La femme

  1. La femme
  2. Récits des nouveaux convertis

Roger du Pasquier : un chercheur suisse converti à l’Islam

Roger du Pasquier : un chercheur suisse converti à l’Islam
14050 3000

Roger du Pasquier est né en Suisse en 1917, s’il grandit au sein d’une famille protestante, il fut néanmoins très influencé par la philosophie moderne et notamment par l’existentialisme, il était convaincu que les religions n’étaient que des mythes.
A l’âge adulte Roger commença à travailler dans le journalisme et dans ce cadre il visita de nombreux pays, il voyagea notamment en Suède où il travailla à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale comme correspondant d’un journal, et ce durant plus de cinq ans. Toutefois, il trouva que les gens y étaient malheureux malgré le progrès et le confort matériel dans lequel ils vivaient ; en même temps, il découvrit le contraire de cette triste réalité lorsqu’il voyagea dans certains pays musulmans en Orient, il y trouva des musulmans, souvent extrêmement pauvres, qui semblaient bien plus heureux que les Occidentaux, leur vie avait un sens.
Ce contraste entre l’Occident et le monde musulman fit beaucoup penser Roger du Pasquier sur la vie, à ce propos le chercheur suisse a déclaré : « Je me demandais pourquoi les musulmans ressentent un bonheur qui remplit leur vie bien qu’ils vivent pauvrement et dans le sous-développement ? Et à contrario, pourquoi les Suédois sont tristes et maussades alors qu’ils vivent dans l’opulence et dans une société très développée ? Ce que j’ai senti en Suède, je l’ai également senti dans mon pays la Suisse, laquelle est aussi un pays développé où le niveau de vie est élevé ».

L’histoire de la conversion à l’Islam de Roger du Pasquier :

Cette différence que découvrit Roger du Pasquier entre l’Occident et l’Islam le poussa à étudier les religions orientales, il commença donc par la religion hindoue, mais elle ne le convainquit pas ; puis il se tourna vers l’étude de l’Islam et là plusieurs choses firent qu’il fut attiré par cette religion, parmi ces dernières il y a le fait que l’Islam ne s’oppose pas aux autres religions monothéistes, au contraire il les contient toutes, l’Islam est le sceau des religions révélées.
Parmi les choses qui enracinèrent cet intérêt pour l’Islam dans son esprit, il y a les ouvrages du philosophe contemporain converti à l’Islam René Guénon ou ‘Abd al-Wâhid Yahyâ (1886-1951). Il découvrit donc à travers la lecture de ces livres que l’Islam donne un sens à la vie, à l’inverse de la civilisation occidentale qui est totalement matérialiste et dans laquelle il n’y a aucune transcendance ou foi dans l’au-delà, cette civilisation ne croit en fait que dans ce bas-monde. C’est ainsi que, suite à ses réflexions, Roger du Pasquier se convertit à l’Islam et prit pour nom musulman Saydi ‘Abd al-Karîm. Et à ce sujet, ce dernier a dit la chose suivante : « J’ai pu constater que les préceptes de l’Islam remplissent l’âme de quiétude, alors qu’à l’inverse la civilisation matérialiste amène les gens à être angoissés, car ils ne croient en rien ; de même que j’ai pu également constater que les Européens ne comprennent pas ce qu’est réellement l’Islam, car ils n’arrivent pas à sortir de leur paradigme matérialiste ».
Par ailleurs, Roger du Pasquier dit à propos des écrits de René Guénon : « Les écrits et les œuvres de René Guénon ont amené de nombreux lecteurs à l’Islam, cela est sans doute dû au fait que celui-ci les avait précédés dans ce cheminement […] grâce à leur Islam, ils reprirent confiance en leur religion d’origine, en particulier le christianisme mais également le judaïsme ou le bouddhisme ».

Les contributions de Roger du Pasquier :

Roger du Pasquier a défendu l’Islam et tout fait pour mettre en évidence la réalité de cette religion, il écrivit ainsi de nombreux articles sur l’Islam qui parurent notamment dans le Journal de Genève et dans la Gazette de Lausanne ; par ailleurs, il défendit l’Islam dans ses livres comme n’importe quel musulman très attaché à sa religion.
En outre, il essaya de montrer aux lecteurs occidentaux ce qui se passait dans le monde musulman, de même qu’il voulut leur prouver que l’Islam pouvait apporter des solutions aux nombreux problèmes que les Européens n’arrivaient pas à résoudre, problèmes que l’Islam avait de son côté résolu, c’est ainsi qu’il dit dans un article intitulé « Humble voyage d’un Occidental en Islam » : « Parmi les choses qui sont évidentes, il y a le fait que toutes les religions connaissent actuellement, à différents degrés, des crises et un effondrement, et l’Islam ne fait pas exception, mais de par son essence, de par le fait que des centaines de millions de croyants le font vivre et malgré les rechutes, les troubles, les extrémismes injustifiés et les méfaits commis en son nom, cette religion, l’Islam, diffère beaucoup de la situation apparente, elle reste une source inépuisable de foi et de dévotion. L’Islam a la capacité de pousser des Occidentaux à chercher ce qui est essentiel et une chose unique et nécessaire, chose qu’ils ne peuvent pas trouver dans leur civilisation, cette religion exprime directement une réalité plus élevée sans laquelle il est impossible qu’une religion puisse être une vraie religion ».
Par ailleurs, ce penseur musulman a écrit un livre en 1979 intitulé Le réveil de l’Islam, il essaya par cette contribution de diffuser l’Islam parmi son peuple en Europe, il y exhorte en sus les musulmans à prendre leurs responsabilités à travers différentes choses dont la plus facile est d’aider à ce projet par l’édition de livres qui traitent de l’Islam dans les différentes langues européennes, d’autant plus que les moyens et les occasions d’expliquer l’Islam aux Européens sont simples et nombreux aujourd’hui.
Ainsi, Roger du Pasquier dit dans Le réveil de l’Islam : « Aujourd’hui, l’Islam ne peut qu’attirer l’attention des individus qui ont conscience de l’existence d’une réalité supérieure à notre monde éphémère, une réalité hors du temps qui a le pouvoir de délivrer l’individu. La découverte de l’Islam par une personne de cette manière est la preuve que cette réalité peut toujours être vécue, tant au niveau personnel qu’au niveau collectif, et ce, de manière complète et sans concession ».
Dans l’un de ses articles, Roger du Pasquier, après avoir rappelé ce qu’était l’Islam, ses valeurs spirituelles et le fait qu’il puise à la même source que le christianisme et le judaïsme avant lui, déclara la chose suivante : « L’Islam est encore aujourd’hui une réserve infinie de trésors immenses en termes de pensée et de sagesse ». Ensuite, Roger du Pasquier évoqua le fait que les rites islamiques se distinguent par la foi et la soumission à Allah, puis il traita de la rigueur et la discipline dans la pratique des adorations ainsi que de la manière d’accepter cette discipline ; par ailleurs, il affirma que ces rites sont un moyen d’être en harmonie avec la création, selon lui, ces derniers ont un lien évident avec les grands rythmes naturels et surtout avec le mouvement du soleil qui détermine les heures des prières quotidiennes, il en est de même de la lune dont l’évolution est la base du calendrier musulman ; enfin, le symbolisme de ces rites rappelle à l’homme qu’il occupe une place centrale dans ce monde, car en effet Allah, exalté soit-Il, a fait de lui Son vicaire sur terre, ce qui fait que l’homme se trouve en harmonie avec la nature et avec toutes les créatures qui l’entourent.
 

Articles en relation