Nager entre membres d’une même famille
Fatwa No: 452791

Question

Nous avons loué une maison pour un jour et j’y suis allé avec les membres de ma famille. Il y avait une piscine et au moment de se baigner chacun a revêtu ses vêtements de bain. J’ai mis des vêtements qui ne laissent pas apparaitre mes parties intimes et les femmes ont mis des tenues qui ressemblent à celles des plongeurs sous-marins. Je ne savais pas s’il fallait que je les réprimande pour ces tenues étant donné que j’étais le plus jeune. Quel est le statut de se baigner hommes et femmes d’une même famille ensemble dans ces tenues. C’est une piscine privée où il n’y a pas d’étrangers et personne ne peut nous voir de l’extérieur de la maison ? Qu’Allah vous récompense par un bien.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :


Avant tout, nous disons qu’il n’y a aucun mal à ce que des hommes et des femmes d’une même famille se baignent ensemble si les règles religieuses pour ce faire sont bien respectées. Et parmi ces règles, la femme doit couvrir les parties de son corps qui sont obligatoires de dissimuler à ses proches. Et il en est de même pour les hommes. Ceci est valable de façon générale.
Pour parler de la situation mentionnée dans la question, il faut dire que les tenues de plongeurs ne permettent pas de couvrir correctement les parties intimes de qui les portent parce qu’elles sont très serrées, bien qu’à la base elles recouvrent toutes les parties du corps. Ceci dit, elles collent à la peau au contact de l’eau et suscitent la tentation. Or, la législation établi le principe de précaution pour couper court à tout interdit.
Dans le Majmû’ Al-Fatâwa, Ibn Taymiyya dit : « A priori, tout ce qui est une cause de tentation n’est pas permis. On doit couper court à tous les moyens menant au mal si aucun intérêt supérieur ne vient s’opposer à cela. C’est pour cette raison que le regard porté sur quelque chose qui conduit à une tentation est interdit. » Fin de citation.
Il vous incombait de les réprimander. Si ce qui vous en a empêché et que vous ignoriez le statut juridique ou que vous n’étiez pas encore pubère alors vous n’êtes coupable d’aucun péché.
En revanche, si vous étiez pubère et donc légalement responsable d’assumer les préceptes religieux, et que c’est la pudeur qui vous a empêché de les réprimander parce que vous étiez le plus jeune, alors sachez que la pudeur qui empêche d’accomplir ce qui est religieusement obligatoire est une pudeur condamnable.
Dans son ouvrage Fath Al-Bârî, Ibn Hajar a dit : « Nous avons déjà dit que la pudeur fait partie de la foi. Il s’agit de la pudeur louée par la religion, celle qui suscite le respect et la considération des personnes plus âgées. Par contre, une pudeur qui conduit son auteur a délaissé un acte religieux est condamnable. Cela ne fait pas partie de la pudeur louée par la religion. C’est plutôt une preuve de faiblesse et de bassesse. » Fin de citation.
Nous concluons en disant : ce genre de situation est facile à gérer, nous entendons par là ce qui se rapporte à la piscine. Il suffit de réserver un créneau horaire pour les femmes et un autre pour les hommes. C’est plus prudent et plus à même de disculper la responsabilité de chacun et les conséquences sont plus sûres.


Et Allah sait mieux.
 

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui