Cohabitation dans la même maison d'hommes et de femmes non Mahrams
Fatwa No: 287437

Question

Assalam alaykum,
Il y a un frère que je connais et qui est très proche de moi et qui vient de louer le sous-sol dans une maison avec deux femmes, mais la femme en fin de compte lui a loué ça gratuitement et il partage avec elles la salle de bain, la cuisine, la machine à laver et la sécheuse. Il y a l’une de ces femmes qui est musulmane pas pratiquante et l’autre non-musulmane. Est-ce qu’il a le droit de cohabiter avec des femmes et de partager avec elles la maison. Et surtout la foi du frère est descendue très bas et en plus le frère est habité par un djinn et il a besoin de faire la roqiya et de se rapprocher d’Allah, mais il est encore entouré de mauvaises fréquentations, je cherche la meilleure manière in sha Allah de lui donner le meilleur conseil.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Les oulémas émirent comme condition à la permission pour des hommes et femmes non Mahrams (qui auraient le droit de se marier) de cohabiter, de ne pas se partager des pièces communes dépendantes de la maison, car dans ce cas, la cohabitation est alors interdite. Ibn Hadjar al-Haytamî a dit : « Si une femme habite avec un homme non Mahram dans deux chambres séparées ou que l'un d'eux habite à l'étage et l'autre au rez-de-chaussée ou que l'un d'eux habite une maison et l'autre dans une chambre, cela est permis à condition qu'ils ne se rencontrent dans aucune annexe comme la cuisine, les toilettes, le puits, le toit ou l’ascenseur. S'ils partagent l'une de ces pièces, il leur est alors interdit de cohabiter, car il s'agit là d'une situation pouvant être considérée comme de l’isolement interdit. Il en est de même si toutes ces choses sont séparées mais que les portes qui les séparent ne sont pas fermées ou bloquées ou si elles sont fermées, mais que le couloir de l'un d'eux passe par l'autre ou que la porte de l'un d'entre eux donne sur l'habitation de l'autre. » (Al-Fatâwa al-Fiqhiyya)


S'il vient s’ajouter au partage des toilettes, de la cuisine, de la lessiveuse et du séchoir de cet homme avec ces deux femmes le fait que l’une des femmes est non pratiquante, que l’autre est non musulmane et que l’homme a de mauvaises fréquentations, alors cela est une porte grande ouverte à la débauche et par conséquent, il est obligatoire de réprimander cet homme et de le conseiller, car cela fait partie de la religion.
Ce conseil doit se faire de la bonne manière en essayant de lui faire craindre Allah, en lui rappelant les conséquences néfastes de cela, le fait que cela mène à la tentation et la débauche ainsi que le fait que le diable est à l’affût de l’homme et l’attire petit à petit vers le péché. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« Ô vous qui avez cru ! Ne suivez pas les pas du Diable. Quiconque suit les pas du Diable, [sachez que] celui-ci ordonne la turpitude et le blâmable. Et n'eussent été la grâce d'Allah envers vous et Sa miséricorde, nul d'entre vous n'aurait jamais été pur. Mais Allah purifie qui Il veut. Allah entend tout et Il est Omniscient. » (Coran 24/21).

Si cet homme se repent et revient à Allah alors louange à Allah et s’il continue dans cette voie, il faut alors s’éloigner de lui si l’on espère que cela lui sera bénéfique.

Il ne fait aucun doute que l’insouciance et la faiblesse de la foi ainsi que les mauvaises fréquentations sont parmi les pires causes de la négligence dans ce genre de choses. L’aiguisement de sa détermination dans ce qui le purifiera est le meilleur moyen pour qu’il se repente et revienne dans le droit chemin.

Nous implorons Allah, exalté soit-Il, de le guider et de lui permettre de revenir vers la vérité.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui