Les qualités morales du Prophète : la miséricorde et la compassion

Les qualités morales du Prophète : la miséricorde et la compassion
27294 4437

Eprouver de la compassion vis-à-vis des autres est une qualité morale qu'Allah, exalté soit-Il, aime beaucoup chez Ses serviteurs. Le Prophète ( ) a dit à ce propos :
« Le Miséricordieux ne fait miséricorde qu’à celui qui fait preuve de miséricorde. Faites, donc, miséricorde à ceux qui sont sur terre pour que Celui qui est au ciel vous fasse miséricorde. » (Rapporté par Abû Dâwûd et al-Tirmidhî et jugé Sahîh par al-Albânî).
Allah, exalté soit-Il, a également décrit les croyants possédant cette qualité en disant (sens du verset): « Moḥammed est le Messager d’Allah. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux. » (Coran 48/29).
Allah, exalté soit-Il, a doté le Prophète ( ) de cette merveilleuse qualité, et cela se reflétait dans son comportement vis-à-vis de toutes les personnes, pauvres ou riches, proches ou lointaines. Il a ainsi éprouvé de la compassion à l'égard de son fils de sa naissance à sa mort. D'après Anas ibn Malik, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète ( ) a dit un jour : « Cette nuit, Allah m'a accordé un fils et je lui ai donné le nom de mon grand- père, Ibrâhîm» Puis le Messager d’Allah ( ) fit venir son enfant et le prit dans ses bras, l’embrassa et prononça quelques mots. Anas ajouta : ‘j'ai vu Ibrâhîm vivre ses dernières minutes et je tournai la tête vers le Messager d’Allah ( ) et vis ses yeux remplis de larmes et il répétait ces mots :
« Des larmes coulent des yeux et le cœur est rempli de chagrin. Mais nous ne dirons rien qui ne plaise à notre Seigneur. Ô Ibrahim! En vérité, nous sommes très chagrinés par ton départ! » (Mouslim).
Le Prophète ( ) ressentait de la compassion envers ses petits-fils. Il a été rapporté dans les recueils de Boukhari et Mouslim que le Messager d’Allah ( ) priait en tenant dans ses bras Oumâma, fille de Zaynab (sa propre fille). Lorsqu’il se prosternait, il la déposait et lorsqu’il se relevait, il la reprenait dans ses bras.
De même, lorsque l'une de ses filles lui a demandé de venir et qu’il a su que son petit-fils était en train de mourir, il mit l’enfant sur ses genoux, plein de compassion envers lui et versa de chaudes larmes. A ce moment, Sa’d, qu'Allah soit satisfait de lui, lui dit : « Ô messager d'Allah ! Qu’est-ce que je vois ? Pourquoi ces larmes ? » Alors, il lui a répondu : « C'est une miséricorde qu'Allah met dans les cœurs de ses bons serviteurs, en effet, Allah accorde la miséricorde aux miséricordieux. » (Boukhari et Mouslim)
L'une des formes de sa compassion est qu'il allégeait la prière lorsqu'il entendait les pleurs d'un enfant. D'après Abû Qatada, le Prophète ( ) a dit :
« Parfois, je commence une prière avec l’intention de la prolonger, mais lorsque j’entends les pleurs d’un enfant, je l’écourte pour libérer sa mère car je sais que ses pleurs de son enfant la troublent. » (Boukhari et Mouslim)
C’est également par compassion que le Prophète ( ) avait l'habitude de porter les enfants et de les supporter, donnant ainsi des leçons pratiques très importantes à sa communauté. D'après Aïcha, , un jour, alors que le Prophète ( ) avait un petit garçon sur ses genoux ce dernier urina sur son vêtement et il se contenta de demander de l’eau et la versa sur l'endroit touché par l’urine. (Boukhari)
Toujours selon elle, un bédouin vint voir le Prophète ( ) et lui dit : « Vous embrassez les enfants, quant à nous, nous ne les embrassons jamais ! » Le Prophète lui répondit : « Je ne peux remettre la miséricorde dans votre cœur après qu’Allah l’en a retiré. » (Boukhari)
Ses nobles Compagnons lui connaissaient cette qualité, et la ressentaient lorsqu’ils s’entretenaient avec lui. Malik ibn Al-Huwayrith a dit : « J'ai passé vingt nuits avec un groupe de jeunes de ma tribu chez le Prophète ( ) qui était très miséricordieux envers nous. Quand il a remarqué notre désir de voir nos familles, il nous a dit : "Retournez chez vous et enseignez à vos familles l'Islam. Une fois venue l'heure de la prière, que l'un d'entre vous fasse l'appel à la prière et choisissez le plus âgé d’entre vous pour diriger la prière en tant qu’imam." » (Boukhari)
Un jour, alors que le Prophète ( ) était assis avec ses Compagnons dans la mosquée, un bédouin rentra et se mit à uriner quelque part au sein de cette mosquée ; quelques gens se précipitèrent alors sur lui pour l'empêcher, mais le Prophète ( ) s'écria : "Laissez-le faire, ne l'interrompez pas, versez ensuite un sceau d'eau - ou une jatte d'eau - sur cette urine. Vous n'avez d'autre mission que de rendre toute chose facile et non de rendre les choses pénibles."
Quand l'homme eût fini d'uriner, le Prophète ( ) donna l'ordre d'apporter une jatte d'eau et la répandit lui-même sur l'endroit souillé.
Dans une autre version de ce hadith, le Prophète ( ), le convoqua et lui dit : « Les urines et autres souillures n'en conviennent guère aux mosquées, celles-ci sont plutôt faites pour l'invocation d'Allah, les prières et la récitation du Coran. » Le bédouin, pris de stupeur face à l’attitude du Prophète ( ), sa miséricorde et sa tolérance, dit alors : « Ô Allah, soit miséricordieux envers moi et Muhammad et éloigne les autres de Ta miséricorde ! » Le Prophète ( ) répliqua en souriant : « Tu restreins là, quelque chose des plus vastes (la miséricorde d'Allah) !» (Boukhari)
Voilà quelques qualités innées chez Prophète ( ) et que les membres de sa communauté devraient imiter.
Qu’Allah nous accorde le succès et nous guide vers le droit chemin.

 

Articles en relation