Catégories et statut des formules de rappel
Fatwa No: 450676

Question

J’ai beaucoup lu au sujet des formules de rappel, de gratitude, de louanges et autre. Or, je n’ai trouvé aucun avis qui me rassure. Cette situation m’angoisse et je crains que tout ceci soit obligatoire et qu’en le délaissant, je sois coupable d’un péché.
En résumé et de façon très claire, qu’Allah vous récompense par un bien : Est-ce que prononcer les formules de rappel d’Allah est quelque chose d’obligatoire ou est-ce un acte méritoire supplémentaire ? J’entends bien sûr les formules autres que celles qui sont reconnues obligatoires comme celles que l’on dit durant la prière, pour faire l’appel à la prière (Al-Adhân), ou ce qui doit être dit dans le cadre d’une adoration. C’est-à-dire celles qui sont à prononcer en entrant et en sortant de la maison, celles qui sont à prononcer en fonction de certaines situations précises, dire Allahu Akbar, Al-Hamdu Lillah, Astaghfirullah, Lâ Hawla Wa Lâ Quwwata Illa Billah. Ou encore dire Yahdîkumu Allah (qu’Allah te guide) à celui qui m’a dit Yarhamuka Allah (qu’Allah te fasse miséricorde) une fois que j’ai éternué. Je vise aussi le fait de faire preuve de gratitude et de reconnaissance envers le Seigneur de façon constante, remercier les gens. Dire les formules de rappel du matin et du soir, quand on sort de la maison ou de la mosquée, celles liées au repas. Et toutes les formules mentionnées dans les hadiths authentiques à l’exception de la prière sur le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, puisque, louange à Allah, j’en connais le statut. Toutes les formules que je viens de mentionner sont-elles obligatoires ou doit-on les dire une seule fois au cours de sa vie. Bref, quel est le critère qui régit ces formules ?
Et aussi, comment comprendre ce verset si les formules ne sont que recommandées ? Je parle du verset suivant concernant les hypocrites : « Ils ne se rappellent que très peu d’Allah. » Si je ne prononce pas les formules de rappel plus que celles mentionnées au début de ma question, suis-je considéré comme un hypocrite ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :


Certaines formules de rappel sont obligatoires à l’unanimité des savants : comme la formule Allahu Akbar pour entrer en prière, lire la sourate Al-Fâtiha en prière qui correspond au minimum requis selon la plupart des savants. D’autres formules de rappel sont objet de divergence. Certains savants les considèrent comme obligatoires et d’autres comme recommandées. C’est le cas des formules prononcées en prière pour passer d’une position à une autre, des formules de glorification prononcées en prosternation et en inclinaison, celle dites du Tashahhud et de la prière sur le Prophète, , celles prononcées en se relevant de l’inclinaison (Sami’Allahu Liman Hamidahu – Rabbana Wa Lak Al-Hamd). Toutes ces formules sont objet de divergence sachant que le plus prudent est bien sûr de les prononcer.
Certaines formules ont le statut d’obligation solidaire (Fard Kifâya). C’est-à-dire que si une partie de la communauté s’en charge, le reste n’est pas tenu de le faire. C’est l’avis de nombreux savants. Ces formules sont par exemple, celles à dire à celui qui éternue, celles concernant l’appel à la prière et l’annonce imminente de la prière (Al-Adhân et Al-Iqâma).
D’autres formules de rappel sont objet de divergence. C’est le cas de celle à dire au moment du sacrifice d’une bête. Les savants, hormis les shaféites, considèrent qu’elle est obligatoire. Les savants de l’école hanbalite considèrent que les formules à prononcer en débutant les ablutions, les bain rituel (ghusl) et les ablutions sèches (tayammum) sont obligatoires, mais ce n’est pas l’avis des savants des autres écoles. Aussi, recenser les avis des savants concernant toutes les formules serait très long.
Certaines formules de rappel font l’objet d’un consensus des savants. Ils sont tous d’accord pour dire qu’elles sont recommandées et aucun d’eux ne soutient qu’elles sont obligatoires. C’est le cas des formules pour entrer et sortir de la maison, des toilettes et de la mosquée, ainsi que d’autres.
Prononcer avec assiduité ces formules de rappel dédiées aux différentes situations de la vie du fidèle est l’une des plus nobles tâches. Et comme le dit Ibn Salâh, on espère qu’en les prononçant, le musulman fasse partie de ceux et celles qui se rappellent très fréquemment d’Allah. Il a dit : « Si le fidèle prononce assidûment les différentes formules de rappel mentionnées dans la Sunna, le matin et le soir, aux différentes heures de la journée et dans les différentes situations du jour et de la nuit – celles qui sont expliquées dans le livre ‘Amal al-Yawm Wa al-Layla), il fera partie de ceux et celles qui se rappellent très fréquemment d’Allah. Et Allah sait mieux que quiconque. » Fin de citation.
Enfin, qui prononce assidûment les formules qui sont obligatoires et délaissent celles qui ne le sont pas, il n’est coupable d’aucun péché. Il ne fait pas partie des hypocrites qui ne se rappellent que très peu d’Allah – si Allah le veut – mais il est considéré comme une personne négligente qui laisse échapper la grande récompense du rappel d’Allah.


Et Allah sait mieux.
 

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui