Suhayl ibn \'Amr, l’orateur de Quraych

Dimanche 18-3-2012| IslamWeb

Il s’agit du noble Compagnon Suhayl ibn 'Amr, qu’Allah soit satisfait de lui, un des notables de Quraych. C'était un orateur remarquable qui soulevait les Mecquois contre le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) et ses Compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux. Lors de la grande bataille de Badr, il combattit au côté des polythéistes, et à son retour, il dit : « Le jour de Badr, j’ai vu entre le ciel et la terre, des hommes blancs enfourchant des chevaux tachetés de blanc et de noir initiés au combat qui nous combattaient et nous captivaient ». C’étaient les anges qu’Allah, exalté soit-Il, avait envoyés ce jour-là pour soutenir les musulmans et combattre les polythéistes.

Suhayl ibn 'Amr persista dans son entêtement et sa mécréance, jusqu’au jour où le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) et ses Compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux, sortirent de Médine en direction de la Maison sacrée pour accomplir le Hadjj. Dès que les Quraychites le surent, ils mandatèrent certains de leurs hommes pour négocier avec le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) ; le dernier à être mandaté était Suhayl ibn 'Amr. Il était le délégué et l’orateur de Quraych lorsque la Trêve de Hudaybia fut conclue. En fait, quand le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) le vit, il dit : « Votre affaire sera facile » (Boukhari).

Ce jour-là, Suhayl, qu'Allah soit satisfait de lui, se rendit auprès du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) et lui dit : « Concluons un accord ». Aussitôt, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) convoqua 'Alî ibn Abî Tâlib, qu’Allah soit satisfait de lui, et lui dit : « Ecris : 'Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux' ». Suhayl, qu'Allah soit satisfait de lui, protesta et dit : « Quant au Tout Miséricordieux, je ne sais pas ce que ça signifie. Ecris plutôt : 'En ton nom, O Seigneur' comme tu l'as toujours fait ». Les musulmans protestèrent : « Par Allah, nous écrirons uniquement : « Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux ». Mais le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) trancha la question et dit à 'Alî : « Ecris : 'En ton nom, ô Seigneur' ». 'Alî, qu’Allah soit satisfait de lui, obtempéra. Puis, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) dicta à 'Alî, qu’Allah soit satisfait de lui : « Voici ce que Muhammad, le Messager d’Allah, a décidé ». Suhayl, qu'Allah soit satisfait de lui, protesta à nouveau : « Par Allah, si nous étions convaincus que tu es un Messager d’Allah, nous ne t’aurions pas repoussé de la Maison sacrée et nous ne t’aurions pas combattu. Écris plutôt : 'Muhammad ibn ‘Abdillah' ». Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) répliqua : « Par Allah, je suis effectivement le Messager d’Allah, même si vous me traitez de menteur », puis il se tourna vers le scribe et lui dit : « Ecris : 'Muhammad ibn ‘Abdillah' » (Boukhari).

Lorsque le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) conquit La Mecque, Suhayl, qu'Allah soit satisfait de lui, s’enferma dans sa maison, puis dépêcha au Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) son fils ‘Abdallah ibn Suhayl, qui était musulman, pour qu’on lui garantisse la sécurité. ‘Abdallah se rendit auprès du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) et lui dit : « Ô Messager d’Allah, accorderais-tu la sécurité à mon père ? ». Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) lui répondit : « Oui, il est en sécurité grâce à Allah. Qu’il sorte de chez lui », puis il dit aux musulmans qui l’entouraient : « Quiconque parmi vous aperçoit Suhayl, qu’il évite de lui montrer de l’hostilité, car il est un homme judicieux et de bonne souche qui comprend bien l’Islam et finira certainement par l’embrasser» (Ibn ‘Asâkir).

Pris d'une grande joie, ‘Abdallah accourut vers son père pour lui annoncer la bonne nouvelle. Dès qu’il entendit ce que le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) avait dit, Suhayl, qu'Allah soit satisfait de lui, s’épanouit et dit : « Par Allah, il a toujours été magnanime », puis sortit de chez lui et circula dans la ville, sans que personne ne le dérange.

Suhayl, qu'Allah soit satisfait de lui, prit part à la bataille de Hunayn aux côtés du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) et des musulmans, alors qu'il était encore polythéiste. Les musulmans furent victorieux à cette bataille, et Suhayl, qu'Allah soit satisfait de lui, annonça sa conversion à l’Islam, ce qui réjouit le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) et ses Compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux. Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) lui donna cent chameaux, comme part du butin de Hunayn.

