Lire une sourate avec la Fâtiha dans la troisième et la quatrième Rak'âts
Fatwa No: 301960

Question

Assalam alaykum, J'ai toujours dans les prières de dhuhr, asr, maghreb et icha récité la fatiha et une sourate pendant la troisième et la quatrième Rak’as..Est-ce que ma prière est valide ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Abû Qatâda a rapporté que durant les deux premières Rak’âts des prières du Zhuhr et de ‘Asr le Prophète () récitait la sourate al-Fâtiha ainsi qu'une autre sourate et que parfois il leur faisait entendre un verset, et durant les deux dernières Rak’âts, il récitait uniquement la sourate al-Fâtiha. (Boukhari, Mouslim)

La plupart des oulémas s’appuyèrent sur cela pour dire qu’il n’est pas recommandé de réciter une autre sourate après la sourate al-Fâtiha (L’Ouverture) dans les deux dernières Rak’âts. Tel est l’avis faisant autorité dans les écoles malékite, chaféite et hanbalite.

Néanmoins, un groupe de oulémas est d’avis qu’il est permis de réciter une autre sourate après la sourate al-Fâtiha dans les deux dernières Rak’âts. Ils s’appuyèrent pour cela sur le hadith dans lequel Abû Sa’îd al-Khudrî, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté : « Nous tentions d’estimer le temps que le Prophète () restait debout durant les prières du Zhuhr et de ‘Asr et nous avons déterminé qu’il restait debout durant les deux première Rak’âts de la prière du Zhuhr l’équivalent du temps consacré à la récitation de la sourate al-Sadjda (La Prosternation) et l’équivalent de la moitié de cela durant les deux dernières Rak’âts. Puis nous avons déterminé qu’il restait debout durant les deux premières Rak’âts de la prière de ‘Asr l’équivalent du temps qu’il restait debout durant les deux dernières Rak’âts de la prière du Zhuhr et l’équivalent de la moitié de cela durant les deux dernières Rak’âts de la prière de ‘Asr. » (Mouslim)

Le cheikh Ibn ‘Uthaymîn, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Le hadith d’Abû Sa’îd al-Khudrî démontre que l’on récite plus que la Fâtiha lors des deux dernières Rak’âts, car il mentionne que le Messager d’Allah () récitait une sourate dans les deux premières Rak’âts, sans que la première ne soit plus longue que la deuxième et qu’ensuite il récitait dans les deux dernières Rak’âts l’équivalent de la moitié de ce qu’il avait récité dans les deux premières Rak’âts. Cela prouve que les deux premières Rak’âts étaient de même longueur tout comme les deux dernières. Cependant, certains oulémas firent prévaloir le hadith d’Abû Qatâda en raison du fait qu’il a été rapporté par Boukhari et Mouslim alors que le hadith d’Abû Sa’îd a uniquement été rapporté par Mouslim ainsi qu’en raison du fait qu’Abû Qatâda est catégorique et précis dans ses propos alors qu’Abû Sa’îd parle d’estimation. Or, il y a certes une différence entre la précision et l’estimation d’une chose. Tel est l’avis de l’école (hanbalite); néanmoins, il semble qu’il soit possible de combiner les deux hadiths en disant que le Messager d’Allah () faisait tantôt ce qui est décrit dans le hadith d’Abû Sa’îd et tantôt ce qui est décrit dans le hadith d’Abû Qatâda, car sa prière n’était pas unique pour que nous puissions dire qu’il y a contradiction. Au contraire, le Prophète () priait cinq fois par jour et dès lors qu’il est possible de combiner plusieurs hadiths, il faut le faire avant de parler d’abrogation ou de donner la prépondérance à l’un plutôt qu’à un autre »

Parmi les preuves indiquant la récitation d’une sourate (en plus d’al-Fâtiha) durant les deux dernières Rak’âts figure le hadith dans lequel Abû Sa’îd al-Khudrî, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté : « Le Prophète () récitait durant les deux premières Rak’âts de la prière du Zhuhr l’équivalent de trente versets dans chaque Rak’at et durant les deux dernières Rak’âts l’équivalent de quinze versets – ou il dit : la moitié de cela –. Quant à la prière de ‘Asr, il récitait durant les deux premières Rak’âts l’équivalent de quinze versets dans chaque Rak’at et durant les deux dernières Rak’âts l’équivalent de la moitié de cela. » (Mouslim)

Le cheikh al-Albânî, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « La récitation de versets par le Prophète () après la sourate al-Fâtiha durant les deux dernières Rak’âts : "Ses deux dernières Rak’âts étaient environ deux fois plus courtes que ses deux premières et équivalaient à la récitation de quinze versets" et "il se pouvait qu’il se contente de réciter la sourate al-Fâtiha durant les deux dernières Rak’âts." » (Sifa Salât al-Nabî)

L’avis prépondérant, si Allah le veut, est donc qu’il est permis de le faire, de temps à autre, tout en délaissant cela la plupart du temps afin de suivre la ligne de conduite du Prophète () et de combiner les deux versions rapportées à ce sujet.

Enfin, quel que soit l’avis, la prière durant laquelle on récite une autre sourate après la sourate al-Fâtiha durant les deux dernières Rak’âts est valide.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui