La réalité et les dangers des maladies du cœur

La réalité et les dangers des maladies du cœur
7197 5533

Parmi les choses qui font l’unanimité chez les hommes doués de sens, il y a le fait que le cœur tombe malade. Il se peut même qu’il soit l’objet d’une maladie intense sans que l’individu concerné n’en sente rien en raison de ses nombreuses préoccupations qui l’empêchent de comprendre sa maladie et sa cause. Il arrive même que le cœur meurt sans que la personne ne s’en aperçoive.

Une chose est sûre, les maladies du cœur sont plus désastreuses que celles du corps dans la mesure où, au pire des cas, ces dernières conduisent à la mort, tandis que celles du cœur peuvent conduire l’individu à la misère éternelle,au fond de l’Enfer ; qu’Allah nous en préserve.
 
Les maladies du cœur sont de deux types :
Le premier type comprend les maladies dont la douleur est ressentie immédiatement à l’exemple du chagrin, de la tristesse et de la colère. Ce genre de maladies peut être éliminé par l’usage de remèdes normaux qui suppriment ses causes ou par l’usage continuel de quelque chose susceptible de contrer ces causes. Ceci dit, il est vrai que le cœur peut souffrir de ce dont souffre le corps et donc guérir de la même façon que celui-ci. De même, le corps souffre de ce dont souffre le cœur et devient miséreux pour les mêmes causes que celles du cœur.
Pour ce qui est du deuxième type, il comprend les maladies dont les effets ne sont pas ressentis sur le champ et c’est l’objet de notre présent article. C’est le cas, par exemple, de la maladie de l'ignorance, de la maladie des suspicions, du doute et des désirs et des passions, cette dernière étant la plus douloureuse parmi les autres types de maladies. Il est vrai qu’un cœur corrompu ne ressent pas la douleur d’autant plus que son extase, en raison de l'ignorance et des caprices, l’empêche de percevoir la douleur qui, quoique réelle, n’apparaît pas parce que le concerné est absorbé par quelque chose qui en est l’opposé. Elle est de ce fait la maladie la plus grave et la plus difficile à guérir. Son traitement est à chercher chez les Envoyés d’Allah et leurs disciples qui sont pour ce genre de maladies les médecins les mieux indiqués.
Les maladies du cœur qui disparaissent avec les médicaments naturels sont semblables à ceux du corps, même si celles-ci n’entraînent pas, à elles seules, la misère et la sanction de l’individu après sa mort contrairement aux maladies du cœur qui ne peuvent être guéries qu’avec une forte dose de foi et qui peuvent entraîner sa misère et son châtiment, s’il ne les traite pas avec les médicaments appropriés.
Les maladies du cœur de ce genre sont très nombreuses, mais elles se résument à deux qui sont les plus dangereuses : la maladie des désirs et des passions et la maladie des suspicions et du doute.
Ibn al-Qayyim (qu’Allah lui accorde Sa miséricorde) a dit : « Le cœur s’expose à deux maladies qui, lorsqu’elles l’attaquent et le dominent, le détruisent et l’assomment. Il s’agit des maladies des désirs et des passions et des maladies des suspicions et du doute qui sont pratiquement, à quelques rares exceptions près se trouvant parmi ceux qu’Allah en a préservés, l’origine de toutes les maladies de l’humanité ».
Il a également dit (qu’Allah lui accorde Sa miséricorde) que la maladie du cœur a deux origines qui sont la corruption de la science et la corruption de l'intention qui, toutes les deux, se traduisent par des maladies meurtrières, à savoir, l'égarement et la colère. L’égarement est le résultat de la corruption de la science, alors que la colère est le résultat de la corruption de l'intention, ces deux maladies étant les principales bases de toutes les maladies du cœur ».
Une description du cœur malade se trouve dans le hadith rapporté par Muslim d'après Hudhayfa (qu'Allah soit satisfait de lui) qui a dit que le Messager d'Allah ()a dit : « Les tentations sont exposées aux cœurs une à une comme on expose une natte brin par brin de sorte qu’elles laissent dans tout cœur qui les accepte une tache noire et, dans tout cœur qui les rejette, une tache blanche, jusqu'à ce que, à la fin, on se retrouve avec deux genres de cœurs : d’un côté un cœur noir sombre, renversé, qui ne reconnaît du bien et ne rejette du mal que ce que lui dictent ses passions et d’un autre côté un cœur blanc auquel les tentations ne nuisent pas aussi longtemps que les cieux et la terre existent ».
Les tentations subies par les cœurs en sont les causes de leurs maladies. Il s’agit des maladies des désirs et des passions, des suspicions, de l’égarement, de l'erreur, des péchés, des innovations en matière de religion, de l'ignorance et de l'injustice. Les premières conduisent à la corruption de l'intention et de la volonté, alors que les secondes sont la cause de la corruption de la science et de la croyance.
A suivre…

Articles en relation