L’oubli ne remet pas en cause la continuité du jeûne expiatoire
Fatwa No: 30249

Question

Que dit le droit musulman de celui qui a jeûné deux mois pour expier un homicide involontaire, mais a rompu le jeûne un jour par oubli. Doit-il poursuivre le jeûne ou le refaire ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

D'après l'opinion prédominante des oulémas, celui qui oublie de jeûner un jour alors qu’il a l’obligation d’enchainer les jours jeûne ne rompt pas cette continuité s’il rattrape ce jour juste après les deux mois. Cette opinion est adoptée par les malékites, d'après la glose d'al-Dussuqui et l'ouvrage intitulé Minah al-Djalîl.

 

D'après les hanbalites également, la continuité n'est pas rompue par l'oubli, mais ils ne conditionnent pas, à la différence des malékites, de rattraper ce jour à la suite des deux mois.

 

L'opinion des malékites est plus pertinente, car Allah, exalté soit-Il, a ordonné de jeûner deux mois successifs, et cela ne se réalise que s'il rattrape le jour du jeûne non-observé de telle sorte que la continuité imposée ait lieu. Le hadith prouvant que la continuité n'est pas rompue par l'oubli est celui-ci : « Certes, Allah, exalté soit-Il, pardonne à ma communauté les péchés commis par erreur, oubli ou  contrainte. » (Al-Bayhaqui)

 

L'homme ne peut pas se prémunir contre l'oubli ; Allah, le Très Haut, dit (sens du verset) : « Allah n’impose rien à l’âme qui soit au-dessus de ses moyens. » (Coran : 2/286)

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation