L'imam ne maîtrise pas la lecture du Coran et L'adhan sans sonorisation
Fatwa No: 76628

Question

Je voudrais un renseignement sur le fait de prier derrière un imam dont la récitation et la prononciation changent quelque fois le sens des versets coranique. Ses fautes dans la récitation du Coran sont si nombreuses à tel point que si on se met à les corriger on n’en finira jamais. Est-il acceptable de prier derrière lui ? Je voudrais aussi avoir des précisions concernant l’obligation de faire la prière en commun dans un pays non musulman où l’Adhan pour prévenir les musulmans de l’approche de la prière n’est pas fait à haute sonorisation. L’obligation de la prière en commun dans ce cas est-elle toujours présente ?

Réponse

Louange à Allah. Paix et salut sur Son Prophète.

Chère sœur,

Nul doute que la prière doit être dirigée par un imam digne d’assumer cette responsabilité. Il doit maîtriser le Coran et le maîtriser mieux que tous ceux qui prient derrière lui. Muslim a rapporté dans son livre authentique que le Prophète, , a dit : « Que celui qui maîtrise mieux la récitation du livre d’Allah dirige la prière »

L’Imamat de celui qui ne maîtrise pas la lecture du Coran et qui fait des fautes qui changent le sens des versets coraniques est abhorrée. Si ses fautes sont dans la Fatiha et changent le sens de l’un de ses versets, la prière derrière lui est invalide.

L’Imam Nawawi, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde a dit au sujet de la prière dirigée par un imam qui commet des erreurs grammaticales dans la lecture de sourate Al Fatiha :

« D’une manière générale il est abhorré de prier derrière un imam qui commet des erreurs grammaticales qui ne changent pas le sens comme par exemple celui qui dit : « Al hamdoulillahou » au lieu de « Al hamdoulillahi »,  mais la prière de ceux qui prient avec lui reste quand même valide. S’il commet des erreurs qui changent le sens comme par exemple celui qui dit «An 'amtou» ou «An 'amti» au lieu de «An 'amta», la prière derrière lui est invalide. » Fin des propos de Nawawi.

Un tel imam ne peut diriger la prière que pour des gens qui ont le même niveau que lui. Sa prière quand il prie seul est valable s’il n’a pas la possibilité d’apprendre. S’il a la possibilité d’apprendre et il ne le fait pas, sa prière est invalide.

Les imams Malik et Abou Hanifa, qu’Allah leurs accorde Sa miséricorde, déclarent nulle la prière de la personne qui est incapable d’apprendre mais qui a la possibilité de prier derrière un imam dont la lecture est correcte et ne le fait pas.

Quant aux erreurs modifiant le sens mais qui sont commises dans des Sourates autres que Al Fatiha, l'imam Nawawi a dit que la prière de l’imam qui commet de telles erreurs est valable de même que celle de ceux qui prient derrière lui justifiant son avis par le fait que le délaissement de la lecture de la sourate n’annule pas la prière.

L'imam Ibn Koudama a dit : « Le fait que l’imam commet des erreurs qui modifient le sens dans des  Sourates autres que Al Fatiha n’interdit pas la prière derrière lui et n’annule ni sa prière ni celle de ceux qui prient avec lui du moins qu’il ne le fasse intentionnellement. »

Au sujet de l’obligation de la prière en commun dans les pays de mécréance pour celui qui n’entend l’Adhan (l’appel à la prière), nous dirons ce qui suit :

Tout d’abord la prière en commun est obligatoire pour celui qui entend  l’Adhan. Le Prophète, , a dit à l’aveugle : « Est-ce que tu entends l’appel à la prière ? » L’aveugle Lui répondit que oui. Alors Il lui a, , dit : « Alors réponds-y ! »

Mais cette obligation ne concerne que celui qui entend l’appel à la prière fait par le Muezzin à haute voix (sans qu’il se sert d’un haut-parleur) dans des conditions normales (absence de vent, de bruits et des autres choses qui perturbent l’ouïe).

Donc celui qui habite à une distance de la mosquée lui permettant d’entendre l’appel à la prière, accomplit à haute voix dans les conditions normales n’a pas le droit de s’absenter sous prétexte qu’il n’a pas entendu l’Adhan (comme c’est le cas dans certains pays mécréants qui n’autorisent pas les ressortissants musulmans à faire l’Adhan) et de tels prétextes ne constituent pas une excuse valable. Celui qui n’entend l’appel à la prière dans des cas pareils a le même statut juridique que celui qui n’a pas entendu l’Adhan parce qu’il dormait et qui doit répondre s’il se réveille après la fin de l’appel.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui