Partage de l'héritage entre l'époux, 2 frères et 4 sœurs
Fatwa No: 447283

Question

Assalamou alaykoum. Une épouse sans enfant décède en laissant son époux, 2 frères et 4 sœurs. Ses deux parents (père et mère) sont également décédés. Ses grands parents sont décédés. Elle (la défunte) à 3 demi-sœurs (les filles de la seconde femme vivante de son défunt père). La défunte bénéficie d'une pension de réversion. La pension de réversion est elle soumise au partage de l'héritage? Si oui, quelle est la part des héritiers? Merci de votre éclairage.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

ll nous est impossible de détailler la manière dont cet héritage doit être partagé avant de connaitre avec précision l'ensemble des héritiers. Nous vous rappelons que les héritiers de sexe masculin sont au nombre de quinze et que les héritiers de sexe féminin sont au nombre de dix. Il se peut qu’il y ait un héritier oublié ou qu’il y ait un testament ou des dettes ou d’autres droits que vous ignorez !
Si vous désirez connaître la manière de partager cet héritage avec précision, nous vous invitons à reposer votre question à travers notre page consacrée aux règles d'héritage via le lien suivant :
http://www.islamweb.net/fmerath/

En supposant que la défunte n’a laissé que les héritiers que vous avez mentionnés dans la question et que son père, sa mère, son grand-père et sa grand-mère sont tous morts avant elle, alors son héritage se répartit comme suit :
Son mari perçoit la moitié de l’héritage au titre de la réserve héréditaire en raison de l’absence d’une descendance héritière. Allah, exalté soit-Il dit : « Et à vous la moitié de ce que laissent vos épouses, si elles n’ont pas d’enfants.  » (Coran 4/12)
Ce qui reste après le prélèvement de la part du mari revient en vertu des droits d'agnation (Ta'sîb) aux deux frères germains et aux quatre sœurs germaines et la part de chaque frère est équivalente à celle de deux sœurs, Allah, exalté soit-Il, dit : « […] ; et s’il a des frères et des sœurs, à un frère alors revient une portion égale à celle de deux sœurs [...] » (Coran 4/176).
Les trois sœurs consanguines sont privées de cette succession car la sœur consanguine ainsi que le frère consanguin n’héritent pas en présence d’un frère germain. Parce que dans le droit successoral, les parents les plus proches excluent les parents plus éloignés dans l’ordre des successibles et les frères germains sont plus proches du défunt car ils ont en commun avec lui un père et une mère, alors que les frères consanguins n’ont en commun avec le défunt que le père. Il est mentionné dans le livre intitulé al Daqa’iq : « le frère/sœur consanguin n’hérite pas en présence de trois : le fils ou l’un de ses descendants de sexe masculin, le père et le frère germain. »
Ibn al Mundhir a dit : "Les oulémas sont unanimes sur le fait que les frères consanguins et les sœurs consanguines n'héritent pas en présence d’un frère germain. »
L’héritage se répartit en 16 parts. Le mari en perçoit 8 parts, chacun des deux frères germains en perçoit deux et chacune des quatre sœurs germaines en perçoit une.
Quant à la pension de réversion si elle est l’un des droits que son l'employeur lui doit, alors elle fait partie des biens laissés en héritage et de ce fait doit être partagée entre ses héritiers conformément aux lois islamiques relatives au partage des successions. S'il s'agit d'une subvention donnée par l’employeur ou par l'État et elle ne fait pas partie de ses droits, elle sera versée à ceux spécifiés par le donateur.
Et Allah sait mieux
 

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui