir guidé vers la foi, car Il en est certes Capable.

Concernant votre question, la réponse est qu'il vous est permis d'utiliser les intérêts usuraires que vous avez perçus avant d'avoir pris connaissance de leur caractère illicite et de vous en être repenti. Vous ne devez pas non plus rembourser l'argent des intérêts que vous avez dépensés, et cela, que vous les ayez dépensés pour payer vos impôts ou autre.
Par contre, vous devez débourser la somme des intérêts usuraires que vous avez touchés après avoir pris connaissance de leur caractère illicite et la dépenser dans l’intérêt général des musulmans. Ibn Taymiyya, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Concernant celui qui perçoit de l'argent illicite avec l'accord de celui qui le lui a donné – comme l'argent issu de la vente d'alcool, le salaire des prostituées ou la rétribution des devins – puis s'en repent, voici le résumé des paroles d'Abû al-'Abbâs à ce sujet : "Celui qui perçoit cet argent sans savoir qu'il est illicite, puis apprend son caractère illicite, peut l'utiliser. Par contre s'il s'en repent après avoir pris connaissance de son caractère illicite alors, il doit en faire aumône." » (Al-Ikhtiyârât)

Dans le cas où vous auriez appris le caractère illicite de cet argent et que vous deviez vous débarrasser des intérêts, mais que vous décédiez avant de l'avoir fait, alors que votre repentir et intention étaient sincères, dans ce cas, Allah vous pardonnera, car le Prophète () a dit :

« Quiconque prend de l'argent aux gens en étant déterminé à rembourser sa dette, Allah, exalté soit-Il, l'aide à le rembourser et quiconque le prend dans le dessein de ne pas le rendre, Allah le punira. » (Boukhari).

Al-Hâfizh ibn Hadjar a dit : « Ce hadith renvoie à la question célèbre concernant une personne qui décède avant de rembourser sa dette sans avoir commis de manquement, comme dans le cas où cela lui était difficile ou qu'il est décédé soudainement alors qu'il avait de l'argent de côté et avait l'intention de rembourser sa dette, mais ne l’a pas fait dans ce monde. Il semble qu'il n'en sera pas tenu pour responsable dans l'au-delà, dans le sens où il ne devra pas rembourser son créancier en lui donnant une partie de ses bonnes actions, mais c’est Allah qui se chargera de rembourser sa dette auprès de son créancier. »

Quant à votre ignorance du montant de la somme, vous devez l'évaluer à ce qui vous semble suffisant pour vous décharger de votre responsabilité.

Si la mort survient avant que vous ayez déboursé cette somme d'argent illicite, les héritiers doivent alors débourser cette somme d'argent ou ce qu'il en reste en les prélevant sur l'héritage, s’il y en a un, afin de pouvoir percevoir le reste de l'héritage. Ibn Ruchd a dit : « L'héritage ne peut être composé d'argent illicite. Tel est l'avis correct dicté par la clairvoyance. »

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui