Prier pour les prophètes lorsque leurs noms sont évoqués ou lus
Fatwa No: 251404

Question

Lorsque j’entends le nom du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) dans le Coran, dois-je prier pour lui ? Et si je vois son nom inscrit ? Et dois-je prier pour tous les prophètes lorsque leurs noms sont mentionnés ou que je les entends évoqués ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :
Quiconque entend le nom du Prophète () mentionné est tenu de prier pour lui. Tirmidhî rapporte que le Prophète () a dit : « L’avare est celui devant qui mon nom est mentionné sans qu’il fasse mon éloge. »
Tirmidhi et Boukhari dans Al-Adab Al-Mufrad rapportent que le Prophète () a dit : « Honni soit celui devant qui mon nom est mentionné et qui, en dépit de cela, ne fait pas mon éloge. »
La plupart des savants sont d’avis que cet impératif doit être compris dans le sens de la recommandation. Mais Ibn Al-Qayyim est d’avis que cela est obligatoire. Chawkânî s’est rangé à l’avis de la majorité des savants.
Cette injonction englobe quiconque entend le nom du Prophète () dans le Coran ou ailleurs. Il est également légiféré de prier pour les autres prophètes comme l’affirment Ibn Al-Qayyim et Al-Nawawi et cela est recommandé. Pour preuve, le hadith dans lequel le Prophète () ordonne de le faire : « Prier pour les prophètes et messagers d’Allah car ils ont été envoyés à leurs peuples tout comme je l’ai été. » Rapporté par Abd Al-Razzâq dans son Musannaf et jugé authentique par Al-Albânî.
Dans l’ouvrage Kachchâf Al-Qinâ’, il est dit : « C’est une Sunna de prier pour le Prophète () quand on est en prière ou non. C’est un pilier de la formule du dernier Tachahhud de la prière et l’est davantage lors du sermon de la prière du vendredi en raison du verset : « Allah et Ses anges bénissent le Prophète. Vous qui croyez ! Bénissez-le et saluez-le-vous aussi ! » (Coran 33/56). Les hadiths qui le stipulent sont bien connus. Il est requis de prier pour lui abondamment quand on entend son nom. Certains savants affirment que cela est obligatoire. Nous avons déjà clarifié ce point dans l’explication du sermon, et le jour ou la nuit du vendredi. Pour ce qui est de prier pour les autres prophètes, Ibn Al-Qayyim a dit dans son ouvrage Jalâ’ Al-Afhâm : « Il est légiféré de le faire. Plus d’un savant a cité que ce point faisait l’objet d’un consensus. Al-Nawawi est l’un d’eux. Il a évoqué cette question dans son ouvrage Al-Adhkâr en disant qu’il était tout à fait possible de prier pour les anges ou les prophètes quand leurs noms sont mentionnés indépendamment de celui du Prophète (). Ajoutant que cela est recommandé comme l’a dit Ibn Qundus dans son livre Hâchiyat ‘Ala Al-Furû’. » Fin de citation.
Dans son livre Hâchiyat ‘Ala Charh Al-Manhaj, Al-Ramli a dit : « La sagesse d’avoir légiféré la prière pour les prophètes est la suivante : puisqu’ils ont sacrifié leur honneur pour Allah et sa religion contre ses ennemis et enduré leurs persécutions et insultes, Allah leur a donné en contrepartie que les gens prient pour eux. Il a fait qu’ils reçoivent les plus purs éloges dans le ciel et sur terre et les a pourvus d’une rare vertu : un attachement sincère à la Demeure dernière. Prier pour eux est donc recommandé mais pas obligatoire … » Fin de citation.
Est-il requis de qui psalmodie le Coran qu’il prie pour le Prophète () ou non ? Cette question est l’objet de divergence. Les tenants de l’école Hanafite sont d’avis qu’on ne doit pas interrompre sa lecture pour ce faire lorsqu’on entend son nom prononcé. Dans l’ouvrage Al-Muhît Al-Burhânî de l‘imam Burhân Al-Dîn, qui est Hanafite : « Lorsque le fidèle qui psalmodie le Coran entend le nom du Prophète () il ne lui est pas obligatoire de prier pour lui parce que la lecture du Coran, dans sa prose et son agencement, est plus méritoire que de prier pour lui. Une fois qu’il a fini sa lecture, il peut le faire et c’est une bonne chose mais s’il ne le fait pas on ne peut le lui reprocher.
Dans l’ouvrage Tuhfat Al-Muhtâj, Al-Haytamî a dit : « Quand un fidèle est en prière et qu’il entend un verset dans lequel est cité le nom du Prophète () il n’est pas recommandé de prier pour lui comme l’a dit Al-Nawawi. » Fin de citation.
Dans le Musannaf de Ibn abi Chayba, selon Al-Hasan : « Quand le fidèle est en prière et qu’il récite ce verset : « Allah et Ses anges bénissent le Prophète. Vous qui croyez ! Bénissez-le et saluez-le-vous aussi ! » qu’il prie pour lui. »
Mais un autre récit mentionné dans ce même livre s’y oppose : Wakî’ nous a rapporté selon Soufian, selon Jâbir, selon ‘Âmir : je lui dis : un fidèle lit ce verset en prière : « Allah et Ses anges bénissent le Prophète. Vous qui croyez ! Bénissez-le et saluez-le-vous aussi ! » dois-je prier pour lui à ce moment ? Il répondit : Il doit poursuivre sa lecture. Ibn Sirîn a dit : Les compagnons avaient pour habitude, quand ils lisaient le Coran, de ne pas y mêler ce qui n’en fait pas partie mais poursuivaient leur lecture. »
Il est aussi recommandé de prier pour le Prophète () quand on lit son nom inscrit. L’imam Ahmad n’écrivait pas toujours la formule de prière pour le prophète () mais la prononçait quand il la lisait ou l’écrivait. Al-Sakhâwî dans son ouvrage Fath Al-Mughîth Bi Charh Alfiyat Al-Hadîth rapporte qu’Al-Khatîb a dit : « On m’a rapporté qu’il priait pour le Prophète () en prononçant la formule. »
Il rapporte également que Ibn Daqîq Al-‘Id a dit dans son ouvrage Al-Iqtirâh : « Si un fidèle prie pour le Prophète () alors qu’elle n’apparait pas dans le texte qu’il est en train de lire alors il doit accompagner cela d’un geste qui le montre comme lever les yeux du livre alors qu’il est en train de le lire et émettre l’intention dans son cœur que c’est lui qui prononce cette formule et ne la répète pas de quelqu’un … » Fin de citation.

Et Allah sait mieux.
 

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui