Durée pour laquelle le voyageur peut raccourcir ses prières et le statut de celui qui prie le maghrib derrière un homme qui prie le ‘icha
Fatwa No: 403762

Question

Deux voyageurs sont arrivés dans une ville depuis trois jours pour visiter leurs familles. Le premier a prié le Maghrib et le ‘Icha sans les raccourcir car il ne considère plus qu’il est en voyage. Cela lui est-il permis ? Le second est ensuite venu et a prié derrière lui comme l’a fait le premier. Cela lui est-il permis ? Un troisième homme est venu se joindre à nos deux hommes alors qu’ils étaient en train de prier le ‘Icha, en ayant l’intention de raccourcir ses prières. Il a donc prié avec l’intention de faire le Maghrib et a fait les salutations finales à la troisième rak’at, puis il s’est relevé et a prié avec nous la quatrième rak’at que nous faisions et en a ensuite ajouté une de sorte à ce qu’il prie le ‘Icha en deux rak’at. Cela lui est-il permis ? Je souhaite que la réponse nous soit donnée selon les avis des quatre écoles.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Durant un voyage, il faut raccourcir les prières si la distance parcourue le permet. On l’évalue à environ 83 km. Une fois arrivée, et qu’on a l’intention de rester moins de trois jours, ou qu’on n’ait pas émis d’intention quant à la durée du séjour parce qu’on hésite ou que ce voyage est lié à un intérêt dont on n’ignore quand il sera réalisé. Dans ce cas là on doit raccourcir la prière même si la durée du voyage se prolonge. Et ce, selon le verset : « Et quand vous parcourez la terre, ce n'est pas un péché pour vous de raccourcir la Salât, si vous craignez que les mécréants ne vous mettent à l'épreuve.» (Coran 4/101). Et aussi, selon le hadith rapporté par Boukhari et Muslim dans lequel Ibn Omar relate : J’ai été en compagnie du Prophète, , et durant ses voyages, il ne faisait pas plus de deux rak’ats dans ses prières. Abu Bakr, Omar et ‘Uthman faisaient de même, qu’Allah soit satisfait d’eux.

La divergence des quatre écoles concerne celui qui a l’intention de résider quatre jours ou plus. Malik, Shafi’i et Ahmad, qu’Allah leur fasse miséricorde, sont d’avis que le voyageur doit accomplir intégralement ses prières, soit quatre rak’ats, au-delà de quatre jours. Sachant que Ahmad inclut les jours d’arrivé et de départ dans le décompte des quatre jours, contrairement à Malik et Shafi’i. Ahmad précise que s’il accompli plus de vingt prières (obligatoires) durant son voyage alors il doit les faire dans leur intégralité et ne pas les raccourcir.

Abu Hanifa est d’avis que les prières du voyageur doivent être raccourcies tant qu’il n’a pas l’intention de résider plus de quinze jours. Ibn Rushd dit dans son livre Bidâyat Al-Mujtahid : Il existe trois avis des juristes des différentes contrées concernant la durée pour laquelle il est permis au voyageur de raccourcir ses prières :

1- L’avis de Malik et Shafi’i : Si le voyageur a réellement l’intention de résider quatre jours alors il doit les accomplir entièrement.

2- L’avis d’Abu Hanifa et Soufian al-Thawri : Si le voyageur a réellement l’intention de résider quinze jours alors il doit les accomplir entièrement.

3- L’avis de Ahmad et Dâwûd : Si le voyageur a réellement l’intention de résider plus de quatre jours alors il doit les accomplir entièrement. Fin de citation.

On sait donc que pour les deux premiers, s’ils sont arrivés dans une ville dans laquelle ils ne résident pas et qu’ils avaient l’intention d’y rester trois jours seulement, leurs prières de quatre rak’ats doivent donc être raccourcies à deux rak’at selon l’avis des quatre écoles.

Quant au troisième homme, sa prière est liée à deux questions pour lesquelles les quatre écoles ont divergé :

La première question : En priant le Maghrib derrière un homme qui prie le ‘Icha, son intention était différente de celui qui présidait la prière. Cela est interdit et invalide la prière selon l’avis de la majorité des savants comme Abu Hanifa, Malik et Ahmad, selon l’avis de référence qui lui est attribué. Quant à Shafi’i et au deuxième avis attribué à Ahmad, cette prière est valide. Et avoir une intention différente de celle de l’imam n’affecte en rien sa validité.

Al- Nawawi a dit dans son livre Al-Majmû’ : Question concernant les avis des savants quand l’intention émise par le fidèle n’est pas la même que celle de l’imam derrière lequel il prie : nous avons mentionné que les tenants de notre école (Shafi’ite) affirment qu’il est permis d’accomplir une prière obligatoire ou surérogatoire derrière un imam qui accompli une prière surérogatoire ou une prière obligatoire différente de celle du fidèle qui prie derrière lui. Cet avis est aussi celui de Ibn Al-Mundhir selon Tâous, de ‘Ata’, d’al Awzâ’î, d’Ahmad, d’Abu Thawr, de Sulayman ibn Harb. Al Nawawi a ajouté : c’est aussi mon avis et celui de Dâwûd.

D’autres savants ont soutenu l’avis suivant : Il n’est pas permis d’accomplir une prière surérogatoire derrière un homme qui accompli une prière obligatoire et inversement. De même si leur intention est d’accomplir une prière obligatoire différente. C’est l’avis d’al-Hasan al-Basri, al-Zuhri, Yahya ibn Sa’id al-Ansari, Rabî’a, Abu Qilâba. C’est un des avis attribué à Malik. Al Thawri et Abu Hanifa ont dit : Il n’est pas permis d’accomplir une prière obligatoire derrière celui qui accomplit une prière surérogatoire ou une prière obligatoire différente de la sienne. Mais il est permis d’accomplir une prière surérogatoire derrière quelqu’un qui prie une prière obligatoire. Le même avis est rapporté de Malik.

La deuxième question : Le voyageur est parvenu à prier le ‘Icha avec l’imam qui accomplissait intégralement sa prière en quatre rak’at. Mais le voyageur l’a accompli en deux rak’ats seulement. Ceci n’est pas permis selon les avis de référence des quatre écoles. Al- Nawawi a dit dans son livre Al-Majmû’ : Shafi’i et les tenants de son école, qu’Allah leur fasse miséricorde, affirment : une des conditions pour raccourcir ses prières est que l’imam qui préside notre prière ne l’accomplisse pas en quatre rak’ats. Si c’est le cas ne serait-ce que pour un instant, le voyageur est obligé de l’accomplir dans son intégralité. Que l’imam présidant la prière et l’accomplit en quatre rak’ats soit résident ou voyageur et ait émis l’intention de l’accomplir en quatre rak’ats. Ou qu’il ait délaissé l’intention de la raccourcir … C’est l’avis soutenu par Abu Hanifa et de la plupart des savants. Cet avis est notamment rapporté par Abu Hâmid de la plupart des savants. Il est rapporté par Ibn Al-Mundhir selon Ibn Omar, Ibn ‘Abbass et un nombre de successeur des compagnons. Et aussi l'avis soutenu par al Thawri, al Awzâ’î, Ahmad, Abu Thawr et par les tenants du raisonnement par analogie.

Al-Hasan al-Basri, al-Nakha’i, al-Zuhri, Qâtada et Malik ont dit : Si le voyageur prie une rak’at ou plus avec l’imam il doit accomplir la prière en quatre rak’ats. Si ce n’est pas le cas il a le droit de la raccourcir.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation