Les mťrites du jeŻne

Mercredi 10-8-2011| IslamWeb

Le jeûne est l’un des plus insignes actes d’adoration et l’un des moyens les plus importants de se rapprocher d’Allah, Exalté soit-Il. C’est une pratique habituelle des gens vertueux et l’enseigne des personnes pieuses. Il purifie l’âme et polit les mœurs. Il constitue l’école de la piété et l’apprentissage de la bonne ligne de conduite. Quiconque l’entreprend avec une intention sincère et un respect total de la Sunnah gagnera le diplôme de la droiture et sera vainqueur dans le bas monde et dans l’au-delà. Il n’est donc pas étonnant que nombre de récits traitent de ses effets et de l’immense récompense qu’Allah, Exalté soit-Il, a préparée aux jeûneurs, et incitent les Musulmans à l’accomplir fréquemment et les encouragent à endurer les difficultés qui y sont inhérentes.

 
Ces récits affirment que le jeûne est une protection contre le Feu : d’après Djaabir, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Le jeûne est une protection du serviteur contre le Feu » (Ahmad).
 
Egalement en vertu de ces récits, le jeûne atténue l’effervescence des désirs sensuels et discipline ces derniers ; c’est la raison pour laquelle le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a conseillé aux jeunes gens qui sont incapables de se marier de recourir au jeûne, car c’est est un moyen d’atténuer leur désir. D’après Ibn Mas’oud, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit :
 
« Vous les jeunes, que celui d’entre vous qui en a la capacité se marie, car cela incite davantage à baisser le regard et permet de préserver sa chasteté. Et que celui qui se trouve incapable de le faire, jeûne, car c’est pour lui une protection contre les tentations »(Boukhari et Mouslim).
 
Le jeûne est aussi un moyen d’entrer au Paradis et il existe même une porte du Paradis réservée aux jeûneurs. Abou Omaamah, qu'Allah soit satisfait de lui, demanda un jour au Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) : « Ô Messager d’Allah, indique-moi une œuvre qu’Allah, Exalté soit-Il, rendra utile pour moi ». Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) lui a dit : « Observe le jeûne, car il n’a pas d’équivalent » (An-Nassaa-i). Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a ainsi affirmé qu’aucune œuvre ne peut rapprocher le serviteur d’Allah de son Seigneur, Exalté soit-Il, autant que le jeûne. Il nous a informé dans un autre hadith qu’au Paradis, il existe une porte particulière pour les jeûneurs : d’après Sahl Ibn Sa’d, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit :
 
« Au Paradis, il y a une porte, dite Ar-Rayyaan, par laquelle entreront les jeûneurs le Jour de la Résurrection, à l’exclusion de qui que ce soit d’autre. On dira : 'Où sont les jeûneurs ?'. Et ceux-ci se lèveront. Après qu’ils seront entrés, cette porte se fermera et personne d’autre n’entrera plus » (Boukhari et Mouslim).
 
En outre, le jeûne intercède en faveur du jeûneur le Jour de la Résurrection : d’après ‘Abd Allah Ibn ‘Amr Ibn Al-‘Aas, qu'Allah soit satisfait de lui et de son père, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit :
 
« Le jeûne et le Coran intercéderont en faveur du serviteur d'Allah le Jour de la Résurrection. Le Jeûne dira : 'Mon Seigneur ! Je l'ai empêché de se nourrir et de satisfaire son désir. Accepte mon intercession en sa faveur'. Et le Coran dira : 'Je l'ai empêché de dormir la nuit. Accepte mon intercession en sa faveur'. Alors, leur intercession sera acceptée » (Ahmad).
 
Le jeûne est un des moyens les plus importants de se faire pardonner ses péchés et expier ses mauvaises actions : d’après Abou Hourayrah, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Quiconque jeûne le mois de Ramadan avec conviction et espérance en la rétribution d'Allah sera absous de tous ses péchés antérieurs » (Boukhari et Mouslim). C’est-à-dire conviction qu’Allah, Exalté soit-Il, a prescrit le jeûne, et espérance en Sa récompense. Et d’après Hodhayfah Ibn Al-Yamaan, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit :
 
« Les péchés que commet l'homme à cause de la Fitnah que constituent, pour lui ses femmes, ses biens, ses enfants et ses voisins, sont expiés par la prière, le jeûne et l’aumône » (Boukhari et Mouslim).
 
A noter que la rétribution du jeûne est laissée à la discrétion d’Allah, exalté soit-Il, et que la récompense du jeûneur est sans limite. D’après Abou Hourayrah, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit :
 
« Allah, Exalté soit-Il, dit : 'Toute bonne action du fils d'Adam lui appartient à l'exception du jeûne qui M'appartient et c'est Moi qui en fixe la récompense' » (Boukharii et Mouslim).
 
Et dans une narration de Mouslim :
 
« 'Chaque bonne œuvre du fils d’Adam, dit Allah, Exalté soit-Il, est comptée de dix à sept cents fois sa valeur, sauf le jeûne, qui M’appartient et dont J'octroie la rétribution à Mon serviteur car il a ainsi renoncé à ses désirs sensuels, à sa nourriture et à sa boisson pour Moi' ».
 
De toutes les bonnes œuvres qu’accomplit l’homme, Allah, exalté soit-Il, S’est approprié le jeûne, vu son grand mérite auprès de Lui et parce qu’il constitue un secret entre le serviteur d’Allah et son Seigneur, exalté soit-Il, Qui en est le seul Connaisseur.
 
Le jeûne apporte le bonheur dans les deux demeures (le bas monde et l’au-delà) : d’après Abou Hourayrah, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Le jeûneur a deux joies, une première lors de la rupture du jeûne, et une seconde lorsqu’il retourne à son Seigneur » (Boukhari et Mouslim). C'est-à-dire une première joie, parce qu’Allah, exalté soit-Il, lui a permis d’entamer et de parachever dûment cet acte d’adoration, puis de consommer ce qui a été interdit pendant la période de jeûne, et une seconde joie lorsqu’il retournera à son Seigneur, exalté soit-Il, parce qu’il trouvera auprès de Lui la récompense intégrale de son jeûne le Jour où il en aura grand besoin.
 
Parmi les mérites du jeûne, figure le fait  que l’haleine du jeûneur, résultant du fait que son ventre est vide, est plus agréable à Allah que le parfum du musc. Cette odeur, désagréable pour les gens, est agréable à Allah, exalté soit-Il, étant la preuve de l’accomplissement d’un acte d’adoration et d’obéissance à Allah, exalté soit-Il, ce qui montre le grand mérite du jeûne auprès d’Allah, exalté soit-Il.
 
Voilà donc quelques-uns des mérites et des effets du jeûne, susceptibles dans leur ensemble de permettre au serviteur d’Allah d’atteindre l’objectif pour lequel cet acte d’adoration a été prescrit, à savoir l’obtention de la piété et de l’agrément d’Allah, exalté soit-Il, dans le bas monde et dans l’au-delà.

© 2014, IslamWeb