Les piliers de la croyance en la prédestination et au décret divin - II

Les piliers de la croyance en la prédestination et au décret divin - II
799 141

 Les piliers de la croyance en la prédestination et au décret divin - II

Dans la première partie de ce sujet, nous avons précisé les quatre piliers de la croyance dans le décret divin et la prédestination (Al-Qadr). D'un autre côté, la croyance au décret divin ne fournit pas d'excuse à l'humanité pour pécher ou abandonner ses obligations.

 

Cette excuse peut être réfutée par 7 arguments.

 

1.  Les incroyants ne disposent pas d'une excuse valable lorsqu'ils disent que ce qu'ils font est la conséquence d’Al-Qadar (le décret divin et la prédestination). Si cette excuse était valable, pourquoi Allah les punirait-il pour leurs péchés ?

 

Allah dit (selon la traduction du sens du verset) : 

« Ceux qui ont associé diront : ‘Si Allah avait voulu, nous ne Lui aurions pas donné des associés, nos ancêtres non plus et nous n'aurions rien déclaré interdit.’ Ainsi leurs prédécesseurs traitaient de menteurs (les messagers) jusqu'à ce qu'ils eurent gouté Notre rigueur. Dis : ‘Avez-vous quelque science à nous produire ? Vous ne suivez que la conjecture et ne faites que mentir.’ » (Coran 6/148)

 

2.  L'envoi des messagers a également eu lieu selon Al-Qadar. C'est pourquoi les incroyants ne peuvent utiliser Al-Qadar comme excuse pour ne pas croire parce qu'Al-Qadar leur a donné les moyens d'échapper au châtiment d'Allah en suivant Ses messagers, Alaihim Assalam.

 

Allah dit (selon la traduction du sens du verset) : 

« [Nous avons envoyé] les messagers, en tant qu’annonciateurs et qu’avertisseurs, afin qu’après la venue des messagers, il n’y ait pas, pour les gens, d’argumentation possible devant Allah. Et Allah est Puissant et Sage. » (Coran 4/165)

 

3. Mouslim, qu’Allah lui fasse miséricorde, a rapporté que le Prophète () a dit :

« La destination finale, en Enfer ou au Paradis, est déjà déterminée pour chacun d'entre vous. Un homme a dit : ‘Devrions-nous dépendre uniquement de ce fait, ô Messager d'Allah ?’ (C'est-à-dire, de renoncer à faire de bonnes actions) Il () a dit : ‘Non ! Accomplissez de (bonnes) actions, car tout le monde sera aidé (à suivre le chemin qui le mènera à son destin).’

 

Il a alors récité le verset suivant :

 

’ Celui qui donne [la charité] et craint (Allah) et déclare véridique la plus belle récompense. Nous lui faciliterons la voie au plus grand bonheur.’ » (Coran 92/5-7)

 

4. Allah, le Très-Haut, a transmis Ses commandements à Ses serviteurs, mais Il ne les a pas obligés à faire ce qui se situe au-delà de leurs capacités.

 

Allah dit (selon la traduction du sens du verset) : 

·         « Craignez Allah autant que vous le pouvez. » (Coran 64/16)

 

·         « Allah ne charge pas une âme au-delà de ses capacités. » (Coran 2/286)

 

Si l’être humain avait été forcé d'accomplir toutes les actions qu'Il lui a commandées, Allah lui aurait alors demandé d’effectuer ce qui est au-delà de ses capacités et c'est une fausse croyance. Pour cette raison, Allah pardonne les péchés qui ont lieu à cause de l'ignorance ou de l'oubli.

 

5. Le décret divin et la prédestination sont une question qui relève de la connaissance d'Allah. Personne ne peut découvrir son propre décret, sauf après son exécution. L'intention de réaliser un acte précède l'action elle-même. Il ne sait pas ce que Al-Qadar lui réserve. Par conséquent, Al-Qadar n'est pas une excuse valable pour pécher et abandonner les commandements d'Allah.

 

6. Une personne recherche toujours ce qui est dans son intérêt. Aucun individu sain d’esprit n'abandonnerait ce qui lui apporte un avantage matériel, affirmant qu'Al-Qadar l'a forcé à suivre cette voie. Par conséquent, pourquoi une personne utiliserait Al-Qadar comme excuse pour abandonner ce qui lui apporte des avantages en matière de religion, alors qu’elle ne fait pas de même pour les questions de la vie d’ici-bas ?

 

7. Si l'un de ceux qui abandonnent les commandements d'Allah en se livrant au péché est attaqué dans son honneur ou ses biens, accepterait-il l'excuse de l'agresseur, s'il dit qu'il l'a attaqué parce qu'il était prédestiné à l'attaquer et donc, qu’il ne doit pas être blâmé ? Absolument pas !

 

Par conséquent, pourquoi cet individu refuse-t-il Al-Qadar comme excuse pour quiconque l'a attaqué, mais l’utilise en même temps comme excuse pour abandonner les droits d'Allah sur lui ?

 

Il a été rapporté qu'un homme a été surpris en train de voler et a été emmené à 'Umar ibn Al-Khattab, qu’Allah soit satisfait de lui. Ce dernier a alors ordonné que la main de cet homme soit coupée.

 

L'homme a dit :

« Attends, ô commandeur des croyants ! Je n'ai volé que parce que c'était dans le décret d'Allah. »

 

‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, a répondu : « Et nous t’amputerons la main parce que c'est dans le décret d'Allah. »

 

Pour résumer, la croyance dans le décret divin et la prédestination, en tant que l'un des six piliers de la foi, ne signifie pas que nous sommes privés de volonté et de pouvoir dans les actions que nous entreprenons. Tout ce qu'Allah, le Tout-Puissant, décrète pour nous est une question de préconnaissance de la part d’Allah, le Très-Haut, et non une question de coercition, car nous avons le choix de faire soit de bonnes actions qui seront récompensées, soit de mauvaises actions qui seront punies. Nous ne sommes ni obligés de faire ce que nous faisons et nous ne sommes ni obligés de faire quoi que ce soit qui se situe au-delà de nos capacités.

Articles en relation