Un couple se dispute au sujet du choix du tuteur qui devrait s’occuper de leur fils en cas de décès
Fatwa No: 88499

Question

Je vis en Amérique avec mon mari et notre fils de quatre ans qui a la double nationalité américaine et égyptienne. Nous craignons de mourir tous les deux ou d’être victimes d’un accident et de laisser notre fils aux services sociaux qui lui trouveraient des parents adoptifs. Nous avons alors décidé de rédiger un testament conforme à la charia pour désigner un tuteur pour l’enfant dans le cas de la mort de ses parents. L’avocat nous dit que chacun de nous deux devait en rédiger un où il choisira le même tuteur. Mais malheureusement nous n’avons pas pu nous mettre d’accord. Mon mari désire désigner sa mère et je désire désigner mes parents. Le père de mon mari est mort et sa mère est âgée. Elle prend soin de son frère unique atteint de schizophrénie, qui a besoin d’un traitement spécial, ne travaille pas et possède un passé violent. Il a essayé de se suicider une fois et, lorsque son médicament tarde, il peut battre sa mère.
La mère de mon mari a également souffert d’une congestion cérébrale et, après avoir vécu avec elle trois mois, je vois que son jugement sur les choses a été influencé dans une certaine mesure. Elle avait mis mon fils âgé d’un an et demi dans des situations dangereuses. Elle n’a pas non plus terminé ses études et je ne pense pas qu’elle pourra pas aider mon fils dans ses études et sera incapable de sortir avec lui où que ce soit. Avec cela mon mari voit qu’elle est parfaitement capable de prendre soin de l’enfant comme elle le faisait seule pour lui et son frère. Il ne prend en considération ni son âge, ni sa dernière maladie ni ses problèmes avec son fils.
Mes deux parents sont également âgés mais en bonne santé, loué soit Allah, par rapport à ma belle-mère et les deux ont fait des études universitaires. Ils sont ainsi capables de suivre les études de l’enfant et j’ai encore deux sœurs qui seront prêtes à aider mon fils. Mes parents ne sont pas aussi religieux que mon mari et sa mère mais ils accomplissent les prières et le jeûne et lisent le Coran. Ils sont bons et honorables et ma mère et mes deux sœurs portent le Hidjab mais elles écoutent de la musique, ont mis leurs enfants dans des écoles anglaises et fréquentent des hommes. C’est ce que mon mari condamne chez eux et tout le temps il me critique parce que mon père m’a fait aimer la culture occidentale, il oublie que j’ai été élevée dans une école britannique. Il pense que mes parents élèveront mon fils de la même façon qu’ils m’ont élevée.
Mon mari dit qu’il est le chef de famille et que c’est à lui seul qu’incombe le droit de nommer un tuteur pour notre fils, qu’il ne m’est pas permis de rédiger mon testament à ce sujet, qu’il ne l’accepte pas et que selon la charî‘â (législation musulmane), sa famille doit être le premier choix pour la tutelle de notre fils.
Un mufti nous a conseillé de confier la tutelle de l’enfant aux trois grands-parents associés et mon mari a dit qu’il réfléchira à ce sujet.
1- Est-il réellement illicite que je rédige un testament où je mettrai le nom d’un autre tuteur que celui que choisira mon mari ?
2- Est-ce que mon mari est le seul à avoir le droit de nommer le tuteur de l’enfant malgré mon refus de son choix ?
3- La charî‘â (législation musulmane) donne-t-elle la priorité à la famille de mon mari bien que le père de mon mari soit mort et que mon père soit encore vivant ?
4- Comment puis-je lui obéir et choisir sa mère comme tuteur de mon fils dans mon testament alors que ma conscience m’en empêche parce que je sais que sa mère n’est pas le choix idéal et de cette façon, je mourrai en étant inquiète pour mon fils ?5- Comment dois-je résoudre ce problème ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

Nous prions Allah de vous donner la santé et une longue vie,  de vous préserver, de vous faire jouir de votre fils et de le faire grandir de la meilleure façon en ce qui concerne sa religion et sa vie terrestre grâce à vos soins. Le conseil que nous vous donnons est de retourner dans votre pays s’il n’y a pas de nécessité à demeurer là-bas pour parvenir à résoudre ces problèmes ou éviter ces ennuis. S’il est nécessaire de demeurer là où vous vous trouvez, le testament est alors obligatoire. Le Prophète () a encouragé à la rédaction du testament et il a été prouvé qu’il a dit : «Il est du devoir de chaque musulman, qui veut léguer quelque chose, de ne pas laisser passer deux nuits consécutives, sans coucher ses legs dans un testament, qu'il gardera soigneusement. » [(Boukhari et Mouslim)]

Nous vous conseillons de vous entendre à ce sujet et de choisir le plus bénéfique pour votre fils en ce qui concerne sa religion et sa vie terrestre. C’est la base dont il ne faut pas dévier. Si vous parvenez à vous entendre, loué soit Allah, si non, c’est le père qui a le droit de nommer le tuteur parce qu’il est son tuteur actuel et il est censé choisir le plus bénéfique pour son fils, c’est même un devoir pour lui. Mais donner ce droit au père ne signifie pas ne pas tenir compte de l’avis de la mère tout comme la priorité donnée à la femme pour la garde et l’éducation de l’enfant ne signifie pas ne pas tenir compte du père.

Quant à celui qui doit avoir la priorité en tant que tuteur, c’est celui qui protégera le mieux les intérêts de l’enfant et il n’est pas nécessaire que ce soit  la mère de votre mari ou vos parents. Dans tous les cas, il faut que vous soyez une aide pour votre mari en cette affaire et accepter ce qu’il veut pour votre fils et vous ne devez pas tous les deux donner à Satan l’occasion de semer la zizanie entre vous. Car ses soldats préférés sont ceux qui séparent un homme de sa femme conformément au hadith suivant : « Iblis établit son trône sur l'eau et envoie ses légions. Le démon qui a (ensuite) le plus de proximité avec lui est celui qui a réussi le plus grand trouble (fitna). L'un de ces démons vient à lui et dit : "J'ai fait ceci et cela." Mais il lui répond : "Tu n'as rien fait." Puis l'un d'entre eux vient à lui et lui dit : "Je n'ai pas lâché [tel humain], jusqu'à ce que j'ai réussi à provoquer la séparation entre lui et son épouse." Iblis rapproche de lui ce démon et lui dit : "Quel bon fils es-tu !" »  (Ce hadith est rapporté par Mouslim dans son livre authentique). Il se peut qu’Allah vous fasse vivre suffisamment vieux pour voir les enfants de votre fils, cela est facile pour Allah. Nous le lui demandons, Lui l’Audient et c’est Lui qui exauce les invocations.

Et Allah sait mieux. 

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui