Qui sont les Gens du Livre ? (1ière partie)

Qui sont les Gens du Livre ? (1ière partie)
6954 2335

 

Qui sont les Gens du Livre ?   (1ière partie)
Le Coran parle de la possibilité de se marier avec les "femmes vertueuses parmi les gens qui ont reçu l'Ecriture avant vous". Qui sont les Gens du Livre ? Uniquement les juifs et les chrétiens ? Ou bien aussi les adeptes de certaines autres religions ? Et puis fait-il partie des Gens du Livre celui qui croit en Dieu l'Unique mais qui n'a pas encore choisi sa religion ?

A l'unanimité des savants musulmans, les Juifs ainsi que les Chrétiens unitariens relèvent de ces "Gens du Livre" ("Ahl Al-Kitab") dont le Coran parle et qui sont concernés par les deux règles à savoir le mariage avec leur femme et la consommation de leur nourriture. Par contre, il y a des avis divergents quant à savoir si relèvent des "Gens du Livre" les Chrétiens trinitaires, les Zoroastriens, les Sabéens, etc.…

Les Chrétiens sont-ils des Gens du Livre malgré la croyance qu'ils ont développée à propos de Jésus ?

Tous les chrétiens font-ils partie, au regard des musulmans, des "Gens du Livre" en sorte que ces musulmans puissent vivre à leur égard les règles concernant la licité de consommer la chair de l'animal qu'ils ont abattu et de se marier avec une femme d'entre eux ? Ou bien seuls les chrétiens étant demeurés sur l'authenticité des enseignements de Jésus le sont-ils ? La question se pose aussi bien à propos des chrétiens croyant en la nature divine de Jésus que des chrétiens trinitaires...
 Selon un avis très isolé (Tafarroud), seuls sont considérés comme faisant partie des "Gens du Livre" les chrétiens considérant Jésus comme un Messager de Dieu et non comme possédant en lui à la fois une nature divine et une nature humaine ; quant aux autres, ceux qui croient en l'Incarnation et / ou en en la Trinité, ils ne sont pas des Gens du Livre ; ou bien peut-être le sont-ils, mais en tout cas les règles de la licité, pour un musulman, de consommer l'animal qu'ils ont abattu et de se marier avec une femme de leur religion ne leur sont pas applicables. Ainsi, quand on questionnait Abdallah ibn Omar au sujet du mariage avec une juive ou une chrétienne, il disait [à propos du mariage avec une chrétienne]: "Dieu a interdit que les musulmans se marient avec des associatrices. Or je ne connais pas d'associationnisme plus grand qu'une personne dise que son Seigneur est Jésus, alors que ce n'est qu'un serviteur parmi les serviteurs de Dieu" (rapporté par Boukhari, n° 4981 ; voir Fath Al-Bari, tome 9 p. 515).
 De nombreux savants chafiites ont quant à eux émis comme avis que les règles relatives à l'abattage d'un animal et au mariage ne sont applicables que :
– aux personnes qui descendent des Fils d'Israël et dont au moins on n'a pas connaissance du fait que leurs ancêtres se sont convertis au christianisme après que celui-ci eut connu les apports extérieurs qu'il a connus ;
– aux personnes qui certes ne descendent pas des Fils d'Israël mais dont les ancêtres se sont convertis au judaïsme ou au christianisme, et dont on sait pertinemment que ces ancêtres s'y sont convertis avant que Dieu ait déclaré cette religion abrogée et avant que le christianisme ait connu les apports extérieurs qu'il a connus (voir Al-Fiqh Al-Islami wa Adillatouh, Az-Zouhayli, tome 4 pp. 2761-2762 et tome 9 pp. 6655-6656).
 Cependant, d'après les autres savants, même si le chrétien croit que Jésus possède une nature divine, même s'il est trinitaire, il fait partie des "Gens du Livre". Et c'est cet avis qui semble juste, car il est un verset du Coran qui adresse cette invitation : " Ô ! Gens du Livre, (…) ne dites plus qu'il y a trinité" (Coran 4/171). Voyez : Dieu nomme explicitement "Gens du Livre" des chrétiens qui sont trinitaires.
Moufti Chafiî' écrit : " Les (...) chrétiens à propos de qui le verset stipule la licéité de consommer l'animal qu'ils ont abattu et de se marier avec les femmes parmi eux sont ceux-là mêmes dont le Coran dit (...) qu'ils ont rendu un culte à Jésus..." (Djawahir Al-Fiqh, tome 2 p. 393).
L'imam Ibn Hadjar écrit quant à lui que l'un de ses maîtres a déduit : " que les règles concernant le mariage et la consommation de l'animal abattu s'appliquent à toute personne qui professe la religion des Gens du Livre (...), puisque le Prophète a appelé Héraclius et son peuple des "Gens du Livre" alors qu'ils se sont convertis au christianisme après le changement ; ceci contrairement à ceux qui pensent que ces règles ne s'appliqueraient qu'à ceux des Gens du livre qui sont des Fils d'Israël ou dont on sait que leurs ancêtres se sont convertis au christianisme avant le changement. " (Fat'h Al-Bari, 1/54).
Quant à l'avis de Ibn Omar, il s'agit d'un avis complètement isolé parmi l'avis des autres savants (lire à ce sujet Fat'h Al-Bari 9/515, Qaîda Djalila fi At-Tawassoul wal Wassila p. 134 puis p. 138, et Madjmou' Al-Fatawa 14/91 et 32/178).
 
Les Gens du Livre et les Musulmans :

Sur le plan social, en terre musulmane, Gens du livre et polythéistes ont l'entière liberté de ne pas se convertir à l'Islam et donc de continuer à être ce qu'ils sont et à pratiquer leur religion : ils sont citoyens à part entière de ce pays musulman. Sur le plan purement théologique, maintenant, les Gens du Livre sont bien sûr des croyants en Dieu, en un ou certains messagers de Dieu et en le Jour dernier ; toujours sur un plan purement théologique, la foi telle que la conçoit le Coran ("Imane") demande cependant qu'il y ait aussi croyance en le message de Mohammed. C'est bien pourquoi le Coran, qui désigne l'absence de cette foi voulue sous le terme de "Koufr" (mot qui signifie étymologiquement "voiler" et désigne le fait de ne pas avoir la foi que Dieu agrée), emploie ce terme à propos de ne pas croire à la fois en Dieu et en le message envoyé par Son dernier Messager (Coran 48/13), et à propos du fait de ne pas croire en chaque Messager de Dieu (4/150-151). Le Coran emploie donc ce terme à propos des Gens du Livre qui ont choisi de ne pas croire en le message de Mohammed comme des Polythéistes : Coran 2/105. Attention, le Coran demande aux musulmans d'agir en bien avec tous les non musulmans ("Kafer"), qu'ils soient Gens du Livre ou Polythéistes, ou autres : Coran 60/8.
Le Coran enseigne ainsi la liberté religieuse et le respect sur le plan social, et, parallèlement, sur le plan théologique, le rappel de sa responsabilité et des conséquences – dans l'autre vie – du choix qu'on aura fait dans cette vie-ci.
Il faut pourtant que le message de Mohammed soit réellement parvenu à des Gens du Livre pour que, dans l'autre vie, ils soient aussi considérés comme n'y ayant pas adhéré ("Koufr Inda Allah"). Que se passera-t-il au cas dans l'autre vie où ce message n'était pas parvenu et qu'ils étaient restés sur la religion fondée sur un message antérieur d'un messager de Dieu ?

Les Gens du Livre ne forment donc qu'une partie de l'ensemble de ceux qui ne sont pas musulmans ("Kafiroune"). Cependant, à cause du fait qu'ils sont monothéistes, qu'ils se réfèrent à un ou plusieurs authentiques messagers de Dieu ayant précédé Mohammed, enfin qu'ils possèdent des Ecritures (c'est le sens de "Kitab", "livre") qui sont issues de ces messagers et qui renferment toujours certains enseignements authentiques (notamment les règles relatives au mariage et à l'abattage), le Coran enseigne qu'ils ont un certain nombre de conceptions communes avec les musulmans et qu'il est donc permis au musulman de consommer l'animal qu'ils ont abattu, de même qu'il est en soi permis au musulman de se marier avec une femme faisant partie de leur communauté (avec des conditions et des nuances mentionnées dans ces articles: Consommer l'animal abattu par une personne des Gens du Livre ? ; Est-il vrai que le Coran dit qu'un musulman peut épouser une non musulmane ?).

 

Articles en relation