Les preuves de l’existence du Sirât (Pont) dans le Coran et de la Sunna
Fatwa No: 447082

Question

Dans le Coran il y a une sourate du nom de Al-Zumar, les groupes. Cette sourate confirme que les gens qui auront commis des péchés ou les croyants se présenteront par groupes et non pas sur le Pont (Sirât).
Est-il possible de clarifier ce point en citant les preuves scripturaires du Coran concernant l’existence du Pont. Parce que si un verset contredit un hadith alors c’est le verset qui est le plus authentique et le plus précis.
Je sais déjà qu’il n’y a pas de preuve claire du Coran qui démontre l’existence du Pont. Je sais bien que son existence sera affirmée par le bais des hadiths. Mais le Coran est pourtant clair dans la sourate Al-Zumar : les gens se présenteront par groupes et non pas individuellement.
Je vous prie de bien vouloir m’honorer en clarifiant ce point. Et si vous avez la possibilité de discuter de cette question directement.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :
Pour commencer, nous devons absolument vous alerter sur l’erreur que vous commettez en abordant la compréhension du Coran de cette façon et de vous comporter avec les textes de la révélation plus généralement ! Ce qui est rapporté du Prophète () de façon authentique ne se contredit pas en soi ni ne s’oppose à ce qui est dit dans le Coran puisque tout est une révélation venant d’Allah comme il le dit dans ce verset :
« Il ne parle pas sous l’empire de ses passions mais se contente de répéter ce qu’il reçoit de la Révélation. » (Coran 53 /3-4).
Il n’est donc pas permis d’établir une distinction entre les textes du Coran et de la Sunna et d’ériger une différence entre les deux de ce point de vue car tous les deux proviennent d’Allah qui en est à l’origine.
Pour ce qui est de son rôle d’indication et de clarification, la Sunna met en évidence les sens du Coran comme Allah le dit dans ces versets :
« Nous t’avons révélé le Coran afin que tu en exposes clairement les enseignements aux hommes qui pourront ainsi les méditer. » (Coran 16 /44).
« Nous t’avons révélé le Coran uniquement pour que tu exposes clairement aux hommes la vérité qui faisait l’objet de leur différend et qu’il soit un guide et une miséricorde pour les croyants. » (Coran 16 /64).
La Sunna explique le Coran et met en évidence ce qu’Allah veut signifier dans Son livre. Et il n’est pas possible de comprendre le Coran en marge de la Sunna.
Ce qui vient appuyer notre propos est que se méprendre en imaginant qu’il existe des contradictions entre le Coran et la Sunna va encore au-delà de ce cadre. Une telle personne peut même se méprendre et croire qu’il y a des contradictions même entre plusieurs versets du Coran ! C’est le cas de l’auteur de cette question en mentionnant que les mécréants seraient conduits en enfer et les vertueux au paradis par groupes ! Celui qui s’appuie sur ces versets pour nier l’existence du Pont (Sirât) dont l’existence est clairement établie dans la Sunna ou considère que ces versets contredisent ce que dit la Sunna alors qu’il sache qu’il est possible de dire que ces versets s’opposent à d’autres versets du Coran. En effet, Allah dit :
« Vous voici venus à Nous, seuls, comme au moment de votre première création. » (Coran 6 /94).
« C’est Nous, au contraire, qui hériterons de ses richesses et de ses enfants, si bien qu’il viendra à Nous, seul et sans le sou. » (Coran 19 /80).
« Chacun d’eux, le Jour de la résurrection, se présentera seul devant Lui. » (Coran 19 /95).
Dans son exégèse, Al-Tabari a dit : « Le jour de la résurrection, chacun se présentera devant Lui seul et sans personne pour le secourir contre Allah et qui pourrait l’en protéger …’ Fin de citation.
Dans son exégèse, Al-Tha’alibi a dit : « Seul et avec ses œuvres uniquement, il n’aura rien avec lui de ce monde. » Fin de citation.
Dans son exégèse, Al-Râzî a dit : « Le jour de la résurrection, chacun se présentera devant Lui seul et il n’y aura personne de ces polythéistes avec lui. » Fin de citation.
Doit-on dire pour autant que ces versets contredisent ceux qui énoncent que les gens se présenteront devant Allah par groupes ?! Bien sûr que non. Le Jour de la résurrection connaitra des états différents. Les gens se retrouveront dans plusieurs postures. Dans l’une d’elles il sera seul et dans une autre il sera avec ceux qui auront commis les mêmes actes que lui comme l’a dit Allah dans ce verset :
« Il sera ordonné : "Que les impies et leurs semblables (azwâjuhum) soient rassemblés, ainsi que tout ce qu’ils adoraient en dehors d’Allah. Qu’ils soient dirigés vers le Brasier ! Mais arrêtez-les, car ils doivent tout d’abord être interrogés." » (Coran 37 /22-24).
Dans son ouvrage Adwa Al-Bayân, Al-Shanqîtî a dit au sujet du terme : semblables (azwâjuhum) : « La plupart des savants – dont Omar et Ibn Abbâs – sont d’avis que le sens du mot (azwâjuhum) dans ce verset signifie leurs semblables et ceux qui leur sont équivalents. Le païen sera avec le païen, le voleur avec le voleur, le fornicateur avec le fornicateur, le juif avec le juif, le chrétien avec le chrétien, et ainsi de suite. L’utilisation du terme Azwâj pour désigner des catégories et bien connu dans le Coran et dans la langue des arabes. On retrouve cela dans ces versets : « Gloire à Celui qui a créé les différentes et diverses espèces de créatures par couple !» et : « Que les impies et leurs semblables soient rassemblés. » Ce qui signifie : rassemblez les injustes avec leurs semblables et ceux qui leur ressemblent et conduisez-les en enfer ou ils y entreront tous. » Fin de citation.
Avec ceci nous disons : la plupart des savants sont d’avis que le passage sur le Pont qui sera dressé au-dessus de l’enfer le Jour de la résurrection n’a pas été mentionné dans la Sunna uniquement mais l’a aussi été dans le Coran. C’est ainsi qu’ils ont dit qu’il fallait comprendre le sens de ce verset :
« Il n’est pas un seul d’entre vous qui ne doive l’affronter, conformément au décret irrévocable de ton Seigneur. Nous sauverons alors ceux qui auront craint le Seigneur et y abandonnerons les impies à genoux. » » (Coran 19 /71-72).
Dans son Sharh Al-Tahawiyya, Ibn Abi Al-‘Izz a dit : « Les savants ont différents avis sur le sens de l’expression mentionné dans ce verset : Il n’est pas un seul d’entre vous qui ne doive l’affronter. De quoi s’agit-il ? L’avis le plus évident et le plus prépondérant est qu’il s’agit du Pont qui sera dressé au-dessus de l’enfer. » Fin de citation.
Il en est de même de ce verset :
« Un jour viendra où l’on verra la lumière des croyants et des croyantes courir devant eux et sur leur droite. Il leur sera alors annoncé : « Réjouissez-vous aujourd’hui de votre admission dans des jardins traversés de rivières où vous demeurerez pour l’éternité. » Voilà le bonheur suprême. Ce Jour-là, les hypocrites, hommes et femmes, diront aux croyants : « Attendez-nous que nous profitions de votre lumière. » Il leur sera alors lancé : « Revenez en arrière en quête d’une lumière ! » Sera alors dressée entre les croyants et les hypocrites une muraille ayant une porte devant laquelle se trouvera la miséricorde et derrière laquelle se trouvera le châtiment. » (Coran 57 /12-13).
La plupart des exégètes ont dit que ce verset faisait référence à la situation des gens quand ils seront sur le Pont.
Quoi qu’il en soit, nous ne connaissons aucun savant qui ait nié l’existence du Pont si ce n’est une partie des savants hérétiques à l’instar de certains rationalistes qui l’ont interprété de façon abusive.
Dans son épître à Ahl Al-Thaghar, Abu Al-Hasan Al-Ash’ari a dit : « Les savants sont unanimes pour dire que le Sirât est un pont dressé au-dessus de l’enfer. Les gens le traverseront à une vitesse plus ou moins rapide qui sera fonction de leurs œuvres. » Fin de citation.
Dans Al-Iqnâ’ Fî Masa’il Al-Ijmâ’, Ibn Al-Qattân est du même avis.
Dans son Charh Muslim, Al-Nawawi a dit : « L’avis des savants attachés à la vérité est d’affirmer l’existence du Pont. C’est l’avis unanime des prédécesseurs. Il s’agit d’un pont dressé au-dessus de l’enfer sur lequel tous les gens devront passer. Les croyants y réchapperont en fonction de leur état et de leur rang. Les autres en tomberont et seront précipités en enfer. Qu’Allah le généreux nous en préserve. » Fin de citation.
Dans son ouvrage Lawâmi’ Al-Anwâr, Al-Safârînî a dit : « De façon générale, les savants sont unanimes pour affirmer l’existence du Pont. Mais les savants qui sont attachés à la vérité reconnaissent son existence selon le sens propre du terme en affirmant qu’il s’agit d’un pont dressé au-dessus de l’enfer qui sera plus tranchant qu’une épée et plus fin qu’un cheveu. Mais Al-Qâdi Abd Al-Jabbâr, un savant du courant rationaliste (Al-Mu’tazila), a nié ce sens premier du Pont. Bien de ses adeptes ont adhéré à son avis en prétendant qu’il n’est pas possible de le traverser. Et que s’il était possible de traverser ce pont alors ce n’est qu’en supportant certains châtiments. Or, les croyants vertueux ne subiront aucun châtiment le Jour de la résurrection. Selon eux, le sens voulu est qu’il s’agit de la voie menant au paradis annoncée dans ce verset : « Il les guidera au contraire et les rendra vertueux » … ou de la voie menant en enfer annoncée dans ce verset : « Qu’ils soient dirigés vers le Brasier ! » Or, tout ceci est complétement faux et n’est que balivernes. En effet, il est obligatoire de comprendre les textes scripturaires selon leurs sens premiers. De plus, traverser ce Pont n’est pas plus extraordinaire que de marcher sur de l’eau ou de voler dans les airs ou de s’y arrêter. Le Prophète () a déjà répondu à la question concernant la résurrection du mécréant en position debout sur son visage en disant qu’il était tout à fait possible que cela survienne … » Fin de citation.

Et Allah sait mieux.
 

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui