L'adultère est l’un des plus grands péchés (2)

L
46100 1813

Définition de l'adultère et sa punition

L'adultère se dit des rapports sexuels avec une femme qui n’est pas la sienne. C’est un péché majeur selon le consensus des oulémas. Allah, Tout-Puissant dit :
« Et n'approchez point la fornication. En vérité, c'est une turpitude et quel mauvais chemin ! » (Coran: 17/32).
« Qui n'invoquent pas d'autre dieu avec Allah et ne tuent pas la vie qu'Allah a rendue sacrée, sauf à bon droit ; qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela encourra une punition » (Coran : 26/68).
« La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l'exécution de la loi d'Allah - si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu'un groupe de croyants assiste à leur punition » (Coran: 24/2).
Il est intéressant de noter que le verset a commencé par la fornicatrice, car, commis à l’instigation de la femme, l’adultère est plus monstrueux.

L’adultère avec la femme du voisin
Parmi les formes les plus monstrueuses de l'adultère, il y a celle où l’acte est commis avec la femme du voisin. Abdullah ibn Mas’ûd (qu'Allah soit satisfait de lui) rapporte avoir dit : « Ô Messager d’Allah ! Quel est le plus grand péché ? » « C’est » répondit-il : « de donner un associé à Allah alors qu’Il t’a créé ». « Et alors quoi d’autre ? » Il répondit : « de commettre l'adultère avec la femme de ton voisin » (Rapporté par Abou Dawoud et déclaré authentique par Al-Albani).
L’adultère est un péché plus grave que la sodomie, car le désir de le commettre est ardent des deux côtés, ce qui le rend si fréquent avec ses dégâts multiples et graves dont, et non des moindres, la confusion qui s’installe dans la lignée généalogique.
Cependant, il y des cas d’adultère plus monstrueux que d’autres. Ainsi, l’adultère avec la femme du voisin, l’inceste, l’adultère pendant le mois du Ramadan ou en terre sainte constituent tous des péchés monstrueux.
Néanmoins, tout acte dont le degré de gravité n’atteint pas celui de l’adultère requérant la sanction est considéré comme péché mineur sauf s’il est accompagné d’un péché grave tel l’adultère commis avec la femme du père ou du fils ou avec une femme qui n’est pas la sienne, par force ou par coercition.

La peine de l'adultère
Tout célibataire qui commet l’adultère doit, en plus d’être puni de cent coups de fouet, être déporté loin de sa ville natale alors que le marié (même divorcé) doit être lapidé, mais sa sanction n’est exécutée que suite à son aveu ou au témoignage de quatre témoins. En effet, la Charia ne cherche pas à soumettre absolument à la sanction ou à la lapidation un grand nombre de pécheurs.

Des critères nécessaires
Il y a des critères qui doivent être pris en compte quand il s’agit de prouver le péché d'adultère avant de prendre les sanctions qui s’imposent. Parmi ces critères, on trouve :
Le fait qu’il ne convienne pas d’user de la coercition pour extorquer des aveux. Aussi, il est donné à toute personne de se dissimuler elle-même, de se repentir et de faire beaucoup de bonnes œuvres susceptibles d’effacer les mauvaises œuvres : « Ecartez-vous de cette souillure (la fornication) qu’Allah a interdite. Si malgré tout l’un de vous s’y trouve impliqué, qu’il se couvre par le secret d’Allah (c’est-à-dire : qu’il en garde pour lui-même le secret, sans le divulguer) et qu’il se repente à Allah. En effet, quiconque nous informe de son forfait, nous le punirons conformément aux prescriptions du Livre d'Allah. » et en raison de la parole adressée par le Prophète () à Huzâl quand il a conduit Mâ’iz al-Aslamî pour lui faire subir une sanction : « Si tu l’avais caché par tes habits c’aurait été mieux pour toi » (déclaré authentique par Al-Albani). Il est aussi permis, sans toutefois être mû par la volonté de surprendre les concernés en flagrant délit, de s’adonner à l'espionnage pour prévenir l'immoralité et les péchés comme l’a indiqué Ibn Radjab sur l’autorité de l’Imam Ahmed. D’ailleurs, si l’on surprend un l'homme avec une femme sous la même couverture, cela nécessite le blâme seulement et non l’application de la sanction car, pour être sanctionné, l’adultère doit être prouvé sans équivoque comme étant le résultat d’une pénétration dans le vagin d’une femme qui n’est pas la sienne.
A suivre...

Articles en relation