Soyez généreux envers votre voisin

Soyez généreux envers votre  voisin
6127 1607

L’Islam est une religion qui enseigne la solidarité, l’harmonie, la fraternité et le soutien mutuel, qui appelle ses adeptes à l’entente et qui invite les membres de la société, enfants comme adultes, à consolider les différents liens entre eux. Il a posé la miséricorde mutuelle et la compassion comme assises des relations entre les créatures. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

 
« Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez » (Coran 49/13).
 
L’Islam met particulièrement l’accent sur l’importance d’être bienfaisant, de bien traiter son voisin et de faire preuve de douceur dans vos rapports avec lui, et a rigoureusement interdit de lui faire du tort ou de l’offenser. Cette attitude était connue chez de nombreux Arabes pendant la période antéislamique et après l’avènement de l’Islam, vu la noblesse de leur caractère, si bien qu’ils se prévalaient de leur bon voisinage, déterminaient le prix de la maison en proportion des bonnes mœurs du voisin et choisissaient le bon voisin avant d’acheter la maison.
 
L’Islam est venu préserver les droits du voisin avec des recommandations nettes dans le Coran et dans la Sunnah. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
 
« Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers (vos) père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue »(Coran 4/36).
 
Le Prophète (Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam) a dit :
 
« Le meilleur compagnon auprès d’Allah est le meilleur pour son compagnon, et le meilleur voisin auprès d’Allah est le meilleur pour son voisin »(At-Tirmidhi et Ahmad).
 
Le Législateur a fait des offenses infligées au voisin une cause de châtiment par le Feu, qu’Allah nous en protège, même si cet offenseur est un croyant obéissant et dévot. D’après Abou Hourayrah, qu'Allah soit satisfait de lui, un homme dit au Prophète (Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam) : « Ô Messager d’Allah, unetelle est connue pour multiplier les actes de prière, de jeûne et d’aumône, si ce n’est qu’elle nuit à ses voisins par sa langue ». Le Prophète dit alors : « Elle ira en Enfer » [(Ahmad) (Al-Albaani : Sahih)].
 
Le Prophète (Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam) a nié la foi de celui dont les voisins ne sont pas à l’abri des persécutions et a dit :
- « Par Allah, il n’est pas croyant ! Par Allah, il n’est pas croyant ! Par Allah, il n’est pas croyant ! »
- « Qui donc, Ô Messager d’Allah ? », demandèrent les Compagnons, qu'Allah soit satisfait d'eux.
- « Celui dont le voisin n'est pas à l'abri du mal qu'il peut commettre » (Boukhari), car le véritable Musulman est celui dont les musulmanssontàl'abri du mal desa langue et de ses mains.
 
Ces récits ont pour objet de mettre en valeur le rang et le mérite du voisin. Qu’en sera-t-il, lorsque vous vous tiendrez devant le Seigneur de l’univers, Exalté soit-Il, alors que votre voisin se plaindra de vous, en disant : « Ô Seigneur, mon voisin que voici n’a pas respecté les règles du bon voisinage. Il m’a fait du tort avec ses yeux qui ont guetté mes choses sacrées, avec ses oreilles qui ont écouté mes secrets et avec sa langue qui s’est amusée en parlant de mes défauts ».
 
Vous qui êtes un adepte de l’Islam, votre voisin a un droit considérable sur vous. Il vous appartient de vous rendre à son chevet s’il tombe malade, d’assister à ses funérailles quand il trépasse, de lui prêter de l’argent s’il vous en demande et si vous en êtes capable, de dissimuler ses défauts, de le féliciter s’il est comblé d’un bien, de le consoler s’il est victime d’un malheur, de ne pas bâtir une construction plus élevée que la sienne pour lui faire du tort, de le conseiller s’il commet un acte blâmable, de lui prêter main forte s’il fait une bonne action. Car il se peut qu’il s’attache à votre cou, le Jour de la Résurrection et dise : « Seigneur, celui-ci m’a vu faire une chose blâmable et ne m’a rien ordonné ni interdit ».
 
Il vous appartient également de vous enquérir de votre voisin et de sa situation, et s’il est indigent, vous devez lui épargner l’humiliation de la mendicité, étant donné que le Prophète () a dit : « N'est pas croyant celui qui mange à satiété alors que son voisin à côté de lui est affamé et qu’il le sait » [(At-Tabaraani) (Al-Albaani : Sahih)]. Ce droit devient plus affirmé avec l’avènement du mois de Ramadan et ses jours bénis. 
 
Si, au cours de ce mois sacré, chaque Musulman porte de l’intérêt à son voisin et s’enquiert de lui, un esprit de fraternité et d’affection règnera dans la société, dont les membres, enfants et adultes, goûteront le bien-être et seront à l’abri de la misère et de la pénurie.
 
Le fait d’avoir un voisin vertueux est susceptible d’apporter le bonheur, puisque le Prophète () a dit : « Quatre choses apportent le bonheur : une épouse vertueuse, une maison spacieuse, un voisin pieux et une monture confortable » [(Ibn Hibbaan) (Al-Albaani : Sahih)]. Savez-vous pourquoi ? Parce que la piété de ce voisin le pousse à défendre votre honneur, à reconnaître vos faveurs, à dissimuler vos défauts et à partager avec vous les moments de joie et de tristesse.
 
De nos jours, hélas, les voisins d’un même bâtiment ou d’un même quartier s’ignorent, si bien que les gens ne connaissent pas leur voisin, son nom, son adresse et ne savent pas s’il est riche ou pauvre, et il n’y a de puissance et de force qu’en Allah.
 
Cher frère, craignez donc Allah, Exalté soit-Il, dans votre comportement avec votre voisin, proche ou lointain.
 
Nous implorons Allah, Exalté soit-Il, de nous aider à rendre dûment justice à nos voisins, et de nous employer au service de Ses serviteurs vertueux et purs. Et la dernière de nos invocations est : Louange à Allah, Seigneur de l’univers.

Articles en relation