Education des enfants : les effets néfastes du divorce (1)

Education des enfants : les effets néfastes du divorce (1)
3289 1210

Fatima faisait partie des étudiantes que les enseignants sollicitaient pour obtenir des réponses imaginatives. Elle était connue pour sa jovialité et sa sociabilité. Elle était intelligence, dotée de force de caractère et de confiance en soi. Elle obtenait des notes élevées et se distinguait parmi ses paires. Le monde était un endroit passionnant pour Fatima et elle était optimiste et enthousiaste en ce qui concerne sa vie et son avenir. Puis soudain, tout a basculé.

Sa réussite scolaire se transforma en échec complet et elle passa de la joie et du bonheur au repli sur soi et du statut de leader à celui d’égarée. Elle perdit sa confiance en soi, devint distraite, subit de fréquents trous de mémoires et devient déprimée. Elle ne considérait tout simplement plus l’école comme quelque chose d’important. (How to Behave So Your Children Will Too, Sal Severe, page 287(
Sans doute vous demandez-vous, cher éducateur, quel est le secret de ce changement brutal dans la vie de Fatima ? La réponse de Fatima à cette question est foudroyante : « Mon père a divorcé de ma mère ».
Dialogue avec Fatima :
»Que ressens-tu par rapport à la séparation de tes parents ? «.
 »Je n’aime pas cela«.
» Que veux-tu dire par là«?.
» Ma mère pleure beaucoup«.
» Que ressens-tu alors ? «.
» Je ressens de la tristesse et j’ai envie qu’elle arrête de pleurer«.
»Connais-tu la raison de la séparation de tes parents ? «.
»C’est parce qu’ils se querellaient souvent. «
 »Est-il arrivé qu’ils se querellent à cause de toi ? «.
» Oui. «
»As-tu ressenti que la séparation de tes parents était à cause de toi«?
»Oui, je suis certaine d’en être la cause«.
 A ce moment-là, sous l’effet des mots qu’elle venait de prononcer, les yeux de Fatima s’emplirent de larmes. L’assistant social tenta de la calmer, mais elle fondit en larmes pendant plusieurs minutes. Elle murmurait quelques mots exprimant ses émotions refoulées qu’elle cachait depuis plusieurs mois. Lorsqu’elle reprit son souffle, elle continua en disant : « Un jour, alors que je me tenais debout devant la télévision, mon père me cria dessus pour que je bouge. Ma mère lui cria alors dessus en lui disant de ne plus me réprimander de cette façon. Ensuite, ils se querellèrent violemment et mon père finit par quitter la maison. Deux semaines plus tard, ils viennent m’annoncer qu’ils se sont ’étaient séparés. C’est pourquoi je pense que c’est de ma faute car ils se sont séparés à cause de moi«.
C’est de cette façon que les enfants raisonnent lorsque leurs parents se séparent.
Les faits parlent d’eux-mêmes :
Les études indiquent que 50 % des enfants dont les parents sont divorcés croient qu’ils sont la cause de cette séparation. C’est pourquoi le divorce est une chose dangereuse pour les enfants. Cela heurte violemment leurs sentiments et provoque leur retard scolaire. Comment pourrait-il en être autrement alors qu’ils pensent qu’ils sont la cause de la séparation de leurs parents et des pleurs de leur mère ? (Tiré de l’article intitulé At-Talaq Wa Atharouhou Al-Idjtimaî du journal Ar-Riyad rédigé par le Dr. Mozna Al-Djarid(
Cher éducateur, le père et la mère sont pour l’enfant comme les ailes d’un oiseau. L’oiseau peut-il voler d’une seule aile ? Certainement pas !
Le père pour l'enfant :
Il est le chef de famille et son exemple en toute chose. Il est le modèle sur lequel l'enfant construit ses rêves. En effet, le regard qu'il porte sur son père est un regard d'admiration et de fierté. Beaucoup d'enfants parlent de leur père à l'école avec fierté et admiration. On entend l'enfant dire : mon père est directeur de telle entreprise, mon père est médecin, mon père m'a acheté ceci, mon père m'a emmené au parc… On constate même chez le nourrisson que le regard qu’il porte sur son père est un peu comme s'il disait : « Ô papa j’ai tellement d’estime pour toi ! » Lorsqu'il grandit un peu, qu'il commence à comprendre les choses et qu'il voit son père se rendre à son travail ou sortir de la maison, il se met à crier, à pleurer, s'accroche à ses vêtements et veut aller avec lui.
La mère est l'autre aile :
L'enfant ne peut se passer d’elle. Elle est la mère poule qui lui procure l’affection nécessaire. Je dirais même plus : ils ne font qu’un et sont inséparables. C’était d’ailleurs déjà le cas lorsque l’enfant se trouvait dans son ventre. Observez comment le nourrisson est lié à sa mère et observez quelle est sa réaction lorsqu’elle s’éloigne un instant. Observez, lorsqu’il grandit qui lui remonte le moral, qui l’aide à réviser ses leçons ? Qui lui prépare sa nourriture, qui sèche ses larmes et qui veille à ses côtés lorsqu’il est malade ? C’est la mère, ce cœur plein d’affection que l’enfant ne pourra jamais remplacer.
L’enfant se sent en sécurité :
Tant que ses parents ont une bonne relation, une vie conjugale stable, l’enfant se sent en sécurité. Le petit ressent le moindre problème se passe entre eux : les cris, les querelles, les divergences d’opinions et l’abandon du lit conjugal. Tout cela est ressenti par l’enfant et cette sensibilité est la raison de sa déstabilisation. Sa situation ressemble alors plus à celle d’un orphelin que d’un enfant vivant avec ses deux parents. C’est pour toutes ces raisons qu’Allah, Exalté soit-Il, honore les parents et ordonne de leur obéir et d’être tendre avec eux. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « et ton Seigneur a décrété : ‘n'adorez que Lui ; et (marquez) de la bonté envers les père et mère » (Coran 17/23), et ce en guise de récompense pour leur bonté envers nous lors de notre enfance.
 À suivre

 

Articles en relation