Hadiths sur la préservation de la langue des propos inconvenants
Fatwa No: 328021

Question

J’ai envoyé une question ayant pour référence le numéro : 2592935. Le texte de la question, après avoir changé ce qui est nécessaire pour en clarifier le sens, est le suivant :
« Un jour, j’étais assis pour dispenser un cours à ma famille. Je leur expliquais le sens d’un verset et le traduisais dans notre langue. Durant la traduction, mon fils - qui est un jeune pubère même s’il n’a que treize ans – a prononcé un vilain mot en jouant de quelques lettres de la traduction du verset dans notre langue ce qui a donné à ce mot un sens malsain sans toutefois donner à la phrase dans son ensemble un mauvais sens. Ce faisant, il n’avait pas l’intention de se moquer du verset. Il a oublié qu’il disait cela durant un cours religieux. Le sens du mot que mon fils a prononcé dans notre langue est : une crotte. Sachant qu’il s’agissait du verset 13 de la sourate numéro 5, Al-Mâ’ida, où ne figure pas ce terme. Est-il un apostat pour avoir dit ce mot ? »
La réponse que vous avez envoyée fut via cette adresse mail : XXXXXXX@GMAIL.COM
« Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons : votre fils n’a pas apostasié pour ce qu’il a fait tant qu’il n’avait pas l’intention de se moquer de la religion. Ceci dit, au vu de votre question il nous semble que vous souffrez de perturbations psychologiques (waswâs) et nous implorons Allah de vous en guérir ainsi que tous les musulmans qui en sont éprouvés. Nous vous conseillons de faire les efforts requis pour vous en débarrassez car c’est un mal intense qui, s’il a le dessus sur l’homme le conduit à de nombreux maux et lui nuira dans sa vie et sa religion. Veillez à ne pas transmettre ce mal à vos enfants qui pourraient eux aussi être concernés par ces perturbations par votre faute. Sachez que le meilleur moyen de se débarrasser de cette maladie est, de façon générale, de s’en détourner, et ne pas se laisser emporter par ces pensées. Et aussi, implorer Allah de nous en guérir et de nous protéger contre son mal. Pour connaitre comment se soigner revenez à la fatwa numéro 336550. Et Allah sait mieux que quiconque. »
Ma question est donc : quelle est notre obligation envers notre enfant au vu de son propos malsain durant le cours ? Devons-nous lui dire que ce n’est pas grave ou que c’est un petit péché ou un grand péché ? Ceci, pour qu’il ne recommence plus à l’avenir surtout durant un cours. Il a reçu en partie vos conseils puisque je lui ai fait lire la fatwa et il sait donc qu’il n’est pas un apostat. Mais quel est le genre de ce péché ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Prononcer des paroles indécentes et grossières durant un cours religieux est considéré comme un mauvais comportement. C’est contraire à ce qui est dit dans le Coran et la Sunna au sujet de la préservation de la langue qui ne devrait pas prononcer des mauvaises paroles et des grossièretés. Allah dit :
« Allah n’aime pas les mauvaises paroles proférées à l’encontre d’autrui, sauf par celui qui est victime d’une injustice. » (Coran 4/148).
Dans plus d’un hadith, le Prophète () nous a enjoint de préserver notre langue des mauvaises paroles. Parmi ces hadiths, celui rapporté par Tirmidhi :
‘Uqbah ibn ‘Âmir rapporte avoir demandé : « Messager d’Allah ! Où se trouve le salut ? » Il répondit : « Tiens ta langue, demeure dans ton foyer et pleure sur tes péchés. » Jugé authentique par Al-Albânî dans Sahîh Al-Tirmidhi.
Selon Abou Horayra, le Messager d’Allah, , a dit : « Que celui qui croit en Allah et au Jour dernier dise du bien ou se taise. » [Boukhari et Mouslim]
Dans un hadith jugé authentique par Al-Albânî dans Sahîh Al-Tirmidhi, le Prophète () dit à Mu’âdh :
« Veux-tu que je t’indique sur quoi repose tout ceci ? » « Oui, Messager d’Allah », répondit-il. Il saisit alors sa langue et dit : « Tiens celle-ci. » Mu’âdh demanda : « Messager d’Allah ! Devrons-nous rendre compte de nos paroles ? » Il répondit : « Les gens seront-ils jetés sur leurs visages en Enfer pour autre chose que ce qu’ils disent ? »
Il a aussi défendu de tenir des propos grossiers ou indécent en disant :
« Le vrai croyant n’a pas pour habitude de dénigrer ou maudire les autres, et il n’est ni indécent, ni grossier. » Jugé authentique par Al-Albânî dans Sahîh Al-Tirmidhi.
Et selon Abu Al-Dardâ’, le Prophète () dit : « Allah déteste un homme grossier et indécent. » Rapporté par Tirmidhî.
Dans son ouvrage Tuhfat Al-Ahwadhi, Al-Mubârak Fûrî, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Il n’est pas croyant – c’est-à-dire qu’il ne l’est pas complétement – celui qui dénigre les gens, c’est-à-dire en mentionnant leurs défauts. Ni celui qui les maudit souvent – en arabe, le procédé d’emphase a été employé car il est rare qu’un homme soit complétement exempt de défaut. Le croyant n’est pas non plus grossier c’est-à-dire ni par ses actes ni par ses paroles. Dans le livre Al-Nihâya, ce terme est expliqué ainsi. D’autres ont dit : celui qui est grossier est celui qui insulte les gens. Il semble qu’il s’agit de vilaines insultes qu’il est malvenu de répéter. Quant à celui qui est indécent, Al-Qârî a dit : c’est celui qui n’a pas de pudeur. » Fin de citation en résumé.
Il vous est possible de lire ces hadiths à votre fils et lui expliquer qu’il a fait le contraire de ce qu’ils exigent, et que son acte est considéré comme un mauvais comportement comme nous l’avons dit. Sur ce, dites-lu de ne plus recommencer à prononcer de telles paroles.
Et Allah sait mieux.
 

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui