Un cri du fond de mon coeur

Un cri du fond de mon coeur
4957 1388

Allah, le Très Haut, dit (sens du verset) :

 
«Ô vous qui croyez! Préservez vos personnes et vos familles, d’un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres, surveillé par des Anges rudes, durs, ne désobéissant jamais à Allah en ce qu’Il leur commande, et faisant strictement ce qu’on leur ordonne.» (Coran 66/6)
 
Chère mère et chère fille qui deviendra immanquablement -in chaa Allah- un jour  mère,
 
Puis-je prendre quelques minutes de votre précieux temps pour vous chuchoter des mots qui proviennent du fond de mon cœur, à propos d’une affaire qui enflamma mon cœur et troubla mon sommeil… Une image qui ne me quitte jamais, un sujet dont nous nous sommes éloignés à cause des divertissements de ce bas monde. Dans ce monde, ce qui est  correct est considéré comme erroné et arriéré, alors que l’erreur est devenue quelque chose de correct et de normal ; dans ce monde, où tout est dans la plus grande confusion, et où la vérité se mêle au faux, sauf pour celui à qui Allah, Exalté soit-Il, a accordé Sa miséricorde, nous ne réalisons plus la réalité des choses, et nous vivons en suivant les incroyants. Tel est le « progrès » et telle est la prétendue modernisation.
 
Ô ma sœur, je souhaite que vous ayez la patience de m'écouter.
 
Ô ma sœur, avant de vous révéler ce qui me tient à coeur permettez-moi de vous  poser la question que voici, même si je connais d'avance qu'elle sera votre réponse: que feriez-vous si une petite étincelle toucherait la peau douce de votre petite fille ? Une étincelle qui se serait envolée à cause d'une allumette, d'une bougie ou d’un pot à encens ? Que feriez-vous à ce moment ? Quelle serait votre réaction ?
 Certes, vous crieriez, vous hurleriez, vous courriez à son secours et vous l’emmèneriez à l'hôpital le plus proche. Qu’en serait-il si un grand incendie, qu'Allah vous en préserve, éclatait alors que votre fille est à l’intérieur ? Que feriez-vous ?
 
Il se peut que vous disiez que les pompiers la sauveront peut-être, par exemple, et qu'il lui sera donné de vivre, ce qui est très probable et que je souhaite ; j'invoque Allah, Exalté soit-Il, pour qu’Il la préserve de tout mal.
 
Abandonnons maintenant ce bas monde et dirigeons-nous vers l'autre. Orientons- nous vers l’au-delà, imaginons notre situation après le Jugement dernier et lorsque le registre de nos actions nous aura été remis. Vous savez, naturellement, que la vie ici-bas est éphémère et que le retour à cette vie présente sera impossible. Imaginez seulement. Imaginez, même pour un moment, votre fille en Enfer, qu'Allah nous en préserve, et que vous soyez la cause principale de son entrée en Enfer. Que feriez-vous à ce moment ? Supporteriez-vous ses cris, ses souffrances et les reproches qu’elle vous ferait ?
 
Dites-moi, par Allah, avez-vous imaginé cette terrible situation ? Imagineriez-vous cette situation ou bien secouerez-vous la tête avec force pour en chasser tout ce qui se rapporte à l'au-delà et vous attacher à nouveau aux espoirs fragiles de ce bas monde? 
 
Ô ma sœur, je vous lance un cri du plus profond de mon coeur: « faites miséricorde à votre fille, faites miséricorde à la prunelle de vos yeux. »
 
J’ai vraiment pitié de vous, qui estimez que la beauté de votre fille consiste en le dévoilement de son visage et l’exhibition de ses atours. N'avez-vous pas eu l'avertissement (sens du verset) : «Je vous ai donc avertis d’un Feu qui flambe » (Coran 92/14). Ou bien vous êtes vous laissée séduire par de faux compliments, ou
 par les éclats trompeurs des civilisations étrangères?
 
Ô mère, réveillez-vous et sauvez votre fille d'un Enfer dont les gens et les pierres seront le combustible. Sachez, et qu'Allah vous protège, qu'il s'agit du choix entre le Paradis et l'Enfer. Et qu’il n’y aura nulle autre destination. Quel sera donc votre choix ? Pour laquelle des deux destination vous apprêtez-vous et préparez-vous ceux que vous aimez ? Ne désirez-vous pas être réunis avec eux dans les Jardins des délices? Vous lui avez appris les fondements de la vie éphémère sans lui enseigner ceux de la vie éternelle.
 
Ô mère tendre, êtes-vous sûre que votre fille vivra assez longtemps, qu'Allah lui accorde longue vie, pour atteindre l'âge où elle saura distinguer le licite de l'illicite et la vérité de l’erreur sans votre assistance ? Ou bien êtes-vous sûre de vivre encore une autre heure pour implorer le pardon d'Allah, Exalté soit-Il, et  vous repentir ?
 
Beaucoup de filles blâment leurs parents, à présent, de ne pas les avoir orientées, en disant : « Nous avons grandi ainsi, nous nous sommes habitués à cette façon de s’habiller de vivre qui est normale.».
Et où était votre capacité de réflexion, ma fille, quand vous avez grandi, même si la faute revient, en premier lieu, à vos parents. Le licite est évident et l'illicite est évident. Vous n'avez plus d’excuse dorénavant (sens du verset) : « Mais l’homme sera un témoin perspicace contre lui-même, quand même il présenterait ses excuses. »  (Coran 75/14-15)
 
Ma chère sœur, l’amertume de cœur m'a incité à vous écrire pour vous transmettre ces mots. Le Prophète, Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam, a dit : « Aucun de vous n'aura une foi complète tant qu’il ne désire pour son coreligionnaire ce qu'il désire pour lui-même ».Quant à moi, par Allah, je veux le bien pour tout musulman et toute musulmane.
 
 Ce qui a provoqué ma colère est le spectacle honteux dont j'ai été témoin. Il s'agissait d'une mère voilée, avec sa jeune fille de 15 ans environ. Les habits de la fille n'indiquaient nullement qu'elle était musulmane. Elle portait une chemise serrée et indécente avec un jeans plus serré encore et, par Allah, elle était sans voile. Par Allah, si le corps pouvait parler, il crierait avec force : « J'étouffe dans ces vêtements ». D’ailleurs peut-on appeler vraiment ce qu’elle porte des vêtements ?! Je me tournai involontairement vers elle. Elle me vit et baissa la tête de honte.
 
La pudeur et la décence sont deux éléments inséparables et sans elles, la femme perd sa féminité.
 
Ô mère, aimez-vous vraiment votre fille ? Désirez-vous le bonheur pour elle dans ce bas monde et dans l'au-delà ?
 
Si votre réponse est affirmative, et je ne m’attends à aucune autre réponse de votre part, pourquoi lui refusez-vous un Paradis dont la largeur est celle des cieux et de la terre et où se trouve ce qu’aucun œil n’a vu ni aucune oreille n’a jamais entendu ? Pourquoi la poussez-vous, de vos propres mains,  vers l'Enfer ? Vous la prenez avec vous d'un marché à l'autre comme si elle était une marchandise qu’on expose partout ou une fille de publicités ?
 
Qu'Allah nous préserve tous de ce mal !!
 
Pourquoi ? Un cri  brûle ma poitrine et je ne peux le dissimuler. Comment puis-je le transmettre ?
 
Chère sœurs, savez-vous que le feu de ce bas monde n'est l’une des soixante-dix composantes du feu de l'Enfer. Chère sœurs, savez-vous quelles sont la boisson et la nourriture des habitants de l’Enfer et comment ils sont vêtus ? Il s'agit de l'Enfer, qu'Allah nous en préserve tous (sens du verset): «Il ne laisse rien et n’épargne rien; Il brûle la peau et la noircit. » (Coran 74/28-29). Il dévore toute chose. Demandez aux Oulémas et vous trouverez une réponse sûre.
 
Chère sœurs, prenez garde à la colère d'Allah, Exalté soit-Il, dans ce bas monde et dans l'au-delà. Craignez Allah au sujet de votre fille et implorez Son pardon avant qu'il ne soit trop tard car Allah est Al-Ghafour (le Pardonneur), Ar-Rahiim (le Miséricordieux).
 
Une dernière chose, Méfiez-vous, chère sœur, des regards des loups humains affamés, car ces derniers n’ont aucune pitié ni pour vous ni pour votre fille. Notre seule consolation est qu’il n'y a ni force, ni puissance que par Allah, Exalté soit-Il.

Articles en relation