Le travail, les tâches ménagères et l’éducation des enfants ne sont pas une excuse pour abandonner ou négliger la prière
Fatwa No: 89803

Question

Si une femme mariée travaille et accomplit les tâches ménagères telles que le fait de cuisiner, de faire le ménage et d'éduquer ses enfants, comment peut-elle être capable de prier et quand peut-elle trouver le temps de le faire ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

La prière obligatoire est le plus important pilier de la religion après les deux témoignages de foi et celui qui ne l'accomplit pas n’est pas musulman. Le Prophète () a dit : « Le pacte qui existe entre eux et nous est la prière ; celui qui l’abandonne a certes mécru. » (al-Nasâ'î, al-Tirmidhî, Ibn Mâdja)

 

Le musulman a donc l'obligation de veiller à accomplir la prière et le fait de travailler et d’accomplir ses tâches ménagères n'est en rien une excuse valable pour abandonner ou négliger la pratique de la prière. Lorsqu'il est l'heure de la prière, il vous est possible d’arrêter ce que vous êtes en train de faire et de répondre à l'ordre d'Allah, exalté soit-Il, qui vous a créé pour L'adorer et il vous est même obligatoired e le faire. Les femmes pieuses de cette communauté parmi nos prédécesseurs veillaient à accomplir la prière à l'heure sans la moindre négligence, malgré leurs tâches domestiques très pénibles et même parfois leurs travails à l'extérieur. Asmâ la fille d’Abû Bakr al-Siddîq, , épousa al-Zubayr, qu'Allah soit satisfait de lui, dont elle nourrissait le cheval en plus de préparer de la pâte à pain, d'aller chercher de l'eau (au puits) et de transporter des dates de la terre d'al-Zubayr qui était loin de la ville. Elle rapporta : « Abû Bakr finit par m’envoyer un serviteur pour s'occuper du cheval de mon mari et ce fut comme s'il m'avait affranchie » (Boukhari). Malgré cela, elle ne négligeait pas la prière et ne l'accomplissait pas avec paresse.

Et Il en va de même des femmes pieuses de notre époque. La musulmane doit donc craindre Allah, exalté soit-Il, et veiller à accomplir la prière sans donner à son travail ni à ses tâches ménagères une place plus importante que celle qui leur convient. La musulmane doit savoir qu'elle se tiendra devant Allah, exalté soit-Il, pieds nus et dénudée un jour dont la durée sera de cinquante mille ans.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation