Le hadith de Djaabir decrivant le Pèlerinage du Prophète

Le hadith de Djaabir decrivant le Pèlerinage du Prophète
15550 2027

  

Le Hadith de Djaabir, qu’Allah soit satisfait de lui, portant sur la manière dont le Prophète () a accompli le pèlerinage, est un Hadith remarquable qui constitue un fondement en matière de dispositions du pèlerinage. L’Imam Mouslim a cité ce Hadith tout entier dans son Sahih, tandis que Boukhari s’est contenté d’en cité quelques parties. Mouslim est donc le seul à le citer dans sa totalité.

Ci-dessous le Hadith tel que l’a cité l’Imam Mouslim, qu’Allah soit satisfait de lui, dans son Sahih. Il, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit :

[ Abou Bakr ibn Abou Chaybah et Is-haaq ibn Ibraahiim ont rapporté ce Hadith de Haatim.

Abou Bakr  a dit : ‘Le père de Dja’afar ibn Mohammad a dit : ‘Nous sommes entrés chez Djaabir ibn ‘Abd Allah qui nous a demandé de nous présenter et lorsque mon tour est arrivé, j’ai dit : « Je suis Mohammad ibn Ali ibn Houssayn », alors il a posé sa main sur ma tête, a défait mon premier puis mon second bouton, a placé sa main entre mes seins - j’étais encore jeune homme-  et a dit : ‘Bienvenue, mon neveu, pose la question que tu veux – il était aveugle –’ et je lui ai posé ma question. Lorsque l’heure de la prière est arrivée, il s’est enveloppé de sa couverture tissée qui était tellement petite que ses extrémités revenaient à leur place à chaque fois qu’il les mettait sur son épaule, et son vêtement était à côté de lui sur le portemanteau. Il dirigea la prière en commun que nous accomplîmes avec lui. Je lui ai dit : ‘Parle-moi du pèlerinage du Prophète, (), il a indiqué avec ses doigts le chiffre neuf et dit : « Le Messager d'Allah () est resté à Médine neuf ans, sans accomplir le Hadj. La dixième année le Messager d'Allah () a annoncé qu'il allait accomplir le Hadj. Un grand nombre de gens sont venu à Médine, pour accompagner le Messager d'Allah () et l’imiter dans tout ce qu’il allait faire.

Nous sommes sortis avec lui jusqu'à ce que nous ayons atteint Dhoul-Houlayfah. Là, Asmaa Bint ‘Oumays a donné naissance à Mohammed Ibn Abou Bakr. Elle a envoyé au Messager d'Allah () lui demander: « Que dois-je faire ? » Le Prophète () lui a dit : « Prends un bain, bande tes parties intimes et entre en état d'Ihraam ».

Le Messager d'Allah () a prié dans la mosquée puis est monté sur Al-Qaswa (sa chamelle), jusqu'à ce que sa chamelle ait atteint le désert. Je regardais aussi loin que je pouvais voir devant moi, je voyais les cavaliers et les piétons et il y avait autant de gens à sa gauche, à sa droite et derrière lui. Le Prophète () était parmi nous et le Coran lui était révélé, il en connaissait l’interprétation, l’appliquait et nous imitions tout ce qu'il faisait.

Il prononça la Talbiyah, formule d’unicité, et dit : « Labbayk Allahoumma abbayk, labbayk laa chariika lakaa labbayk, ina alhamda wal ni’amata lakaa wal molk laa charrika lak », (Me voici, mon Seigneur, me voici pour accomplir un pèlerinage, Tu n’as aucun associé, me voici. La louange, la grâce et la royauté sont à Toi, Tu n’as pas d’associé). Des gens ont prononcé d’autres formes de Talbiyah et le Prophète () n’a rien désapprouvé dans leur comportement, tout en continuant à répéter sa propre Talbiyah.

Djaabir, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Notre intention était le pèlerinage, nous ne savions pas que la ‘Omrah pouvait se faire conjointement avec le pèlerinage pendant les mois de Hadj  ».

Lorsque nous sommes arrivés avec lui à la Ka’ba, il embrassa la Pierre Noire, puis commença son Tawaaf, la circumambulation autour de la Ka’ba, en ayant cette dernièreà sa gauche, il fit le Ramal en faisant trois circumambulations à vive allure, puis il fit quatre autres circumambulations en marchant normalement. Ensuite, il se dirigea vers le Maqaam, la station d’Ibraahiam () et récita le verset suivant (sens du verset) : « Adoptez donc pour lieu de prière, ce lieu où Abraham se tint debout » (Coran 2/125).

Il prit position de façon que le Maqaam soit situé entre lui et la Ka’ba. » Dja’afar ibn Mohammad affirma que son père n’avait jamais dit ceci qu’en citant le Prophète () et il dit : ‘le Messager () accomplit deux unités de prière, dans la première unité, il lit la Sourate Al-Kaafiroun, les Mécréants, et dans la seconde, la Sourate Al-Ikhlaas, le Monothéisme. Puis il revint à la Pierre Noire, l’embrassa et passa la porte et se dirigea vers le mont d’As-Safaa.

Une fois proche d’As-Safaa, il récita le verset suivant (sens du verset) : « As-Safā et Al-Marwah sont vraiment parmi les lieux sacrés d’Allah ».  (Coran 2/158) et dit : « Je commence par ce par quoi Allah, exalté soit-Il, a commencé ». Il commença donc par le mont As-Safaa, l’escalada jusqu’à ce qu’il vît la Ka’ba, se dirigea vers la Qiblah, prononça la formule d’unicité et de glorification d’Allah, Exalté soit-Il, et dit : « La lah illa Allah wahdahou la chariika lahou, lahoul moulk wa lahoul hamd wa howa ‘ala kol chayi’in qadir. La ilaha illa Allahou wahdah, anguaz wa’adah wa nassar ‘abdah wa hazamal ahzaab wahdah », (Il n’y a point de divinité autre qu’Allah, l’Unique, Il n’a point d’associé. A Lui appartient la Royauté et à Lui reviennent les Louanges, Il est Omnipotent. Il n’y a point de divinité autre qu’Allah, l’Unique. Il a tenu Sa promesse, accordé la victoire à Son serviteur et vaincu les coalisés, Seul).

Il répéta cela trois fois, tout en invoquant Allah à chaque fois, puis descendit pour escalader Al-Marwah et lorsqu’il atteignit le fond de la Vallée, il marcha à vive allure puis reprit sa marche normale lorsqu’il commença à escalader Al-Marwah, en disant ce qu’il avait déjà dit sur As-Safaa, et quand il eut achevé la dernière ascension d’Al-Marwah, il dit :  

« Si j’avais su d'avance ce que je viens de savoir, je n'aurais pas apporté de Hady (offrandes) et j'aurais considéré ce que j’ai fait comme ‘Omrah. Ainsi, celui qui parmi vous n'as pas apporté de Hadye (offrandes) avec lui, qu'il se désacralise  et qu'il considère ce qu’il vient de faire comme une Omrah. »

 Souraqa Ibn Malik Ibn Jouâcham s’est levé et a dit: Ô ! Messager d'Allah, est-ce à appliquer cette année seulement ou pour toujours ? Le Messager d'Allah () croisa les doigts de ses mains et répéta deux fois:

« La Omra s’est intégrée dans le Hadj à jamais. »

Ali, , est venu du Yémen avec les offrandes du Prophète () et a constaté que Fatima, qu’Allah soit satisfait d’elle, était parmi ceux qui s’étaient désacralisés. Elle mit des vêtements colorés et du khôl. Il désapprouva ce qu’elle fit. Elle lui dit alors : « C’est mon père qui m’a ordonné de le faire »

Le narrateur a rapporté qu’Ali disait en Iraq: « Je me suis rendu auprès du Messager d'Allah () pour qu'Il réprimande Fatima pour ce qu'elle avait fait et j’ai demandé son avis concernant ce qu'elle a raconté à ce propos. Je lui ai dit aussi que je lui avais montré ma désapprobation de son comportement. Le Prophète () m’a répondu : « Ce qu’elle a dit est vrai, Ce qu’elle a dit est vrai. Qu'as-tu dit quand tu as entrepris d'accomplir le Hadj ? »

Ali a répondu : « J'ai dit: "Ô Allah ! Je fais le Hadj à la manière de Ton Messager () »

 Il m‘a dit : « J’ai avec moi le Hady, reste donc en état de sacralisation (Ihraam). »

Djaber Ibn Abdallah poursuit son récit: «  Le nombre total de bêtes amenées par Ali du Yémen est de cent têtes. Alors tous les gens, sauf le Messager d'Allah () et ceux qui avaient amené avec eux le Hady se sont désacralisés et ont raccourci les cheveux. Quand le jour de Tarwiyah, le huitième jour de Dhoul Hidjah, est venu, ils sont partis à Mena et sont entrés en état d’Ihraam pour accomplir le Hadj. Le Prophète () a pris sa monture et y a fait les prières d’Adh-Dhohr, d’Al-‘Asr, d’Al-Maghrib, d’Al-‘Ichaa’ et d’Al-Fadjr et y est resté jusqu’au lever du soleil.

Le Prophète () a ordonné qu'on lui installe une tente (faite de poils d'animaux) à Namira. Le Messager d'Allah () est parti alors et les Qoraïchites ne doutaient pas qu'il allait s'arrêter à Al-Mach’âr Al Haram (l'emplacement sacré) comme les Qoraïchites faisaient à l'époque préislamique. A leur grande surprise, Il a dépassé Mouzdalifa jusqu'à ce qu'il ait atteint Arafat où il a trouvé que la tente lui avait été dressée à Namira. Il y a campé. Quand le soleil avait décliné de son zénith; Il a ordonné alors qu'Al-Qaswa (sa chamelle) soit sellée pour lui. Quand il est arrivé au fond de la vallée, il s'est adressé aux gens disant entre autre : « Votre sang, vos biens sont entre vous aussi sacrés et inviolables que l’est ce jour-ci, ce moi-ci, cette cité-ci ! Toutes les affaires propres à la période de l’'Ignorance (Djahiliya) sont complètement abolies, de même que le sang versé à cette époque n’est plus à revendiquer à commencer par celui d'Ibn Rabii’a Ibn Al Harith qui avait été nourri dans la tribu de Bani Sa’ad et tué par la tribu de Houdhayl. L'usure de cette période est abolie et la première usure que j'abolis est celle d'Al-Abbas Ibn Abd Al-Mouttaleb.

Craignez Allah à propos des femmes ! Vous avez des droits sur vos femmes et elles ont les leurs sur vous ! (Pour vos droits) : elles ne doivent pas permettre à ceux que vous détestez d’entrer chez vous et ne doivent commettre aucune une turpitude avérée. Si elles le font, Allah vous autorise alors, à ne pas les côtoyer dans la couche, et (si cela ne suffit pas) à les frapper modérément. Je vous recommande de faire du bien aux femmes car elles sont (telles des) "prisonnières" chez vous et (car) Allah vous les a confiées en dépôts et vous a permis de les approcher ("prisonnières" est la traduction littérale du mot arabe 'Awânun et c’est une métaphore pour dire que l’homme s’occupe de sa femme, a autorité sur elle, subvient à ses besoins).

J'ai laissé parmi vous le livre d'Allah auquel si vous tenez vous ne vous égarerez jamais. On vous interrogera à mon sujet, que direz-vous alors ? »

Et la foule de répondre : « Nous certifions que tu as transmis le message, que tu as accompli ta mission et que tu nous as prodigué tes conseils ». Il dit à trois reprises en levant son index vers le ciel puis en le pointant vers la foule : « Ô Allah, sois-en témoin ».

Puis Bilal a fait un seul appel à la prière (Adhan) suivi d’une première Iqama et le Prophète () a dirigé la prière du Dhohr, puis Bilal a fait une seconde Iqama et le Prophète () a dirigé la prière de l'Asr et Il n’a fait aucune prière surérogatoire entre les deux. Ensuite, le Messager d'Allah () est monté sur sa chamelle et s’est mis en position, plaçant  Al-Qaswa (sa chamelle) de façon que son ventre soit dirigé vers les rochers, laissant ceux qui sont à pied devant lui faisant face à la Qibla. Il est resté ainsi jusqu'à ce que le soleil se soit couché, que la lumière jaunâtre soit disparue et que le disque du soleil ait complètement disparu. Alors, le Prophète () a fait monter Oussama derrière lui et a tiré la bride d'Al-Qaswa si fortement que sa tête ait touché la selle pour la garder sous contrôle, signalant aux gens avec la main droite de marcher tranquillement. Chaque fois qu'Il devait surmonter une colline, il défaisait la bride de sa chamelle légèrement pour lui permettre de l’escalader, quand il a atteint Mouzdalifa, il a dirigé les prières du Maghreb et de l’Icha avec un seul Adhan et deux Iqama et n’a pas fait aucune prière surérogatoire entre ces deux prières. Le Messager d'Allah () s'est couche  jusqu'à l'aube, puis il a accompli la prière du Fadjr avec un Adhan et une Iqama. Quand la lumière du matin est apparu, il est monté sur Al-Qaswa et s’est rendu à A Mach’âr Al Haram : il s'est orienté vers la Qibla, a imploré Allah, L’a glorifié, a proclamé Son unicité, et est resté debout jusqu'à ce que la lumière du jour soit devenue très claire. Puis Il est parti rapidement avant le lever du soleil et a fait monter derrière lui Al Fadhl Ibn Abbas, qui était beau et avait une belle chevelure. Alors que le Messager d'Allah () poursuivait son chemin, un groupe de femmes est passé à côté d'eux. Al Fadhl s’est mis à les regarder; le Messager d'Allah () a placé sa main sur le visage d'Al Fadhl qui a tourné le visage et a commencé à regarder de l'autre côté, le Messager d'Allah () a placé encore une fois sa main sur le visage d'Al Fadhl. Arrivé au niveau de Mouhassir, le Prophète () a poussé Al-Qaswa  pour l'inciter à marcher plus vite. Il a suivi la route centrale qui aboutit à la grande Djamarat. Quand il est arrivé à Djamarat Al-‘Aqaba, la stèle d’Al-‘Aqaba, située à proximité de l’arbre, Il a jeté contre elle sept petits cailloux en disant: « Allah est plus Grand » avec chaque caillou. Puis il s’est rendu au lieu du sacrifice et a sacrifié de sa propre main soixante-trois chameaux et il a laissé le reste des chameaux à Ali pour les sacrifier, l'associant ainsi avec lui dans son Hady (son sacrifice). Le Prophète () a ordonné de prendre un morceau de viande de chaque bête sacrifiée et de mettre le tous mis dans une marmite sur le feu. Quand le repas fut cuit le Prophète () et Ali ont mangé de la viande et ont bu de la soupe.

Le Messager d'Allah () est monté sur sa chamelle et s’est dirigé vers la Mecque pour accomplir Tawaf Al-Ifadha. Après la prière de Adh-Dhohr, le Prophète () s’est rendu  chez les fils de ‘Abd Al-Mottalib qui puisaient l'eau de Zamzam et la donnaient à boire aux gens et leur a dit :

  « Continuez de puiser l'eau de Zamzam, Ô Banou ‘Abd Al-Mouttalib! Je crains que si je la puise avec vous, les gens vous usurperont ce droit [en pensant qu'il s'agit d'une Sunna du Hadj] »

 Alors, ils lui ont donné un sceau rempli d'eau de Zamzam et il en a bu.]

 

 

 

Vertus du Hadj