Suhayl, qu’Allah soit satisfait de lui, devint un fervent musulman fervent qui multipliait les actes de dévotion. L’amour d'Allah, exalté soit-Il, et de Son Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) étaient ancrés dans son cœur. Il resta à La Mecque à honorer les injonctions de son Seigneur, exalté soit-Il, et à défendre l’Islam, jusqu’au jour où il entendit la nouvelle de la mort du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam). Ce jour-là, les musulmans mecquois devinrent perplexes et nombre d’eux étaient sur le point de renier leur foi. Obviant à cette conjoncture difficile, Suhayl, qu’Allah soit satisfait de lui, fit un discours aux Mecquois. Il commença par réciter le verset suivant (sens du verset) :

« Muhammad n’est qu’un messager - des messagers avant lui sont passés -. S’il mourait, donc, ou s’il était tué, retourneriez-vous sur vos talons ? Quiconque retourne sur ses talons ne nuira en rien à Allah ; et Allah récompensera bientôt les reconnaissants » (Coran 3/144).

Puis dit : « Quiconque adore Muhammad, qu'il sache que Muhammad est mort, et quiconque adore Allah, exalté soit-Il, qu'il sache qu'Allah, exalté soit-Il, est Vivant et ne meurt jamais. Par Allah, je suis certain que cette religion demeurera vivante aussi longtemps que le ciel et la terre. O Mecquois ne soyez pas les derniers à entrer en Islam et les premiers à en sortir. » Les Mecquois retrouvèrent le bon sens et restèrent attachés à leur religion.

La prédiction du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) se réalisa. Lorsque Suhayl ibn 'Amr, qu’Allah soit satisfait de lui, fut fait prisonnier lors de la bataille de Badr, ‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, dit au Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) : « Ô Messager d’Allah, permets-moi de lui arracher les incisives pour qu’il cesse de nous railler ». Mais le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) lui répondit : « Laisse-les, car il se peut qu’elles soient plus tard employées dans une œuvre qui méritera ta satisfaction » (al-Bayhaqî).

Un jour, ‘Umar ibn al-Khattâb, qu’Allah soit satisfait de lui, alors calife, permit aux combattants de Badr d’entrer chez lui. Il fit entrer Bilâl et ‘Ammâr, qu’Allah soit satisfait d’eux, alors que les notables quraychites restèrent à l’extérieur. Cette attitude vexa Abû Sufiân, qu’Allah soit satisfait de lui, qui dit : « Je n’ai jamais vu un jour comme celui-ci. Les esclaves sont autorisés à entrer et nous, nous restons à la porte sans que personne ne nous prête attention ou nous permette d’entrer ». Suhayl, qu’Allah soit satisfait de lui, répliqua : « Ô gens, par Allah, je vois sur vos visages le sentiment que vous éprouvez. Si vous êtes en colère, tant pis pour vous, car les gens de Badr ont été appelés à l’Islam tout comme vous. Mais ils se sont empressés de l’embrasser, alors que vous, vous avez traîné. Par Allah, puisqu’ils vous ont devancé vers cette grâce, ils jouiront de la récompense et de la rétribution d’Allah, exalté soit-Il, qui sont plus grands que cette porte pour laquelle vous rivalisez ».

Suhayl, qu’Allah soit satisfait de lui, était courageux et aimait le combat dans le sentier d’Allah, exalté soit-Il. Il disait : « Par Allah, je ne laisserai pas une seule attitude, que j’ai adoptée aux côtés des polythéistes sans en prendre une équivalente aux côtés des musulmans, et je ne laisserai pas une somme que j’ai dépensée en faveur des polythéistes sans dépenser la même en faveur des musulmans pourvu que les précédentes œuvres soient remplacées par les nouvelles ».

Un jour, Suhayl, qu’Allah soit satisfait de lui, alla voir le prince des croyants ‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, pour le consulter sur l’œuvre qu’il pourrait accomplir pour rattraper ce qu’il avait manqué par rapport aux autres musulmans. 'Umar lui conseilla de combattre les Byzantins dans le sentier d’Allah, exalté soit-Il. Suhayl, qu’Allah soit satisfait de lui, n’hésita pas et promit de passer le reste de sa vie à lutter pour la cause d’Allah, exalté soit-Il, et de Son Messager (Salla Allahou Alaihi wa Sallam). Il fit un discours aux notables de La Mecque, les poussant au djihâd, et dit : « Par Allah, je vais me consacrer jusqu'à la mort à la lutte dans le sentier d’Allah, exalté soit-Il, et je ne reviendrai plus à La Mecque ». Suhayl, qu’Allah soit satisfait de lui, emmena sa famille et sortit à destination de la Grande Syrie, où il mena une vie de combattant dans le sentier d’Allah, exalté soit-Il, jusqu’au jour où Allah, exalté soit-Il, le combla de la mort en martyr pendant la bataille de Yarmouk.

Source : L’Encyclopédie de la famille islamique

© 2014, IslamWeb