Offrir des cadeaux aux médecins pour qu’ils prescrivent les médicaments de sa propre compagnie
Fatwa No: 403819

Question

Al-Salam ‘Alaykoum (que la paix soit sur vous) cher Cheikh.
Ma question est la suivante :
Je proviens d’un pays non-musulman. Je fais des affaires dans la vente de médicaments en gros. J’achète des produits de différentes compagnies pharmaceutiques, puis je les revends aux distributeurs. Mes produits sont tous de bonne qualité et mes prix sont compétitifs. Certains de mes produits sont, même, meilleur marché que ceux des autres compagnies pharmaceutiques. [Je répète], la qualité des médicaments est excellente. Il n’y a pas de problème à ce sujet. De plus, mes prix sont plus abordables que ceux des autres compagnies. Toutefois, il y a des centaines de compagnies qui vendent exactement les mêmes produits, mais sous des noms et des prix différents.
Les médicaments ne sont pas prescrits aux patients par les médecins tant que ces derniers ne reçoivent pas quelques cadeaux ou de l’argent comptant, de la part des compagnies [pharmaceutiques] ou des grossistes et ce, même si les médicaments sont de bonne qualité. Il y a donc une compétition entre les compagnies pharmaceutiques. Chacun veut faire tourner son commerce.Par conséquent, je donne également des cadeaux et de l’argent aux médecins afin qu’ils prescrivent mes médicaments. Si je ne le faisais pas, je devrais fermer mon entreprise.
Dites-moi, svp, votre avis à ce sujet précisément : je donne de l’argent et des cadeaux aux médecins afin qu’ils prescrivent mes médicaments puisque si je ne le fais pas, je devrai liquider mon entreprise. Je perdrai de l’argent et je ne serai pas remboursé par le détaillant. Veuillez me dire ce que je dois faire et m’indiquer la bonne direction. Qu’Allah vous en récompense.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons:

Offrir des cadeaux aux médecins les conduit souvent à tomber dans des pratiques interdites par la religion. Par exemple, ils peuvent prescrire le médicament à des personnes qui n’en ont pas besoin. Ils peuvent, aussi, prescrire le médicament à des patients, à partir de certaines particularités (ou avantages) qu’il ne possède pas, en réalité. Également, il est possible que d’autres médicaments soient meilleurs et plus bénéfiques pour le patient [que celui prescrit], mais seront ignorés par les médecins à cause des pots de vin [provenant d’une autre compagnie pharmaceutique].

Vous avez, d’ailleurs, mentionné, dans votre question, que le médecin ne prescrit pas le médicament, à ses patients, à moins qu’il ait reçu des cadeaux ou de l’argent, de la part de la compagnie [pharmaceutique] ou du grossiste, en négligeant de prescrire uniquement selon l’éthique médicale. Ce type de prescription est donc plutôt fait en fonction du don ou du pot de vin obtenu qu’en fonction de l’éthique médicale.

Même si nous supposons que le médecin ne soit pas fautif, c’est-à-dire, qu’il prescrit bien le médicament en fonction de sa qualité ainsi que du besoin du patient, l’intérêt supérieur du patient exige que l’on ferme cette porte, de peur que cela ne conduise à la corruption, à la cupidité et au  traitement frauduleux des patients.

La Fatwa du Comité permanent pour l’Iftaa’ (l’émission des avis religieux) se lit comme suit: « Le représentant de la compagnie qui offre des cadeaux aux médecins afin de promouvoir les médicaments de cette compagnie, au détriment de autres compagnies, est considéré comme un courtier, servant d’intermédiaire entre le donneur du pot de vin et le receveur. Le Prophète () a maudit ces trois types de personnes, dans le hadith suivants :

« La malédiction d’Allah pèse sur celui qui offre un pot de vin, celui qui le prend et celui qui sert d’intermédiaire entre les deux. » (Ahmad)

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation