Pardonner à sa mère malgré le mal fait
Fatwa No: 298213

Question

Assalam alaykum,
Ma mère a commis l’adultère quand j’étais plus jeune et m'abandonna ma sœur et moi avec mon père suite à leur divorce, ce fut tragique car les familles se sont mêlées et plus personne ne parle à l'autre depuis (20 ans).
Suis-je dans l'obligation de reprendre contact avec ma mère malgré le mal qu'elle a fait où c'est à elle de revenir vers nous ? Et quel risque je cours devant notre Créateur en faisant mal les choses ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Les droits de la mère sur ses enfants sont énormes. L’enfant a le devoir d’obéir à sa mère et de bien se comporter envers elle. Ce devoir d’obéissance ne s’annule pas parce qu’elle a fait du mal. En effet, Allah, exalté soit-Il, ordonne d’obéir aux parents même si ces derniers sont mécréants et s’efforcent d'égarer leur enfant. Allah, exalté soit-Il, a dit (sens des versets) :

« Nous avons commandé à l'homme [la bienfaisance envers] ses père et mère ; sa mère l'a porté [subissant pour lui] peine sur peine : son sevrage a lieu à deux ans. "Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu'envers tes parents. Vers Moi est la destination. Et si tous deux te forcent à M'associer ce dont tu n'as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas ; mais reste avec eux ici-bas de façon convenable. Et suis le sentier de celui qui se tourne vers Moi. Vers Moi, ensuite, est votre retour, et alors Je vous informerai de ce que vous faisiez." » (Coran 31/14-15)

Quant aux droits de la mère, ils sont encore plus importants. Abû Hurayra, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté qu’un homme vint demander au Messager d'Allah () : - « Quelle est la personne qui mérite le plus ma (bonne) compagnie ? » - « Ta mère. », lui répondit-il. - « Qui d'autre ? », continua l'homme. - « Ta mère. », dit-il. - « Qui d'autre ? », poursuivit l'homme. - « Ta mère. », dit-il. - « Qui d'autre ? », demanda-t-il. - « Ton père. », répondit-il alors. (Boukhari, Mouslim) Il lui a ainsi attribué les trois quarts de la bienfaisance.

Votre devoir est donc de vous efforcer à maintenir un lien avec elle, car vous y êtes obligé même si elle ne remplit pas ses devoirs envers vous. Vous serez jugé pour vos actes et elle le sera pour les siens. Si vous ne maintenez pas les liens avec elle alors que vous en êtes capable, vous aurez rompu ainsi vos liens de parenté avec elle. Or, la rupture des liens de parenté est une cause de malédiction, c’est-à-dire du bannissement de la miséricorde d’Allah. Allah, exalté soit-Il, dit (sens des versets) :

« Si vous vous détournez, ne risquez-vous pas de semer la corruption sur terre et de rompre vos liens de parenté ? Ce sont ceux-là qu'Allah a maudits, a rendus sourds et aveugles. » (Coran 47/22-23)

Abû Hurayra, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit :

« Après qu’Allah, le Très-Haut ait fini de créer les créatures, al-Rahim (liens de parenté) s’est accroché au Trône et dit : « Ô Seigneur ! Je cherche Ta protection contre la rupture. » Allah lui répond : « Veux-tu que Je maintienne le lien avec celui qui tient à toi et rompe avec celui qui rompt avec toi ? » Elle répondit : « Oui. » Allah lui dit : « Je te l’accorde. » Le Prophète () ajouta ensuite : « Si vous voulez, lisez ce verset : « Ne craignez-vous pas, si vous vous détourniez de la voie d’Allah, de semer le désordre sur terre et de rompre les liens de parenté avec vos proches ? »» (Boukhari et Mouslim)».


Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui