Remède efficace à l’abandon de la Salât
Fatwa No: 52157

Question

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
Mon épouse est une femme pratiquante. Elle observe la Salât et lit le Coran mais, parfois, elle éprouve une peur et une angoisse intense lorsqu’elle entend l’Adhân ou le Coran. Elle demeure dans cet état pendant de longues périodes qui s’étendent à des mois sans prier ni lire le Coran. Si j’exerce une certaine pression sur elle pour qu’elle accomplisse la Salât, elle lutte contre les passions de son âme et l’accomplit mais après la Salât, elle plonge dans la dépression et parfois elle fond en larmes.
Elle n’a fait aucune Salât depuis Ramadan dernier jusqu’à présent bien qu’elle se soit acquittée pendant Ramadan de tous les actes de culte, ainsi que des actes surérogatoires, le plus parfaitement possible. A-t-elle besoin de se soigner par le Coran ou par la Roqia étant donné qu’elle est peut-être possédée par un démon ? Je voudrais noter également qu’elle pleure à chaudes larmes de ne pas arriver à accomplir la Salât. Elle craint le châtiment d’Allah et souhaite pouvoir s’acquitter de toutes les pratiques cultuelles.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Cette femme souffre peut être d’une maladie psychologique, et il se peut également qu’elle soit ensorcelée, possédée par un démon ou victime d’un mauvais œil. Il convient donc de chercher à diagnostiquer la maladie pour pouvoir y remédier. A cet égard, le Messager d’Allah () a dit :   

 

« Soignez-vous. Allah, le Très Haut, n’a créé de maladie sans lui avoir associé un remède, à l’exception d’une seule : la vieillesse » (Ahmad et les auteurs des Sunan)

 

La première chose que cette femme doit faire et qui représente le remède le plus utile par excellence est de lutter contre les passions de son âme en obéissant aux ordres d’Allah, exalté soit-Il, dont le plus important est l’observance de la Salât aux moments prescrits. En effet, l’accomplissement de la Salât apporte tous les bienfaits possibles et repousse tous les maux tandis que sa négligence a l’effet contraire. Le Musulman ne saurait jamais être dispensé de la Salât tant que sa raison lui permet de distinguer le soir du matin et ce qui est nuisible de ce qui est utile. 

 

Nous vous conseillons de consulter un psychiatre digne de confiance et bien instruit au niveau du traitement de cette maladie, ou de vous référer à une personne connue pour son savoir quant au traitement de l’ensorcellement, de la possession et du mauvais œil, par les moyens puisés dans la Charia.

 

Cette femme doit également lire fréquemment le Coran, notamment Al-Mu`awwidhatayn (les deux sourates protectrices : Sourate 113 et 114), Ayat Al-Kursi (Coran 2/255), Sourate al-Fâtiha (Coran 1), les sourates al-Baqara (Coran 2) et Âl-`Imrân (Coran 3) qui doivent être récitées dans la maison car ces deux dernières Sourates en chassent définitivement les démons. Si elle n’arrive pas à les réciter elle-même, elle peut recourir à vous, à une femme vertueuse ou à un homme Mahram pour les lui réciter. Elle peut se servir également d’un enregistrement audio dans l’intention de chasser les démons.

 

Elle doit également tâcher de réciter les évocations du matin et du soir ainsi que celles du sommeil car elles mettent le Musulman à l’abri de satan. Elles sont donc indispensables et si elles font défaut, nul traitement ne sera utile.

 

Nous disons à cette femme : si vous vous pliez aux consignes d’Allah, le Très Haut, observez le Dhikr du matin et du soir, invoquez Allah, exalté soit-Il, de façon répétée, récitez le Coran, sollicitez le Seigneur de l’univers et cherchez refuge auprès de Lui pour qu’Il chasse satan et vous aide à vous acquitter de vos Salâts et à parachever votre foi, Allah, exalté soit-Il, ne rejettera jamais votre invocation et ne vous décevra jamais. Ne désespérez jamais de la Miséricorde d’Allah ni de Sa douceur à votre égard. Il est le plus Miséricordieux de tous les Miséricordieux tel qu’Il le confirme, le Très Haut, par Sa parole (sens du verset) : « Mon Seigneur est plein de douceur pour ce qu'Il veut. Et c'est Lui l'Omniscient, le Sage » (Coran 12/100)

 

Il se peut que ce problème soit dû à certains péchés ou de choses répréhensibles dans la maison. Il faut donc s’en débarrasser, se repentir, implorer fréquemment le pardon d’Allah, exalté soit-Il, et il n’y a pas d’inconvénient à ce que vous demandiez l’aide de sœurs musulmanes pour vous rappeler Allah et accomplir avec vous les Salâts prescrites dans une mosquée derrière un Imam. Et méfiez-vous des sorciers et des charlatans.

 

Nous prions Allah, exalté soit-Il, de vous préserver et de vous guérir.

 

Il n’y a pas d’inconvénient à ce que vous consultiez un psychiatre qui soit digne de confiance et expérimenté au niveau du traitement de ce qui vous a atteint s’il s’agit d’une maladie psychique. Il n’y a pas d’inconvénient non plus à faire la Roqia par vous-même ou à chercher quelqu’un qui vous la fasse conformément à la Charia.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation