Les actes d’adoration et les efforts constants jusqu’à la fin de la vie ne sont que peu de chose pour qui veut le salut et le bonheur éternel
Fatwa No: 460132

Question

Qu’Allah vous bénisse pour votre site très utile.
J’essaie de faire autant d’efforts que possible pour obéir à Allah mais je sens bien que la route est encore longue. Et comme le dit le proverbe chez nous, la route est longue et la mule peut tomber plus d’une fois.
Chaque jour j’essaie de me lever tôt pour la prière du Sobh et refreiner mon âme pour qu’elle ne fasse pas bien des choses qu’elle voudrait. Et il m’échappe bien des opportunités de faire beaucoup d’argent.
Jusqu’à quand devrais-je endurer tout cela ?

Réponse

 Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :
Sachez en premier lieu que celui qui emprunte le chemin de la droiture et chemine sérieusement sur la voie d’Allah alors son âme sera sereine en lui obéissant. Il goûtera à la saveur de l’adoration et au délice de la proximité avec Allah ce qui lui fera oublier toute fatigue et lui facilitera tout ce qu’il répugne et qu’il rencontre sur ce chemin.
Mais ceci ne peut être obtenu qu’en fournissant des efforts et en faisant face aux difficultés de l’adoration au début jusqu’à ce que les actes d’obéissance soient une habitude de laquelle on ne peut se défaire, une qualité ancrée en nous et une aptitude bien acquise.
Ensuite, sachez que le terme au bout duquel prendront fin les efforts que vous devez fournir pour assumer les préceptes religieux qui vous incombent aura lieu quand votre âme quittera votre corps. Alors habituez votre âme à ce que, tant que vous êtes en vie, en ce monde, à être dans une demeure où vous serez éprouvés et testés. A vous de patienter face aux décrets d’Allah et de combattre les penchants de vos âmes pour vous conformer aux injonctions divines. Il n’y a pas d’autre alternative pour quiconque veut obtenir le salut demain. Allah a dit à son Prophète () :
« Et adore ton Seigneur jusqu’à ce que te vienne la certitude. » (Coran 15/99).
La certitude énoncée dans ce verset correspond à la mort. Allah n’a donc pas défini de délai avant lequel le croyant devrait s’arrêter de l’adorer si ce n’est la mort.
Ibn Kathir a dit : « Il est possible de se référer à ce verset à titre d’argument pour affirmer que les actes d’adoration comme la prière et autres sont obligatoires et incombent aux fidèles tant que sa raison est saine. Il doit donc prier selon son état. » Fin de citation.
Al-Qortobî a dit : « De ce verset : « Et adore ton Seigneur jusqu’à ce que te vienne la certitude. » (Coran 15/99). Il y a une seule question à traiter, c’est que la certitude exprimée ici est la mort. Il les a enjoints de l’adorer puisqu’ils font preuve de négligence en le servant. C’est quelque chose qui leur incombe. Si on objecte en disant : « quel est l’intérêt d’avoir dit de l’adorer jusqu’à ce que vienne la mort ? N’aurait-il pas été suffisant d’exiger de l’adorer ? » A cela nous répondons : L’intérêt à cela est que s’il avait seulement enjoint de l’adorer sans dire quoi que ce soit de plus alors le fidèle aurait pu lui obéir en l’adorant une fois seulement. Mais en lui demandant de le faire jusqu’à la mort, le fidèle doit sans cesse adorer son Seigneur.
Et si on objecte en disant : « Pourquoi avoir demander de l’adorer jusqu’à ce que vienne la mort et ne pas dire de l’adorer tout le temps ? »
A cela nous répondons : parce que en langue arabe, il est plus éloquent de dire jusqu’à la mort que tout le temps vu que ce terme implique l’éventualité qu’il ne soit adoré qu’une fois et non à chaque fois. Et nous avons déjà expliqué ce point.
Aussi, ce qui est voulu de ce verset est que l’adoration du fidèle soit continue, tout au long de sa vie, comme l’a dit le vertueux serviteur (Jésus) : « Et il m’a prescrit la prière et la charité tant que je serai en vie. » (Coran 19/31). » Fin de citation.
Sachez, et ayez-en la certitude, que l’adoration d’Allah est la fonction pour laquelle vous avez été créés. Celle pour laquelle Allah vous a tirés du néant, comme il le dit dans ce verset :
« Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. » (Coran 51/56).
Et tant que le culte d’Allah est votre fonction en cette vie, vous ne devez cesser d’être soumis aux ordres d’Allah et supporter les difficultés des préceptes religieux même s’ils vous pèsent jusqu’à ce que vous arriviez au terme de votre vie et que celle-ci prenne fin.
C’est ainsi que vous œuvrez dans votre intérêt et apportez à votre âme les provisions dont elle aura besoin le jour où elle rencontrera Allah. Alors ne pensez pas que les préceptes religieux et les actes d’adoration que vous devez effectués sont lourds à supporter car cela n’est que peu de chose au côté de ce qu’Allah a promis aux croyants comme honneurs.
Les plus malheureux des hommes sur terre oubliera tout ce qu’il a subi comme malheurs et méfaits quand on le plongera une seule fois au paradis. Le paradis est le lieu du repos éternel et des bienfaits pérennes. C’est ainsi qu’un jour on dit à un homme vertueux : « Tu fatigues ton âme ! Il répondit : Je ne veux que lui donner du repos.
Quiconque a connaissance de la grandeur de cet objectif et la valeur de cette marchandise, il méprisera tous les efforts consentis et le prix payer pour l’obtenir.
Qu’Allah nous permette, à nous ainsi qu’à tous nos frères, d’obtenir Son agrément.
Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui