Le musulman qui voit un acte répréhensible doit obligatoirement le réprimander
Fatwa No: 256228

Question

Salam alaykum, Par rapport au fait de cacher les défauts du musulman et de condamner le blâmable, par exemple si on voit un musulman en compagnie d'une fille qui est sa "copine" dans un lieu public, doit-on détester cette situation tout en prenant la précaution de n'en parler à personne ? Merci pour votre réponse.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :


Le musulman qui voit un acte répréhensible doit obligatoirement le réprimander, en fonction de ses capacités, et en conformité avec les étapes mentionnées dans la parole du Prophète () : « Celui parmi vous qui constate un acte répréhensible qu’il le change par l’action. S’il ne le peut pas, qu’il le fasse avec la parole. À défaut, qu’il le désapprouve en son cœur, et cette attitude constitue le plus faible degré de la foi. » (Mouslim).
Réprimander le mal avec le cœur est une obligation et la personne religieusement responsable n’en est jamais déchargée, car il est impossible qu’elle en soit incapable à la différence de la réprimande par les actes ou la parole, car il se peut qu’il en soit incapable. Si vous voyez quelque chose de condamnable, vous devez obligatoirement le réprimander en fonction de vos capacités.
L’Islam recommande de cacher les fautes des musulmans comme le Prophète () l’a dit : « Celui qui cache les défauts d’un musulman, Allah cachera les siens le Jour de la Résurrection» (Boukhari et Mouslim).
Cependant, réprimander celui qui a commis une désobéissance ne contredit pas le fait de cacher ses fautes, car ce qui est demandé dans le fait de cacher les fautes, c’est que l’on n’informe pas les gens des désobéissances qu’a commises untel sans besoin de le faire.
Ibn Hadjar a dit : « Cela n’implique en rien le fait de délaisser la réprimande si cela reste entre lui (celui qui réprimande) et la personne (qui est réprimandée), et la permission de témoigner contre lui est à comprendre dans ce sens, c’est-à-dire s’il le réprimande et le conseille mais que ce dernier ne cesse de commettre son acte répugnant et le commet ouvertement.
De même, celui qui a commis une désobéissance se doit de taire sa faute mais s’il veut aller voir un juge et la reconnaître, alors il ne doit pas en être empêché.
Le fait de taire les fautes a lieu lorsque la désobéissance a été commise, alors que le fait de la réprimander intervient lorsqu’elle est en train d’être commise. Dans ce cas, il est obligatoire de réprimander l’auteur de celle-ci, et si la réprimande de l’empêche de continuer son forfait, il faut alors porter son affaire devant le juge et cela ne fait pas partie de la médisance interdite mais au contraire du conseil obligatoire.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui