Situation conflictuelle dans un famille suite à un divorce
Fatwa No: 373252

Question

Assalam alaykoum,Voilà j'ai mon père qui a divorcé d’avec ma mère quand j'étais petit, mon père m’a abandonné, pendant 18 ans j'ai cherché à le retrouver il m’a renié il m’a dit que j'étais pas son fils par méchanceté il a refait sa vie il m’a oublié, il a eu d'autres enfants j'ai voulu savoir s’il avait un cœur donc un jour je suis parti à son magasin et j'ai voulu acheter un sandwich pour voir s’il allait me le vendre, il me l’a vendu donc j'ai vu à partir de ce moment qu'il avait un cœur de pierre j'ai été en contact par téléphone avec mes demi-sœurs, elles ont rompu le contact, elle m’ont dit que notre père avait été au pèlerinage sauf qu'il m’a même pas demandé pardon pour le tort qu'il m’a fait, ma demi-sœur m’a dit qu'il avait partagé ses biens entre eux je n'ai eu aucune part, il a coupé les liens de parenté avec moi, il a aucune conscience du mal qu'il m’a fait le problème c'est qu'il habite loin et je suis malade il y a personne qui peut m'emmener le voir j'ai plus son numéro il a changé et ma maladie ne me permet pas de voyager qu'est-ce que je peux faire pour maintenir les liens de parenté avec lui est-ce que je peux saisir un tribunal pour avoir ma part, ça fait plus 30 ans que j'ai patienté en pensant, vu qu'il était parti au pèlerinage qu'il avait changé mais il n'a pas changé mais il m’a oublié car il a refait sa vie s’il me demande pardon un jour je lui pardonnerai par contre s’il me demande pas pardon je lui pardonnerai pas comment je peux faire pour maintenir les liens de parenté et récupérer ma part qu’Allah vous récompense amin.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :


Si votre affiliation à votre père est confirmée, il n’a pas le droit de la nier et son reniement n’est pas valable. Les oulémas ont énoncé plusieurs faits qui confirment l’affiliation d’une personne : parmi ces faits la légitimation du père de cette affiliation et la notoriété de cela chez les gens.
Vous avez bien fait d’essayer de renouer les liens avec lui et avec vos frères et sœurs : qu’Allah vous en récompense ! Si vous pouvez le refaire une deuxième fois, alors faites-le. Allah, le Très Haut, dit : « Craignez donc Allah tant que vous le pourrez. » (Coran 64/16).
Les oulémas disent que ce sont les coutumes qui déterminent les moyens de maintenir les liens : visites, appels, lettres, messages…
Si votre père a partagé son héritage alors qu’il est toujours vivant, ce fait est illicite car parmi les conditions du partage de l’héritage est la vérification de la mort de celui qu’on hérite et par conséquent cela n’est pas homologué du moment qu’il est vivant.
S’il leur a accordé ses biens comme donations, il est exigé qu’il leur en concède la possession de son vivant, car si c’est un Waqf (mainmorte) conditionné par sa mort, cela est considéré comme un testament, or le testament pour un héritier est nul. De même, il lui est interdit de favoriser certains de ses enfants par une donation sans les autres, excepté s’il y a une excuse légale, au contraire il doit être équitable avec eux tous.
Certains oulémas ont permis à l’enfant de poursuivre son père en justice s’il est avéré qu’il l’a lésé dans ses droits, il n’y a pas de mal à cela. Mais d’autres oulémas l’ont interdit.
Le plus préférable est que vous vous plaigniez à des hommes pieux et sages auxquels il ferait confiance et ainsi il écouterait leurs conseils : ils lui évoqueraient le danger de la rupture des liens de parenté et de l’iniquité envers les enfants…
Comme vous pouvez vous référez à un centre islamique et raconter votre affaire aux responsables du centre qui vous conseilleraient assurément avec sagesse.
La poursuite du père en justice peut aggraver le problème et il peut en découler des complications fâcheuses dont vous en dispenseriez bien, surtout que vous êtes malade !
Enfin nous vous recommandons de patienter car l’issue de la patience est toujours bonne et n’oubliez surtout pas de multiplier le Douâ car Allah, le Très Haut, répond à l’appel du désespéré et Il débarrasse du mal.
Allah, le Très Haut, dit : « (Qui d’autre que) Lui répond à l’appel du désespéré quand il L’invoque, débarrasse du mal, et fait de vous des héritiers sur terre ? Y a-t-il donc, avec Allah, une autre divinité ? Non, mais il est rare que vous vous en souveniez. » (Coran 27/62).

Et Allah sait mieux.

 

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui